topics icon

Humanitarian crisis in Kasai region, DR Congo/Crise humanitaire dans la région des Kasaï

Since August 2016, some 1.3 million people in the Kasais have been displaced within the DRC by the violence that has grown out of a locally-rooted conflict, while another 30,000 have fled to Angola.

The Kasai region is one of the DRC’s poorest, and usually far off the radar of politicians and diplomats in the distant capital, Kinshasa. In April 2016, tensions rose between the national government and the local Kamuina Nsapu militia, named after a hereditary chief in Kasai-Central province. After the chief, some of his followers and several members of the security forces were killed on 12 August 2016, violence broke out, pitting the militia against national government forces. Fighting rapidly spread from Kasai-Central to neighbouring Kasai, Kasai-Oriental, Lomami and Sankuru provinces (ICG, 21 Mar 2017).

More than 1.3 million people have been displaced by the violence in the Kasai Region since August 2016, and over a third of IDPs in DRC are in the Kasai provinces. The emergency is a crisis of protection as civilian populations are the first victims. Although official figures are hard to come by, dozens of deaths, burning of homes, school and medical facilities are reported every week by various local sources (OCHA, 22 Jun 2017).

Living conditions in the three Kasai provinces remain precarious, with 42% of households experiencing food insecurity, according to a recent WFP/Food Security Cluster survey. Some displaced persons are also at increased risk of epidemics; for example, a cholera outbreak was reported in Bukama Territory, in Haut Lomami Province, in May. In Angola’s Lunda Norte Province, humanitarian assistance is under way for some 23,500 Congolese who fled the region to seek refuge across the border (OCHA, 31 May 2017).

UNICEF estimates that more than one in 10 children of primary-school age in the region has had their schooling interrupted as a result of violence. More than 600 schools damaged in attacks and 150,000 children in Greater Kasai region need emergency support to continue (UNICEF, 9 June 2017).

Crise humanitaire dans la région des Kasaï en République démocratique du Congo

Depuis août 2016, environ 1,3 million de personnes ont été déplacées dans la région des Kasaï à la suite d’un conflit opposant forces étatiques et pouvoir local, tandis quelque 30 000 réfugiés ont fui vers l’Angola.

Depuis avril 2016, un conflit local au Kasaï Central, une région pauvre et éloignée des autorités centrales de Kinshasa, a opposé un chef coutumier au gouvernement national. Les origines de cette urgence complexe dans la région des Kasaï remontent au 8 août 2016 lors du soulèvement violent de la milice locale Kamwina Nsapu et de la mort du chef coutumier. Depuis, la crise s’est propagée aux provinces du Kasaï, Kasaï Oriental, Lomami et Sankuru, avec des attaques répétées de la milice contre les symboles du pouvoir central, ainsi que des confrontations violentes entre cette milice et les forces de sécurité nationales (ICG, 21 Mar 2017).

Depuis août 2016, plus d’1,3 million de personnes ont été déplacées par la violence dans les Kasaï, et plus d’un tiers des déplacés internes de la RDC se trouvent dans la région. L’urgence reste avant tout de faire face à une grave crise de protection, dont les populations civiles sont les premières victimes. Bien que les chiffres officiels ne soient pas toujours disponibles, des centaines de morts et d’incendies d’habitations ou d’infrastructures scolaires et médicales sont signalés chaque semaine par diverses sources locales.

Malgré les efforts déployés par la communauté humanitaire, les conditions de vie des populations dans la les trois Kasaï demeurent précaires, avec 42% des ménages enquêtés en insécurité alimentaire selon le PAM/Cluster sécurité alimentaire. Certains déplacés sont aussi exposés à des risques accrus d’épidémies, comme par exemple dans la Province du Haut-Lomami où une flambée de choléra a été déclarée en mai dernier dans le territoire de Bukama. Par ailleurs, la réponse se met en place pour les 23 514 congolais ayant fui la région des Kasaï pour trouver refuge en Angola (Province du Lunda Norte) (OCHA, 31 mai 2017).

Selon l’UNICEF, plus d’un enfant sur dix en âge d’aller à l’école primaire dans le Grand Kasaï a eu sa scolarité interrompue d’une manière plus ou moins longue suite aux violences. Plus de 600 écoles endommagées lors des attaques et quelque 150 000 enfants dans le Grand Kasaï ont besoin d’une aide d’urgence pour reprendre leur scolarité (UNICEF, le 9 juin 2017).

All Updates on Humanitarian crisis in Kasai region, DR Congo/Crise humanitaire dans la région des Kasaï

Filter results

Organization

Original publication Date

Posting Date

Only show "Must Read"
546 entries found
Sort by: Latest |Relevance
21 Nov 2017 description
report UN Children's Fund

posté le 21 NOVEMBRE 2017 par SYLVI LOVWA

BLOG – _Aide inattendue pour les populations vulnérables de Tshijiba, à 80 kilomètres de Mbuji Mayi : les Enfants Reporters de la Province ont récolté des fonds pour porter assistance aux enfants malades et nouveaux nés !_

Une communauté fragilisée par un an de conflits

19 Nov 2017 description

FOOD SECURITY SNAPSHOT

  • Average to below average 2017 season crops due to reduced planting area, erratic rainfall in parts and invasion of Fall Armyworms

  • Inflation rates forecast to slightly increase in 2017

  • Food and livestock prices at high levels driven by limited supplies and ongoing conflict which continue to disrupt markets

  • Humanitarian crisis in Kasai Region and extension of inter-communal conflicts in Tanganyika Region and in eastern part of country continue to deteriorate food security situation

19 Nov 2017 description

Kalemie – Vendredi 17 Novembre 2017 – 10h05. C’est sous une pluie battante que le RSSG et sa délégation sont arrivés à Kalemie pour une visite de travail de quelque heures. Son programme a démarré par une séance de travail avec le Gouverneur de la province du Tanganyika, M. Richard Ngoy Kitangala entouré de quelques membres du gouvernement provincial notamment les ministres de l’Intérieur et de la sécurité publique, du genre, famille, enfant et action humanitaire. Les échanges ont porté principalement sur l’accès à l’aide humanitaire, la sécurité, et les libertés publiques.

18 Nov 2017 description

Kananga, 17 Nov 2017 : La MONUSCO et le gouverneur a.i. de la province du Kasaï central, Justin Milonga ont tenu la première réunion du cadre de concertation entre le gouvernorat et la MONUSCO.

16 Nov 2017 description

New York, 16 November 2017

As delivered

This crisis rarely reaches the international headlines so I am grateful for the opportunity to brief you on the growing humanitarian crisis in the Democratic Republic of the Congo. My main message today is that we can no longer deal with this crisis on a business-as-usual basis. The scale and scope of the humanitarian crisis has far surpassed what we estimated or planned for this year.

16 Nov 2017 description

The humanitarian situation in the Democratic Republic of the Congo (DRC) has deteriorated dramatically over the past year. The crisis has deepened and spread, affecting people in areas previously considered stable and stretching the coping mechanisms of people in areas already impacted. A surge in violent conflict and intercommunal tensions has forced more than 1.7 million people to flee their homes in 2017 – an average of more than 5,500 people per day.

16 Nov 2017 description

Le Fonds Humanitaire alloue US$ 20 millions au Nord Kivu, Sud Kivu et Haut Katanga

14 Nov 2017 description

Au 30 octobre, la RDC compte 4,1 millions de personnes déplacées, dont 1,7 millions de personnes (41 %) se sont déplacées depuis janvier 2017. En moyenne, le mois d’octobre a connu le nouveau déplacement de plus de 3 600 personnes par jour. La province du Nord Kivu est la plus touchée par les nouveaux déplacements, avec 24 pour cent du total national, suite principalement à des affrontements répétés entre les forces armées congolaises et des groupes armés, ainsi qu’entre différents groupes armés.

13 Nov 2017 description
report UN Children's Fund

Après des mois de violences, la vie reprend son cours au Kasaï. Une journée spéciale a été organisée à Tshijiba, pour marquer le retour à la vie normale!

Tshijiba, un territoire marqué par le conflit

11 Nov 2017 description
report African Union

Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) en sa 730ème réunion, tenue le 7 novembre 2017, a examiné le rapport de sa mission effectuée du 22 au 26 octobre 2017, en République démocratique du Congo (RDC), et a adopté la décision qui suit:

Le Conseil,

  1. Adopte le rapport de sa mission effectuée en République Démocratique du Congo (RDC) du 22 au 26 octobre 2017 ;

11 Nov 2017 description
report African Union

The Peace and Security Council (PSC) of the African Union (AU), at its 730th meeting, held on 7 November 2017, considered the Report of its field mission to the Democratic Republic of Congo (DRC), undertaken from 22 to 26 October 2017 and adopted the following decision:

Council,

  1. Adopts the Report of its field mission to the Democratic Republic of Congo (DRC), which was undertaken from 22 to 26 October 2017;

10 Nov 2017 description
report UN Radio

Le Comité des droits de l'homme de l'ONU a conclu, ce jeudi à Genève, les travaux de sa 121e session en rendant public ses observations finales concernant le quatrième rapport périodique de République Démocratique du Congo. Dans ses conclusions, les experts onusiens se sont en effet préoccupés des informations relatives aux retards de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) dans le processus d'enrôlement des électeurs, notamment au Kasaï.

09 Nov 2017 description
report Caritas

A brutal conflict emerged in Kasai in the Democratic Republic of Congo between tribal militias and the government armed forces in August 2016 following the killing of a traditional chief. Over 3000 deaths have been recorded by Catholic Church parishes. Hundreds have been mutilated and raped. Villages have been sacked and burned and homes, churches, schools and health centres destroyed. By July 2017, the United Nations had already documented 80 mass graves.