World

World Refugee Day: Message of the UN Secretary-General Kofi Annan

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Version française ci-dessous
"A refugee's life, regardless of age, is never an easy one. But for many reasons, exile is particularly hard on the young. In addition to the usual emotional strains associated with coming of age, young refugees must often confront the torments of war, violence, bereavement, sexual abuse and forced conscription.

This third World Refugee Day is dedicated to the millions of young people whose futures have been jeopardized by war, hatred and exile. At an age when they should be dreaming of life's limitless possibilities and building up their skills in preparation for adulthood, they are instead bound by the harsh reality of poverty and displacement, and condemned to what often seems to be a life without hope.

Many young refugees are also deprived of the protective shield of the family, making them especially vulnerable to various forms of abuse. In some parts of the world, boys as young as 15 are forcibly recruited to fight in somebody else's conflict, often for reasons they cannot possibly comprehend. They are among the more than 300,000 young people between the ages of 15 and 17 fighting in some of the world's most violent wars. Even if they escape death or injury, they are traumatized for life by the brutality of the experience. And while boys can end up as cannon fodder, young female refugees are often the prime targets of abuse, especially in areas where the social position of women and girls is weak.

All of us want a brighter future for our children, and strive to provide them with the means to build happy, successful lives. Unfortunately, young refugees do not enjoy those same opportunities. But visit any school in a refugee camp and you will see their remarkable determination to learn and excel. Faced with enormous odds and uncertain futures, young refugees know that education is the surest way out.

Young refugees need our help. Much is already being done by the Office of the UN High Commissioner for Refugees and other UN agencies, through educational and other youth-related programs, to make their lives fuller, safer and more meaningful. But while humanitarian involvement can help to ease the hard lot of young refugees, it can never be a substitute for serious and sustained efforts to find solutions for the problems that cause displacement in the first place. On World Refugee Day, let us reaffirm our commitment to saving future generations from growing up without hope."

* * *

A l'occasion de la Journée mondiale du réfugié, le Secrétaire général dénonce les perspectives "d'un avenir sans espoir pour les générations futures"

On trouvera ci-après le message du Secrétaire général, M. Kofi Annan, à l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés qui se déroulera le 20 juin 2003 sous le thème "Les jeunes réfugié":

Un réfugié n'a jamais la vie facile, quel que soit son âge. Mais pour de nombreuses raisons, l'exil est particulièrement dur pour les jeunes. Outre les tensions psychologiques liées au développement de l'individu, les jeunes réfugiés doivent souvent endurer les affres de la guerre, de la violence et du deuil, des sévices sexuels ou la conscription forcée.

La troisième Journée mondiale des réfugiés est dédiée aux millions de jeunes dont l'avenir est compromis par la guerre, la haine et la nécessité de fuir. =C0 l'âge o=F9 ils devraient rêver aux possibilités illimitées qu'offre la vie et se former en prévision de l'âge adulte, ils sont pris dans la dure réalité de la pauvreté et de l'exil et condamnés à ce qui semble souvent être une vie sans espoir.

Bien des jeunes réfugiés sont aussi privés de la protection qu'offre une famille, et donc particulièrement vulnérables à toutes sortes de mauvais traitements. Dans certaines parties du monde, des garçons d'à peine 15 ans sont enrôlés de force et contraints de participer à des conflits qui ne sont pas les leurs, souvent nés de problèmes qui les dépassent complètement. Ces garçons font partie des quelque 300 000 jeunes de 15 à 17 ans qui prennent part aux guerres les plus violentes que connaît notre monde. Même s'ils échappent à la mort et ne sont pas blessés, ils sont traumatisés à vie par la brutalité de ce qu'ils ont vécu. Et tandis que les garçons risquent de servir de chair à canon, les jeunes réfugiées sont en sérieux danger de subir des sévices, en particulier dans les régions o=F9 les femmes et les filles ont un statut social peu élevé.

Tous, nous voulons offrir à nos enfants un avenir meilleur et faisons tout pour leur donner les moyens de vivre heureux et de réussir. Les jeunes réfugiés n'ont malheureusement pas les mêmes chances. Mais rendez-vous dans une école dans n'importe quel camp de réfugiés et vous constaterez combien ils sont déterminés à apprendre et à briller. Face à des obstacles immenses et à un avenir incertain, les jeunes réfugiés savent que l'instruction est le meilleur moyen de s'en sortir.

Les jeunes réfugiés ont besoin de notre aide. Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et d'autres organismes des Nations Unies font déjà beaucoup pour leur donner une vie plus riche et plus épanouissante et les mettre hors de danger. Mais si l'aide humanitaire peut rendre leur sort un peu moins pénible, elle ne peut en aucun cas se substituer à des efforts sérieux et soutenus pour régler les problèmes qui les ont forcés à fuir. Cette Journée mondiale des réfugiés est l'occasion de réaffirmer que nous ne voulons pas, pour les générations futures, d'un avenir sans espoir.