World

VIH/sida : des millions de vies sauvées par les antirétroviraux dans le monde (ONUSIDA)

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Quatre décennies après l’apparition des premiers cas de sida, des nouvelles données confirment que des millions de vies ont été sauvées à la faveur du déploiement mondial du traitement du VIH, a annoncé lundi le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA).

Selon cette agence onusienne basée à Genève, près de 16,5 millions de décès liés au sida ont été évités depuis 2001. En 2020, l’ONUSIDA a ainsi signalé 680.000 décès liés au sida. Il s’agit d’une baisse de 58% entre 2001 et 2020.

Au moins 40 pays sont en passe d’atteindre une réduction de 90% de la mortalité liée au sida d’ici à 2030, dont neuf pays d’Afrique orientale et australe. De tels chiffres encourageants ne sont pas étrangers à la politique de dépistage et de traitement du VIH encouragée par l’ONUSIDA dans le monde.

À la fin de 2020, 84% des personnes vivant avec le VIH connaissaient leur statut sérologique, 73% avaient accès à un traitement antirétroviral et 66 % étaient sous suppression virale. Parmi les 37,7 millions de personnes vivant avec le VIH dans le monde en 2020, l’ONUSIDA estime que 27,5 millions de personnes étaient sous traitement. Ce chiffre a plus que triplé depuis 2010, mais qui est encore loin de l’objectif de 30 millions fixé pour 2020.

La cible ambitieuse des objectifs 90-90-90 de lutte contre le VIH/sida

Les objectifs 90-90-90, adoptés par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2016, prévoyaient que la grande majorité des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique. Il s’agit aussi de permettre à la majorité des personnes connaissent leur séropositivité soient sous traitement et voient leur charge virale réduite à des niveaux indétectables d’ici à 2020.

« Atteindre ces objectifs signifie qu’un minimum de 73% des personnes vivant avec le VIH ont une charge virale supprimée. Ce qui contribue à les maintenir en bonne santé et à empêcher la propagation du virus », souligne l’ONUSIDA.

A noter que le dépistage et le traitement du VIH ont fortement augmenté au cours des 20 dernières années. Cependant, les lacunes dans la prestation de services prennent des proportions démesurées chez les enfants. En 2020, environ 800.000 enfants âgés de 0 à 14 ans vivant avec le VIH ne suivaient aucun traitement de lutte contre le VIH.

La couverture thérapeutique était de 74% chez les adultes, mais seulement de 54 % chez les enfants en 2020. Beaucoup d’enfants n’ont pas été dépistés pour le VIH à la naissance et ne connaissent pas leur état sérologique vis-à-vis du VIH.