World

Un Monde en Péril: Rapport annuel sur l’état de préparation mondial aux situations d’urgence sanitaire Conseil mondial de suivi de la préparation

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

À propos du Conseil mondial de suivi de la préparation

Septembre 2019

En tant qu’organisme indépendant de suivi et de plaidoyer, le Conseil mondial de suivi de la préparation (ci-après, le « Conseil mondial ») appelle à engager une action politique pour se préparer aux situations d’urgence mondiales et en atténuer les effets. Institué en mai 2018 par le Groupe de la Banque mondiale et l’Organisation mondiale de la Santé, le Conseil mondial s’appuie sur les travaux de l’Équipe spéciale pour les crises sanitaires mondiales et du Groupe de haut niveau sur l’action mondiale face aux crises sanitaires, créés par le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies à l’issue de l’épidémie de maladie à virus Ebola (MVE) 2014-2016. Il mène ses travaux en toute indépendance par rapport à l’ensemble des parties, notamment de ses cofondateurs, afin de présenter les évaluations et les recommandations les plus franches possibles. Les résultats, les interprétations, les conclusions et les opinions exprimées dans ce rapport et par les membres du Conseil mondial représentent leurs points de vue uniquement et non ceux de leurs organismes d’origine ou des cofondateurs. Le Conseil mondial, composé de 15 membres – dirigeants politiques, chefs de secrétariat et experts – est codirigé par la Dre Gro Harlem Brundtland, ancienne Première Ministre de la Norvège et ancienne Directrice générale de l’OMS, ainsi que par M. Elhadj As Sy, Secrétaire général de la Fédération internationale des sociétés de la CroixRouge et du Croissant-Rouge. Les membres siègent à titre individuel.

Les objectifs du Conseil mondial sont les suivants :

• évaluer la capacité du monde à se protéger contre les situations d’urgence sanitaire ;

• déterminer les lacunes critiques en matière de préparation, en se plaçant de plusieurs points de vue ;

• plaider en faveur des activités de préparation auprès des responsables et des décideurs nationaux et internationaux.

Le Conseil mondial se distingue des autres commissions et mécanismes du même type, dont le mandat est limité dans le temps et qui relèvent souvent d’un seul organisme ou secteur. Le Conseil mondial, dont le mandat initial est de cinq ans et qui bénéficie de la collaboration d’experts indépendants et de l’appui d’un secrétariat professionnel, suivra les activités de préparation menées par de nombreux acteurs dans un vaste ensemble de secteurs, recommandant des mesures spécifiques pour faire changer les choses. Il complète et renforce les fonctions d’obligation redditionnelle existantes à l’Organisation mondiale de la Santé, à l’Organisation des Nations Unies, à la Banque mondiale et chez d’autres parties intéressées.