World + 1 more

Sommet Humanitaire Mondial - Consultation régionale pour le Pacifique, Auckland, 30 juin - 2 juillet 2015 - Résumé des coprésidents

Format
Analysis
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

En prévision du Sommet humanitaire mondial, la consultation régionale pour le Pacifique s'est tenue à Auckland en Nouvelle-Zélande du 30 juin au 2 juillet 2015.
Celle-ci a été organisée par le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande et coprésidée par ce dernier, le Gouvernement de l'Australie et le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA). Dans l'esprit de l'approche multipartite du Sommet, la réunion a rassemblé 170 participants (dont trois chefs d'État) issus des trois sous-régions du Pacifique et représentant des États membres des Nations Unies, des organisations régionales, la société civile, des communautés touchées, des organisations non gouvernementales nationales et internationales, des agences des Nations Unies, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le secteur privé et le monde universitaire, ainsi que des observateurs provenant de trois pays impliqués dans l'organisation de consultations dans le cadre du Sommet humanitaire mondial.

Les débats menés à Auckland ont reflété la culture, la force et la diversité de la région du Pacifique. Les participants ont été honorés par une cérémonie officielle de bienvenue (appelée pōwhiri) de la tribu locale des Ngāti Whātua. Plusieurs dirigeants de la région, l'ONU et le Mouvement de la Croix-Rouge ont manifesté leur engagement de collaboration en tant que partenaires régionaux et d'écoute des peuples du Pacifique, afin de comprendre leurs capacités ainsi que leurs besoins d'assistance (notamment en termes de localisation géographique). Les participants se sont en particulier concentrés sur les enseignements tirés des récentes crises, principalement de l'intervention face au cyclone tropical Pam, qui s'est révélé être l'événement météorologique le plus considérable dans l'histoire connue du Pacifique. L'accent a été plus pré-cisément mis sur l'intérêt de l'investissement dans la préparation aux catastrophes et dans la réduction des risques de catastrophe, qui a été clairement démontré lors de ces événements.

Les participants à la consultation régionale ont relevé que les communautés du Pacifique sont devenues résilientes parce que les cyclones tropicaux, les tsunamis, les séismes et d'autres catastrophes font partie de leur vie depuis des centaines d'années. La région est fortement exposée à d'importantes catastrophes naturelles. Quatre des 10 premiers pays repris dans l'Indice mondial de risque 2014 sont des nations insulaires du Pacifique. Huit de ces dernières figurent par ailleurs dans le top 20 des pays du monde supportant les pertes économiques moyennes les plus importantes dues aux catastrophes en proportion du PIB. Les catastrophes sont exacerbées par l'impact du changement climatique, qui constitue une préoccupation majeure pour la région, tout particulièrement pour les pays dont le territoire est constitué d'atolls de très faible altitude.

Dans ce contexte, l'investissement dans la réduction des risques de catastrophe, la préparation aux catastrophes et le renforcement de la résilience est crucial : il peut sauver des vies et éviter des dépenses inutiles. Ceci est clairement apparu dans le cadre des débats ciblés sur l'intervention ré-cente face au cyclone tropical Pam. Les débats ont également mis en lumière la manière dont les structures des communautés et des gouvernements locaux peuvent être dépassées par un système international qui, en dépit d'efforts optimaux, ne s'adapte pas au contexte local afin d'apporter un soutien efficace. Il a également été reconnu que les bureaux nationaux de gestion des catastrophes au niveau local nécessitent l'appui des organisations internationales et régionales pour le développement continu de leurs capacités. La construction de relations de confiance et de coopération à long terme entre les partenaires a été soulignée comme cruciale pour une intervention efficace.
La réunion d'Auckland a été précédée par 92 consultations préparatoires de 1 428 intervenants dans 17 pays représentant différents groupes et entités. Le rapport synthétisant les conclusions de ces consultations préparatoires a servi de base aux discussions menées à Auckland. Celui-ci reprend un large éventail de problématiques et ne manquera pas de venir éclairer les débats du Sommet humanitaire mondial.

Les débats menés à Auckland se sont centrés sur les six thèmes clés dégagés des consultations préparatoires. Une problématique recouvrant plusieurs thèmes est venue s'ajouter, à savoir la né-cessité de disposer de données de meilleure qualité, notamment de modèles scientifiques et économiques permettant d'appuyer l'action humanitaire et les décisions dans le Pacifique. Les principales conclusions et recommandations sont synthétisées ci-dessous. Le rapport complet de la consultation sera publié au cours des semaines à venir et présentera l'intégralité des discussions et conclusions. Les coprésidents de cette consultation régionale encouragent tous les intervenants à concrétiser les recommandations formulées à travers des actions spécifiques.