Signature de six accords-cadres de développement

Report
from Government of Luxembourg
Published on 11 Jan 2018 View Original

Le 11 janvier 2018, le ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire, Romain Schneider, a signé six accords-cadres de développement avec les organisations non gouvernementales de développement (ONGD) suivantes : Action pour un monde uni, Frères des Hommes Luxembourg, Guiden a Scouten fir eng Welt, Handicap International Luxembourg, Pharmaciens sans frontières et Unity Foundation.

Ces 6 accords-cadres représentent une contribution totale du ministère de 22.732.495,07 euros couvrant la période 2018-2022, portant le nombre d'accords-cadres en cours à 25 et impliquant au total 24 ONGD.

Géographiquement, les activités des accords-cadres se situent dans 17 pays en Afrique (Bénin, Burkina Faso, Burundi, République centrafricaine, Congo, Ethiopie, Madagascar, Malawi, Mali, Niger, Ouganda, République démocratique du Congo, République du Soudan du Sud, Rwanda, Tanzanie, Sénégal et Zambie), 7 pays en Amérique centrale et latine et aux Caraïbes (Argentine, Bolivie, Brésil, Colombie, Guatemala, Nicaragua, Haïti) et dans 7 pays au Moyen-Orient et en Asie (Territoires palestiniens occupés, Cambodge, Inde, Indonésie, Laos, Myanmar, Népal).

Les activités que mettront en œuvre les ONGD avec un cofinancement du ministère sont axées sur les thématiques suivantes : l’approvisionnement en eau potable et l'assainissement, le développement rural, l’éducation de qualité, l’éducation et la formation pour l’emploi, l’éducation pour une meilleure qualité de vie pour les jeunes et les adultes, la formation de personnel de santé, les infrastructures de santé de base, la participation citoyenne, la réadaptation fonctionnelle, la recherche en éducation, le renforcement des capacités, la sécurité et la souveraineté alimentaire, la santé et la prévention, les soins et services de santé de base.

Lors de la signature, le ministre Schneider a rappelé l’importance que relève la coopération avec les ONGD pour le Luxembourg qui réserve quelque 16 % de son aide publique au développement à ces organisations.

A noter également que les accords-cadres se basent sur une approche programme cohérente, orientée vers les résultats, visant une concentration des ressources pour un impact maximal sur le terrain.

La révision de la loi modifiée du 6 janvier 1996 sur la coopération au développement et l'action humanitaire permet au MAEE de cofinancer des projets à hauteur de 80 % dans les pays partenaires de la Coopération luxembourgeoise et dans les pays les moins avancés et à hauteur de 60 % dans les autres pays. Le taux de 80 % est en outre appliqué dans ces autres pays pour tout projet en relation avec les droits de la personne ainsi qu’avec la lutte contre la violence à l’égard des femmes et des filles.