World

Secretary-General's briefing to the Security Council on Women, Peace and Security [scroll down for French version] [EN/FR]

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Thank you, Mr. President.

Excellencies,

I thank you for this opportunity to brief you on Women, Peace and Security, twenty years after the landmark Security Council resolution 1325.

The COVID-19 pandemic is the greatest test the international community has faced since the Second World War.

In March, I appealed for an immediate global ceasefire so that we could focus on our common enemy: the COVID-19 virus. I built on this call in my address to the General Assembly last month.

In your resolution supporting a global ceasefire, this Council made a strong and valuable link to the Women, Peace and Security agenda.

First, you said the pandemic will have a disproportionate negative impact on women and girls.

This is proving to be true both in conflict zones and around the world.

Women are already suffering from rising gender-based violence. There are clear signs that resources are being diverted from women’s health, including sexual and reproductive health. The pandemic could have a long-term impact on girls’ participation in education and on women’s employment.

This will contribute to the continued marginalization of women from political decision-making and peace processes, which damages everyone.

Second, you noted that women are playing a crucial role in the response to the pandemic.

Women at all levels are on the front lines of the COVID-19 response, dominating sectors of the economy that are critical to daily life.

Women care givers, nurses, teachers, farmers, food vendors and other essential workers are providing the services that keep communities, economies and societies running.

We must recognize these women as the peacebuilders they are, at the local level, in communities around the world.

We must also recognize women who step up every day in conflict zones to help those at risk, mediating between groups to enable access by civilians and humanitarian aid, building trust and strengthening social bonds.

Third, your resolution called for women to be in positions of leadership and decision-making, everywhere.

We have seen the remarkable success that many women leaders have had in containing the pandemic while supporting people’s livelihoods.

This confirms an obvious truth: institutions, organizations, companies, and yes, governments work better when they include half of society, rather than ignoring it.

Women’s leadership and decision-making is not a favour to women; it is essential to peace and progress for all.

We cannot hope to turn the climate crisis around, reduce social divisions, or make sustained peace without the full contributions of all of society.

Women’s leadership in all spheres will be critical to finding the fastest, safest route through this pandemic, and to building a more peaceful and stable future.

Mr. President,

Twenty years since resolution 1325, there have been important changes to the ways in which the United Nations works on international peace and security, the resources we invest, and the expertise we deploy.

The women’s movement and its allies in governments and international institutions have changed discriminatory laws, reached milestones in political representation and international jurisprudence, and made a difference in peace processes.

But gender equality is first and foremost a question of power, and wherever we look, power structures are dominated by men.

Women lead only seven per cent of countries.

Three-quarters of the members of COVID-19 task forces and committees are men.

Decisions about international peace and security are still overwhelmingly made by men.

Even as we improve the representation of women in UN mediation teams, they remain largely excluded from delegations to peace talks and negotiations.

Let’s take some recent examples. Are women fairly represented in the rooms where the future of Afghanistan is being discussed between the Taliban and the government? Or in Mali, as it embarks on a political transition?

Is Sudan on track to meet the 40 per cent quota for women’s representation in parliament, set out in the new Constitutional Declaration?

Will South Sudan meet the 35 per cent quota for women’s representation across the executive arm, included in the Revitalized Agreement on the Resolution to the Conflict?

Are political actors and conflict parties in Yemen including women at the negotiating table?

If the answer to these questions is no, then clearly, we face serious obstacles in the task before us.

Women’s meaningful and effective participation in mediation matters. It broadens the prospects for peace, stability, social cohesion and economic advancement.

Ensuring that women play their full part in peace processes also requires stronger partnerships between the United Nations, regional organizations, Member States and civil society.

We must use the full range of tools at our disposal, and find innovative solutions that have a rapid and decisive impact on women’s representation.

Temporary special measures including quotas can make a huge difference. I witnessed this myself as a politician in my own country.

And it is time that we, the United Nations and Member States, consider how we can best use our political influence, funding and support to incentivize and create conditions for women’s equal representation and participation in peace talks.

Women must be included as a priority from the outset.

And as peace processes move online during the pandemic, efforts to promote women’s participation must keep pace.

Mr. President,

When I became Secretary-General, ending discrimination against women within the United Nations was one of my first priorities.

We achieved gender parity in the leadership of the United Nations at the beginning of 2020, with 90 women and 90 men as full-time senior leaders. We also have parity among our Resident Coordinators, including in countries affected by conflict. In field missions, women’s leadership has leapt from 21 percent to 41 percent in just three years; in our special political missions, 52 per cent of heads or deputy heads of those missions are now women.

I am determined to push for parity at all levels, well ahead of deadlines.

Women’s full participation is also relevant for uniformed personnel. I commend this Council for passing the first resolution this year focused on women in peacekeeping. The numbers of women deployed are still too low, but they have increased significantly in the past five years.

This is important, not just because the United Nations must reflect the people we serve, but because women bring their own perspectives and expertise to every issue – including peace and security.

One of the foundational tenets of the women, peace and security agenda is that weapons do not make us safer. This has been proven once again by the COVID-19 pandemic.

In 2019, global military expenditure reached $1.9 trillion, following the largest annual increase in a decade.

Meanwhile, women in some countries are at greatest physical risk where they should be safest: in their own homes. Their chances of suffering violence may be equivalent to or higher than in a war zone. The COVID-19 pandemic has only increased this threat.

The women, peace and security agenda challenges the relentless focus on interstate conflict at the expense of measures to protect women.

In the past 20 years, academic research and practice have demonstrated the close links between gender equality, conflict prevention, and peace.

The women, peace and security agenda calls for a broader consideration of ways to prevent conflict, prevent gender-based violence and to create peaceful, inclusive communities and societies.

As we recover from the pandemic, we face a choice.

To continue down the path of increasing militarization, conflict and inter-generational losses.

Or to work towards greater inclusion, equality, and prevention of conflicts and crises of all kinds.

For governments and international institutions everywhere, gender equality is one of the surest ways of building social cohesion and trust, and inspiring people to be responsible, participating citizens.

Mr. President,

For the women mediators, peacebuilders, human rights defenders and essential workers who risk their lives to build peace;

For the millions of women, men, girls and boys whose hopes for peace and security rest on more equal and just societies;

We cannot wait another twenty years to implement the women, peace and security agenda.

Let’s start that work together, today.

Thank you.

Merci Monsieur le Président,

Excellences,

Je vous remercie de l’occasion qui m’est donnée de m’adresser à vous au sujet des femmes et de la paix et de la sécurité, vingt ans après l’adoption, par le Conseil de sécurité, de la résolution 1325 (2000) historique.

La pandémie de COVID-19 est la plus grande épreuve que connaît la communauté internationale, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

En mars, j’ai lancé un appel en faveur d’un cessez-le-feu mondial immédiat, afin que nous puissions nous consacrer à un ennemi commun: le virus de la COVID‑19. J’ai réitéré cet appel, dans le discours que j’ai prononcé à l’Assemblée générale le mois dernier.

Dans sa résolution à l’appui d’un cessez-le-feu immédiat mondial, le Conseil a établi un lien précieux et solide avec le programme pour les femmes, la paix et la sécurité.

Premièrement, vous aviez déclaré que la pandémie aurait un effet disproportionné sur les femmes et les filles.

C’est bien ce que nous constatons, dans les zones de conflit et dans le monde entier.

Les femmes subissent déjà une augmentation de la violence fondée sur le genre. Nous assistons clairement à un détournement de ressources qui auraient dû être consacrées à leur santé, notamment à la santé sexuelle et procréative. La pandémie pourrait avoir un effet durable sur l’éducation des filles et l’emploi des femmes.

Cela contribuera à accentuer la marginalisation des femmes par rapport aux prises de décision et au processus de paix, ce qui nuirait à tout un chacun.

Deuxièmement, comme vous l’avez constaté, les femmes jouent un rôle clef dans l’intervention, face à la pandémie.

Elles sont à tous les niveaux en première ligne du combat contre la COVID-19 et dominent dans les secteurs de l’économie qui sont essentiels à la vie quotidienne.

Les auxiliaires de vie, les infirmières, les enseignantes, les agricultrices, les vendeuses de produits alimentaires et autres travailleuses essentielles assurent les services qui permettent aux communautés, aux économies et aux sociétés de fonctionner.

Nous devons rendre hommage aux femmes qui sont des bâtisseuses de la paix au niveau local, dans les communautés du monde entier.

Nous devons également rendre hommage à celles qui intensifient leurs efforts chaque jour dans les zones de conflit pour aider les personnes exposées au danger, négociant entre divers groupes pour permettre l’accès aux civils et à l’aide humanitaire, instaurant la confiance et resserrant les liens sociaux.

Troisièmement, vous aviez demandé dans votre résolution que des femmes soient dans des postes de direction et de décision, partout dans le monde.

Beaucoup de dirigeantes ont réussi avec un succès remarquable à endiguer la pandémie, tout en appuyant les moyens de subsistance des personnes.

Cela confirme une vérité évidente: les institutions, les organisations, les entreprises et les gouvernements fonctionnent mieux lorsqu’ils associent la société dans son ensemble, plutôt que la moitié.

Un rôle de direction et de décision n’est pas une faveur faite aux femmes mais une contribution essentielle à la paix et au progrès de tous.

Nous ne pouvons espérer surmonter la crise climatique, réduire les divisions ou pérenniser la paix sans y associer intégralement toute la société.

Il sera capital que les femmes jouent un rôle de direction dans tous les domaines, afin de trouver le moyen le plus rapide et le plus sûr de surmonter la pandémie et d’édifier un avenir plus pacifique et plus stable.

Monsieur le Président,

Vingt ans après l’adoption de la résolution 1325, nous avons vu des changements importants dans la façon dont l'Organisation des Nations Unies traite des enjeux de paix et de sécurité internationales, dans les ressources que nous investissons et l'expertise que nous déployons.

Le mouvement en faveur des droits des femmes et ses soutiens au sein des gouvernements et des institutions internationales ont permis de modifier des lois discriminatoires, franchir des étapes importantes dans la représentation politique et la jurisprudence internationale et faire bouger les choses dans les processus de paix.

Toutefois, l’égalité des genres est premièrement et avant tout une question de pouvoir et où que nous regardions, ce sont les hommes qui dominent les instances du pouvoir.

Les femmes ne dirigent que 7 % des pays du monde.

Les hommes représentent les trois quarts des membres des équipes et des comités chargés de lutter contre le COVID-19.

Les décisions concernant la paix et de sécurité internationales continuent d’être prises à une écrasante majorité par des hommes.

Même si les femmes sont de mieux en mieux représentées dans les équipes de médiation de l’ONU, elles demeurent largement exclues des pourparlers et des négociations de paix.

Prenons quelques exemples récents. Les femmes sont-elles équitablement représentées dans les discussions sur le futur de l’Afghanistan menées entre les Talibans et le gouvernement ? Ou au Mali, pays qui amorce une transition politique ?

Le Soudan est-il en passe de satisfaire au quota de 40 % de femmes députées, comme énoncé dans la Déclaration constitutionnelle ?

Le Soudan du Sud atteindra-t-il le quota de 35 % de femmes préconisé dans la branche exécutive du pouvoir par l’Accord revitalisé sur le règlement du conflit ?

Au Yémen, trouve-t-on des femmes à la table des négociations parmi les protagonistes politiques et les parties au conflit ?

Si la réponse à ces questions est non, alors il est évident que la tâche devant nous se heurte à de sérieux obstacles.

Prenons la participation significative et efficace des femmes à la médiation. Cette participation élargit les perspectives de paix, de stabilité, de cohésion sociale et de progrès économique.

Mais s’assurer que les femmes prennent pleinement part aux processus de paix exige aussi de renforcer les partenariats entre l’Organisation des Nations Unies, les organisations régionales, les États Membres et la société civile.

Nous devons utiliser toute la gamme d’outils à notre disposition et trouver des solutions innovantes susceptibles d’avoir un impact rapide et déterminant sur la représentation des femmes.

Les mesures temporaires spéciales telles que les quotas peuvent faire une énorme différence. J’en ai été moi-même témoin en tant qu’homme politique dans mon propre pays.

Il est grand temps que l’Organisation des Nations Unies et les États Membres examinent ensemble comment utiliser au mieux notre influence politique, le financement et le soutien dont nous disposons pour encourager et créer les conditions requises pour une représentation et une participation égales des femmes aux pourparlers de paix.

L’inclusion des femmes dès le départ doit être une priorité.

Les processus de paix se déroulant en ligne durant la pandémie, il importe de ne pas ralentir l’action menée en faveur de la participation des femmes.

Monsieur le Président,

Lorsque j’ai pris mes fonctions de Secrétaire général, l’une de mes premières priorités a été de mettre fin à la discrimination à l’égard des femmes au sein de l’Organisation des Nations Unies.

Nous avons atteint la parité femmes-hommes parmi le personnel de direction employé à plein temps à l’Organisation au début de l’année 2020, soit 90 femmes et 90 hommes. Nous avons atteint la parité également parmi nos coordonnateurs résidents, y compris dans les pays touchés par un conflit. Dans les missions, le nombre de femmes exerçant des fonctions de direction a fait un bond de 21 % à 41 % en trois ans seulement ; dans les missions politiques spéciales, 52 % des chefs ou des chefs adjoints de ces missions sont maintenant des femmes.

Je suis déterminé à plaider pour la parité à tous les niveaux, bien avant les échéances.

La pleine participation des femmes vaut également pour les agents en tenue. Je félicite le Conseil d’avoir adopté cette année la première résolution axée sur les femmes et le maintien de la paix. Le nombre de femmes déployées est encore trop faible, mais il a beaucoup augmenté ces cinq dernières années.

Cela est important, non seulement parce que l’Organisation des Nations Unies doit être le reflet des personnes que nous servons, mais aussi parce que les femmes ont un point de vue et des connaissances sur chaque question – y compris la paix et la sécurité.

L’un des principes fondamentaux du programme pour les femmes et la paix et la sécurité est que les armes n’améliorent pas notre sécurité. La pandémie de COVID‑19 l’a montré une fois de plus.

En 2019, les dépenses militaires mondiales ont atteint 1 900 milliards de dollars, après la plus forte augmentation annuelle depuis dix ans.

Parallèlement, dans certains pays, l’intégrité physique des femmes est la plus menacée là où elles devraient être le plus en sécurité : dans leur propre foyer. Le risque qu’elles soient victimes de violences peut être équivalent ou supérieur à celui d’une zone de guerre. La pandémie de COVID-19 n’a fait qu’accroître cette menace.

Le programme pour les femmes et la paix et la sécurité remet en question l’accent mis sans relâche sur les conflits interétatiques au détriment des mesures de protection des femmes.

Ces vingt dernières années, la recherche et la pratique universitaires ont mis en évidence les liens étroits entre l’égalité femmes-hommes, la prévention des conflits et la paix.

Le programme pour les femmes et la paix et la sécurité appelle à une réflexion plus large sur les moyens de prévenir les conflits, d’empêcher la violence fondée sur le genre et de bâtir des communautés et des sociétés pacifiques et inclusives.

Dans le cadre de la relève après la pandémie, nous devons faire un choix :

Continuer sur la voie de la militarisation croissante, des conflits et des pertes intergénérationnelles.

Ou œuvrer à une plus grande inclusion, à l’égalité et à la prévention des conflits et des crises de toutes sortes.

Pour les gouvernements et les institutions internationales du monde entier, l’égalité femmes-hommes est l’un des moyens les plus sûrs de renforcer la cohésion sociale et la confiance et d’inciter les citoyennes et les citoyens à une participation responsable.

Monsieur le Président,

Pour les médiatrices, les bâtisseuses de paix, les défenseuses des droits humains et les travailleuses essentielles qui risquent leur vie pour construire la paix ;

Pour les millions de femmes, d’hommes, de filles et de garçons dont les espoirs de paix et de sécurité reposent sur des sociétés plus égales et plus justes ;

Nous ne pouvons pas attendre vingt ans de plus pour mettre en œuvre le programme pour les femmes et la paix et la sécurité.

Commençons ce travail ensemble dès aujourd’hui.

Je vous remercie.