World

Renforcer les capacités des partenaires en matière de protection contre l’exploitation et les abus sexuels - Boîte à outils pour les organisations locales et nationales

Format
Manual and Guideline
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Introduction

Projet SPSEA

Le projet de renforcement des capacités des partenaires en matière de protection contre l’exploitation et les abus sexuels au travers de la protection transversale (SPSEA, Strengthening Partners’ Protection Against Sexual Exploitation and Abuse through Protection Mainstreaming) est un projet de deux ans financé par le Bureau d’aide d’urgence en cas de catastrophe (OFDA) de USAID. L’objectif du projet est de renforcer les capacités de 38 organisations nationales en Haïti, en République démocratique du Congo (RDC), en Indonésie et aux Philippines, et de renforcer les systèmes et les pratiques pour prévenir, atténuer et agir face à l’exploitation et aux abus sexuels (EAS) commis au sein des organisations et des communautés bénéficiaires. Les activités du projet incluent notamment la formation et l’accompagnement des organisations pour sensibiliser et renforcer les connaissances autour de la protection contre l’EAS et pour élaborer des politiques et procédures qui intègrent des considérations de PEAS.

Catholic Relief Services a créé cette boîte à outils à partir de contributions significatives de ses programmes nationaux dans ces quatre pays d’intervention et grâce à son service responsable des interventions humanitaires, le Humanitarian Response Department (HRD).

Finalité

Bienvenue dans la boîte à outils du projet SPSEA ! Cette boîte à outils propose une série d’outils et de ressources destinés aux organisations partenaires locales soutenues par CRS dans le cadre du projet de renforcement des capacités SPSEA. Elle vise à :

  • Compiler des outils et bonnes pratiques tirés du projet SPSEA et du secteur et les mettre à disposition des partenaires locaux pour qu’ils puissent les appliquer dans le cadre de leurs activités ;

  • Fournir des ressources pour faciliter la conception et l’animation de sessions de formation sur les éléments fondamentaux de la PEAS ;

  • Aider les organisations à mettre en pratique la PEAS de façon transversale.

Qu’inclut la boîte à outils ?

La boîte à outils comprend deux parties : la Partie I offre des outils destinés à la formation et la Partie II offre des outils destinés à la mise en œuvre des programmes. La section Aperçu présente ces outils en détail. La boîte à outils contient également des références à des modèles éditables et à des outils de PEAS élaborés par d’autres acteurs. Pour accéder à cette ressource, voir la rubrique Protection Mainstreaming du site Emergency Field Operations Manual (EFOM).

Comment utiliser cette boîte à outils ?

Il n’est pas prévu que tous les outils soient pertinents pour chaque intervention ou chaque contexte ; la boîte à outils se veut un recueil de ressources pouvant être sollicitées et adaptées selon les besoins.

À qui s’adresse la boîte à outils ?

Elle s’adresse à des organisations nationales et locales, et principalement aux 38 organisations nationales participant au projet SPSEA. Elle peut être utile aux points focaux PEAS/Sauvegarde/ Protection (le cas échéant) et aux membres du personnel affectés à des tâches de PEAS et de sauvegarde au sein de l’organisation. La boîte à outils sera particulièrement utile au personnel dirigeant, principaux responsables de la PEAS et de la sauvegarde. Enfin, elle peut être utile au personnel de programme et au personnel des opérations ou administratif dans la mise en œuvre de toute fonction impliquant la PEAS.

Modalités de soutien au renforcement des capacités en matière de PEAS

Au cours des deux dernières années, l’équipe du projet a élaboré et testé plusieurs approches visant à renforcer les capacités en matière de PEAS.

Différentes modalités de soutien ont été mises en œuvre sous une version pilote pour mettre en place la PEAS au sein d’organisations nationales :

  • Évaluation initiale des capacités en matière de PEAS : identification des capacités des organisations partenaires en matière de PEAS. Ex. : formations/soutien déjà proposés, mécanismes/systèmes liés à la PEAS déjà en place, etc.

  • Atelier d’introduction à la PEAS (personnel dirigeant) : atelier sur deux jours destiné à sensibiliser le personnel dirigeant des organisations partenaires à la PEAS et à garantir leur engagement en faveur du processus.

  • Atelier de rédaction RH : atelier sur deux jours destiné à aider les organisations partenaires à élaborer des politiques et procédures de PEAS/protection.

  • Introduction aux mécanismes de feedback, de plaintes et de réponse (MFPR) : atelier sur trois jours destiné à présenter les étapes de base pour mettre en place ou adapter un MFPR, notamment pour le rendre conforme aux principes de PEAS.

  • Introduction au système interne de signalement et d’enquête : atelier sur cinq jours destiné à expliquer comment mener des enquêtes justes, approfondies et confidentielles sur des plaintes au sujet du comportement de membres du personnel, avec une attention particulière sur les allégations d’EAS.

  • Formation des formateurs sur la PEAS : formation de cinq jours qui se veut tant une formation avancée qu’un renouvellement des connaissances pour les points focaux PEAS/ Sauvegarde/Protection ; basée sur les normes minimales de fonctionnement du IASC.

  • Simulation de situation d’urgence : événement sur un jour destiné à mettre en pratique les éléments clés de la PEAS (code de conduite, recrutement/embauche d’employés par les RH, gestion des signalements, éléments de base pour les enquêtes) et à apporter les ajustements nécessaires.

  • Communication avec les communautés sur la PEAS : conseils pratiques destinés aux organisations partenaires pour impliquer les communautés dans les processus de mise en œuvre de la PEAS et pour présenter la PEAS d’une manière accessible, non menaçante, adaptée au contexte et à la culture locale et de façon à confronter les tabous et les stigmates associés à la PEAS.

  • Événement de mise en réseau et de sensibilisation : atelier sur deux jours destiné aux organisations partenaires, aux organismes étatiques et aux acteurs principaux du secteur de la protection, pour les aider à actualiser et à développer leur réseau de services et leur système d’orientation pour les victimes/personnes survivantes d’EAS. Cet événement était l’occasion de partager les progrès, les grandes réussites, les défis et les enseignements du projet SPSEA.

  • Soutien, accompagnement et coaching au quotidien : un soutien technique et spécifique était proposé aux organisations partenaires à la fois à distance et en présentiel, individuellement ou en groupes.

Renforcement des capacités en matière de PEAS : bonnes pratiques émergentes

  • Accompagnement continu et ciblé : veillez à ce que l’accompagnement soit dirigé et itératif, et axé sur des résultats prioritaires et durables. Aux Philippines par exemple, les activités d’accompagnement mises en place par CRS sont structurées autour des résultats immédiats (RI) du projet et adaptées en collaboration avec les partenaires en fonction des résultats de l’évaluation des capacités de chacun d’entre eux à l’égard de l’EAS. Chaque activité d’accompagnement possède une finalité claire liée aux RI du projet et cette finalité est documentée et partagée auprès des partenaires avant la session d’accompagnement.

  • Accompagnement conjoint : dans la mesure du possible, regroupez les partenaires pour les sessions d’accompagnement conjoints, pour encourager un apprentissage transorganisationnel et pour accroître la motivation à réussir. Par exemple, regroupez les organisations qui travaillent dans des contextes similaires, celles qui parlent la même langue et celles qui partagent une culture et/ou des secteurs de programmation similaires.

  • Introduction à la PEAS pour tous les niveaux au sein des organisations : présentez le projet et maintenez une communication à tous les niveaux au sein des organisations impliquées afin d’assurer l’engagement et l’appropriation de tous vis-à-vis du projet.

  • Approche transorganisationnelle vis-à-vis de la PEAS : l’engagement des services pertinents (équipes des ressources humaines (RH), équipes de suivi, évaluation, reporting et apprentissage (MEAL), etc.) autant au sein de CRS qu’au sein ses partenaires en faveur de formations et d’activités d’accompagnement autour de la PEAS et pour toute la durée du projet permet de garantir une intégration de qualité de la PEAS au sein des politiques et procédures des organisations.

Messages clés pour l’intégration de la PEAS par les organisations nationales

  • Les projets de renforcement des capacités en matière de PEAS nécessitent des membres du personnel dédiés, à la fois au sein des organisations accompagnatrices et au sein des organisations participantes, d’une part afin de maintenir la dynamique d’élaboration et de mise en œuvre de politiques et procédures qui tiennent compte de la PEAS et, d’autre part, afin de sensibiliser davantage à l’importance de la PEAS.

  • La PEAS requiert une approche intégrée qui s’attaque à la question de savoir comment établir une culture de sauvegarde caractérisée par la prévention de l’EAS et par une action efficace face à l’EAS eu sein des organisations et des communautés avec lesquelles elles travaillent.

  • Les projets de renforcement des capacités en matière de PEAS requièrent un financement pour une période d’au moins trois ans, mais idéalement cinq, pour garantir une transformation durable des mentalités, des systèmes et de la culture.

  • Tous les projets doivent consacrer une ligne budgétaire à la PEAS, et un langage passepartout doit être adopté dans les propositions de projet pour être sûr de toujours disposer de suffisamment de ressources pour faire fonctionner les divers mécanismes destinés à prévenir et à répondre aux incidents d’EAS de manière efficace et cohérente.