World

Rapport du Secrétaire général sur les femmes et la paix et la sécurité (S/2018/900)

Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

I. Introduction

  1. Le présent rapport est soumis conformément à la déclaration du Président du Conseil de sécurité en date du 26 octobre 2010 (S/PRST/2010/22), dans laquelle le Conseil a demandé que lui soient présentés des rapports annuels sur l’application des résolutions 1325 (2000) et 2122 (2013), ainsi que des informations actualisées sur les avancées, les difficultés et les lacunes observées dans tous les domaines de l’action relative aux femmes, à la paix et à la sécurité. Tout en revenant sur les importants résultats obtenus et les tendances relevées au cours de l’année écoulée, il rend compte des lacunes persistantes qui caractérisent la mise en œuvre d’engagements essentiels et signale les domaines dans lesquels l’action stagne ou régresse. Il révèle que des obstacles de taille continuent d’entraver la participation active des femmes au règlement des conflits. Dans les régions en conflit, nous continuons de constater de graves manquements au droit international des droits de l’homme et au droit international humanitaire, notamment des violations majeures des droits fondamentaux des femmes. En de nombreux endroits, la justice, les voies de recours et l’indemnisation demeurent hors d’atteinte. En outre, les femmes et les filles n’ont toujours pas accès aux services essentiels ni à des moyens de subsistance, ce qui les expose à davantage de risques et met en péril la résilience des populations, à court comme à long terme. Conjugués à la multiplication des menaces qui pèsent sur les défenseuses des droits de l’homme/défenseurs des droits des femmes, ces faits nouveaux nuisent gravement à l’action menée à l’échelle mondiale pour prévenir les conflits et pérenniser la paix.

  2. En 2020, l’Organisation des Nations Unies, ses États Membres, les organisations régionales et les organisations de la société civile célébreront le vingtième anniversaire de l’adoption de la résolution 1325 (2000). Cet événement et les mois qui nous en séparent encore offriront d’importantes occasions de mettre en lumière les progrès enregistrés, de les évaluer et de revoir les stratégies employées pour obtenir des résultats d’ici à 2020 et au-delà. Compte tenu de l’engagement que j’ai pris l’année dernière (voir S/2017/861) et avec 2020 pour horizon, le présent rapport fait une place de choix aux questions de la participation active des femmes au x processus de paix, de leur représentation dans ces processus et de l’application des accords de paix. Des précisions sont données sur les tendances, les bonnes pratiques et les difficultés observées dans ces domaines, et des recommandations sont formulée s qui visent à remédier à la sous-représentation persistante des femmes dans le règlement des conflits. Le rapport contient également des informations actualisées sur les progrès accomplis au regard des indicateurs relatifs aux femmes, à la paix et à la sécurité, des recommandations issues des trois examens consacrés en 2015 aux questions de la paix et de la sécurité, notamment de l’étude mondiale sur la mise en œuvre de la résolution 1325 (2000) du Conseil de sécurité1 , et de l’application de la résolution 2242 (2015).

  3. Le rapport est établi à partir de données et d’analyses communiquées par des entités du système des Nations Unies, dont les opérations de paix et les équipes de pays, ainsi que de contributions d’États Membres, d’organisations régionales et d’organisations de la société civile, et d’analyses d’autres sources de données reconnues mondialement.