Rapport annuel du CaLP 2018/19

Report
from Cash Learning Partnership
Published on 24 Oct 2019 View Original

INTRODUCTION

Depuis la création du Cash Learning Partnership en 2005, la nature des crises humanitaires, et les entités qui interviennent pour y remédier, ont changé radicalement. L’ampleur et la diversité des besoins humanitaires posent des défis nouveaux à la communauté humanitaire. L’ aggravation des incidences du changement climatique s’observe par des inondations, des sécheresses et des incendies partout dans le monde. Depuis cinq ans environ, le déplacement de populations, nourri par le climat et les conflits, en vient à dominer les besoins humanitaires. Cette polarisation croissante du paysage politique a aussi pour effet de restreindre l’aide en provenance des pays donateurs traditionnels.

Si dans les premières années du CaLP, les transferts monétaires étaient perçus comme relevant d’un intérêt marginal, ils sont maintenant devenus un outil essentiel de l’intervention humanitaire, s’accompagnant d’un corpus croissant de preuves de leur corrélation avec des gains d’efficacité, d’efficience et de redevabilité. Cette évolution révèle une communauté humanitaire de plus en plus disposée à adopter les innovations, à réévaluer les modes de travail et à privilégier la collaboration plutôt que la concurrence, afin de relever les défis auxquels nous sommes confrontés. Il reste certes encore beaucoup à faire, pour autant, les progrès accomplis nous paraissent encourageants.

Depuis la publication du dernier rapport annuel du CaLP, les transferts monétaires apportent une assistance vitale et un choix essentiel aux populations en situation d’urgence partout dans le monde. Des études de cas depuis la Colombie jusqu’au Mozambique ont fait apparaître des acteurs humanitaires de plus en plus résolus à avoir recours aux transferts monétaires partout où il s’agit d’une solution appropriée et viable.
Vous retrouverez ces témoignages tout au long de ce rapport pour illustrer le pouvoir de transformation des transferts monétaires dans les interventions récentes.

L’objectif du CaLP a toujours été d’accroître l’ampleur et la qualité des transferts monétaires, et en 2019, il semble que d’importants progrès ont été accomplis. En effet, les constats préliminaires du rapport « Development Initiatives - Global Humanitarian Assistance Report » suggèrent que le volume de transferts monétaires humanitaires à l’échelle mondiale a augmenté de 68 % entre 2016 et 2018, pour s’élever à un total de 4,7 milliards de dollars.

Nous devons désormais concentrer nos efforts sur la qualité. Parmi les membres du CaLP, de nombreux acteurs des transferts monétaires détournent ou commencent à détourner leur attention de la mise à l’échelle, pour se concentrer davantage sur les questions liées à l’utilisation efficace des transferts monétaires. Grâce à notre capacité à organiser des débats et à influencer les politiques, le CaLP veillera à ce que l’essor de l’assistance monétaire s’accompagne d’une meilleure compréhension de ses recoupements avec des enjeux cruciaux tels que la protection, la responsabilité des données et les risques. Pour cela, nous allons inscrire les besoins et les préférences des populations en situation de crise au cœur de notre prise de décision et nous aiderons les autres à faire de même.

Il est fort probable que le paysage humanitaire connaîtra d’autres changements radicaux au cours des dix prochaines années. S’agissant de l’une des innovations les plus importantes dans le domaine des interventions d’urgence, l’intensification du recours à l’assistance monétaire est susceptible de définir la façon dont nous nous préparons à ces changements et dont nous nous y adaptons.

Le CaLP continuera d’accompagner les acteurs humanitaires en leur apportant les données probantes, les compétences et les conseils nécessaires pour faire en sorte que l’aide humanitaire d’aujourd’hui et de demain apporte plus de choix, de dignité et de valeur aux populations en situation de crise.