World

Rapport annuel de la Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question de la violence à l’encontre des enfants (A/HRC/46/40)

Format
UN Document
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Conseil des droits de l’homme
Quarante-sixième session
22 février-19 mars 2021
Point 3 de l’ordre du jour
Promotion et protection de tous les droits de l’homme,
civils, politiques, économiques, sociaux et culturels,
y compris le droit au développement

Résumé

Dans le présent rapport, soumis en application de la résolution 74/113 de l’Assemblée générale, la Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question de la violence contre les enfants, Najat Maalla M’jid, donne un aperçu des principales initiatives et mesures prises pour soutenir et intensifier les efforts visant à garantir le droit des enfants de vivre à l’abri de la violence et pour faire progresser la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030. Elle met également en lumière les effets immédiats et à plus long terme de la pandémie de coronavirus (COVID-19) sur la protection et le bienêtre des enfants, ainsi que le rôle des enfants en tant qu’agents du changement dans l’édification d’un monde sans violence. Le rapport contient des recommandations clefs qui visent à accélérer la mise en œuvre du Programme 2030 tout en reconstruisant en mieux après la pandémie.

I. Introduction

  1. Dans le présent rapport, la Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question de la violence contre les enfants passe en revue les activités qu’elle a menées aux niveaux international, régional et national et donne un aperçu des résultats obtenus. Elle donne également un aperçu des effets de la pandémie de maladie à coronavirus (COVID-19) sur la protection et le bien-être des enfants. Elle consacre également un chapitre au rôle des enfants qui, en tant qu’agents du changement, peuvent contribuer à reconstruire en mieux après la pandémie et à créer un monde sans violence.

  2. Guidée par la résolution 62/141 de l’Assemblée générale portant création de son mandat, la Représentante spéciale œuvre au niveau mondial, en toute indépendance, à la prévention et à l’élimination de toutes les formes de violence à l’égard des enfants.

  3. L’année couverte par le présent rapport a été marquée par la pandémie de COVID-19, qui a eu des effets mondiaux sans précédent, ce qui a obligé la Représentante spéciale à revoir rapidement les activités qu’elle avait prévues. La Représentante spéciale a pleinement tiré parti de son rôle d’intermédiaire et de rassembleur pour collaborer avec un large éventail d’acteurs de manière à faire face aux défis posés par la pandémie.

  4. La pandémie et les mesures d’atténuation qui ont été prises ont augmenté le risque pour les enfants, en particulier ceux qui étaient déjà vulnérables, d’être soumis à la violence. Elles ont également réduit la capacité des services essentiels de prévenir et de combattre efficacement la violence, et menacent de saper les progrès en faveur des enfants que promet le Programme de développement durable à l’horizon 2030.

  5. Il importe de saisir l’occasion qu’offre la perspective de reconstruire en mieux après la pandémie pour réévaluer les priorités de manière à faire progresser le développement humain et à réduire les inégalités, en particulier au profit des enfants et de leurs communautés. Il est urgent que les enfants aient accès à des systèmes de protection sociale qui soient financés de manière durable et qui soient liés à des services de protection de l’enfance dotés de ressources suffisantes. L’allocation de budgets adéquats au bien-être des enfants et à leur protection contre toutes les formes de violence ainsi que le renforcement des services correspondants doivent être reconnus comme un investissement essentiel à la sortie de la crise après la pandémie.