World

Rapport annuel 2019 de l'initiative sur les risques climatiques et les systèmes d'alerte précoce (CREWS)

Format
Other
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Les systèmes d'alerte précoce aux risques progressent selon le rapport d'avancement d'une initiative ONU-Banque mondiale

Alors que le monde entier continue de s'occuper du virus mortel de COVID-19 et envisage des mesures de reprise qui tiennent compte des menaces liées au changement climatique, l'importance des alertes multidangers avancées et des informations sur les risques n'a jamais été aussi largement reconnue. Ce positionnement est mis en valeur dans le Rapport annuel 2019 de l'initiative sur les risques climatiques et les systèmes d'alerte précoce (CREWS), publié aujourd'hui conjointement par l'Organisation météorologique mondiale (OMM), le Groupe de la Banque mondiale/Dispositif mondial de réduction des effets des catastrophes et de relèvement (GFDRR) et le Bureau des Nations Unies pour la prévention des catastrophes (UNDRR).

Ce rapport global décrit les activités menées conjointement par l'OMM, la Banque mondiale/le GFDRR et l'UNDRR au cours de l'année écoulée, avec le soutien de l'initiative CREWS, pour améliorer les systèmes d'alerte précoce afin de sauver des vies et préserver des moyens de subsistance. À ce jour, le Fonds d'affectation spéciale de l’initiative CREWS a permis de financer des projets à hauteur de plus de 43 millions de dollars É.-U. et de mobiliser 270 millions de dollars É.-U. supplémentaires provenant de fonds publics d'autres partenaires pour le développement, intensifiant ainsi les efforts visant à sauver des vies tout en maximisant l’efficacité financière des investissements consentis.

En 2019, le soutien apporté par l'initiative CREWS s’est étendu à 44 des pays les moins avancés et des petits États insulaires en développement. De ce fait, plus de 10 millions de personnes des collectivités les plus vulnérables du monde accèdent désormais à de meilleurs services d’alerte précoce.

En Afghanistan, des imprimantes 3D sont utilisées pour construire des stations météorologiques automatiques, ce qui permet d'offrir des services d'alerte précoce aux communautés rurales. Au Burkina Faso, plus de 1 100 agriculteurs ont reçu, via les stations de radio locales, 130 bulletins météorologiques en 2019. Aux Fidji, près d'un million de personnes sont désormais averties à l'avance des crues éclair, ce qui renforce la sécurité et sauve des vies. Au Niger, plus de 600 femmes ont été formées aux services d'alerte précoce et ont créé des groupes WhatsApp gérés par des femmes pour amplifier la diffusion des alertes avancées dans leurs communautés. Dans l'ensemble des Caraïbes, les bureaux nationaux de gestion des urgences, les bureaux hydrométéorologiques nationaux, les bureaux nationaux chargés de la problématique hommes-femmes, les ministères sectoriels et des groupes non gouvernementaux, y compris des organisations de femmes, travaillent à présent de concert pour combler le fossé entre hommes et femmes en matière d’accès aux alertes précoces. Le rapport annuel a été présenté aux Membres de l’initiative CREWS par M. François Rivasseau, Ambassadeur et Représentant permanent de la France auprès de l’Office des Nations Unies à Genève. Les Gouvernements de l’Allemagne, de l’Australie, de la France, du Luxembourg, des Pays‑Bas, du Royaume-Uni et de la Suisse ont contribué à hauteur de 55 millions de dollars É.-U. au Fonds d'affectation spéciale CREWS. Le Canada soutient les objectifs CREWS en versant à l'OMM 8 millions de dollars É.-U. supplémentaires pour les activités connexes de l'initiative.

Lors de la publication du rapport, M. Rivasseau a déclaré: «Les travaux de l'initiative CREWS en matière d'alertes précoces assurent une cohérence entre les différents partenaires et une forte appropriation par les institutions nationales, en particulier les organismes météorologiques nationaux, tout en garantissant que les financements sont attribués en fonction des besoins prioritaires».

Le Secrétaire général de l'OMM, M. Petteri Taalas, a déclaré à cette occasion: «CREWS traduit en termes opérationnels des principes clés pour l'efficacité des systèmes d'alerte précoce. Par conséquent, les Services météorologiques et hydrologiques nationaux travaillent en étroite collaboration avec les bureaux nationaux de gestion des catastrophes. Grâce à cette approche, les systèmes d'alerte précoce se fondent sur des informations sur les risques, ce qui est important, car ce sont les alertes axées sur les impacts qui indiquent aux populations comment réagir afin de sauver vies et moyens de subsistance».

Mme Mami Mizutori, Sous-Secrétaire générale et Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU pour la réduction des risques de catastrophe, a déclaré dans ce contexte: «Les catastrophes affectent tout le monde... mais pas de manière égale. L’initiative CREWS est un partenariat précieux qui permet d’accomplir, par rapport aux objectifs mondiaux du cadre de Sendai, des progrès associant toutes les parties».

CONSULTER LE RAPPORT ET LE TÉLÉCHARGER:

Pour consulter la version PDF intégrale et la version multimédia en ligne du rapport ainsi que tous les reportages sur les impacts de l'initiative CREWS, voir https://www.crews-initiative.org/en/impacts (version anglaise) et https://www.crews-initiative.org/fr/impacts (version française).

L'INITIATIVE CREWS EN BREF

Créée lors de la vingt et unième Conférence des Parties (COP 21) à la Convention‑cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), en 2015, l’initiative sur les systèmes d’alerte précoce aux risques climatiques (CREWS) est un mécanisme de financement destiné à sauver des vies et à préserver des moyens de subsistance dans les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement via l'expansion des systèmes et services d'alerte précoce.

Pour plus d'informations, voir www.crews-initiative.org