Réponse de la direction aux recommandations issues du rapport de synthèse des évaluations d’impact réalisées conjointement par le le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et le PAM

Report
from World Food Programme, UN High Commissioner for Refugees
Published on 24 Jan 2013 View Original

Réponse de la direction aux recommandations issues du rapport de synthèse des évaluations d’impact réalisées conjointement par le le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et le PAM sur la contribution de l’assistance alimentaire aux solutions durables mises en oeuvre dans les situations de réfugiés prolongées

CONTEXTE GÉNÉRAL

  1. Le présent document constitue une réponse conjointe des directions du PAM et du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) aux recommandations issues d’une synthèse de quatre évaluations d’impact de l’assistance alimentaire offerte aux réfugiés dans des situations prolongées, qui avaient été commandées par le Bureau de l’évaluation du PAM et le Service d’élaboration et d’évaluation des politiques du HCR.

  2. Ces évaluations visaient à apporter des éléments probants en vue d’élaborer des stratégies institutionnelles définissant comment l’assistance alimentaire peut contribuer à améliorer les moyens de subsistance et l’autosuffisance des réfugiés, et appuyer par là-même la recherche plus large de solutions aux situations de réfugiés prolongées.

  3. Les définitions ci-dessous sont utilisées dans ce document:

a) Les moyens de subsistance comprennent les capacités, les avoirs (y compris les avoirs sociaux et matériels), les activités et les conditions favorables nécessaires pour gagner sa vie. Ils sont durables lorsqu’ils permettent de faire face aux difficultés et aux chocs ou de s’en relever et qu’ils préservent ou renforcent les capacités ou les avoirs disponibles.

b) L’autosuffisance est la capacité des personnes, des ménages ou des communautés à répondre à leurs besoins élémentaires, notamment en matière d’alimentation et de nutrition, et à jouir de droits sociaux et économiques de façon durable et digne. Elle est un effet direct de l’acquisition de moyens de subsistance.

c) On parle de solution durable pour les réfugiés lorsque ceux-ci peuvent profiter de la protection d’un État sous la forme d’un rapatriement librement consenti dans leur pays d’origine, de l’intégration locale dans leur pays d’asile ou d’une réinstallation dans un pays tiers ayant accepté de les accueillir de manière permanente.

  1. L’un des aspects essentiels des activités conjointes du PAM et du HCR est de faire en sorte que ces solutions soient complétées par un soutien qui favorise l’autosuffisance et l’acquisition de moyens de subsistance durables.

  2. Lors d’une réunion de haut niveau entre le HCR et le PAM tenue le 9 janvier 2013, la direction a accueilli favorablement l’évaluation et a estimé que celle-ci prouvait s’il en était besoin que toutes les parties devaient renouveler leur engagement en faveur de la mise en place de solutions durables pour les réfugiés dans les situations prolongées. La réunion de haut niveau a aussi permis de réaffirmer l’importance qu’il y avait à placer les recommandations et les réponses correspondantes dans leur contexte historique, reconnaissant que bien des questions soulevées par l’évaluation de synthèse figuraient à l’ordre du jour de la communauté internationale depuis de nombreuses années.

  3. Les réponses conjointes aux recommandations sont présentées dans le tableau ci-après.