World

Plate-forme Mondiale pour la Réduction des Risques de Catastrophe : « Notre vulnérabilité aux catastrophes n'a jamais été aussi grande » explique le Secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé des affaires humanitaires

Source
Posted
Originally published
GENEVE, 5 juin 2007. Plus de 100 gouvernements se réunissent aujourd'hui à Genève pour la première session de la Plate-forme mondiale pour la Réduction des Risques de Catastrophe, qui devrait devenir le principal forum mondial de réduction des risques de catastrophes.

Présidé par M. John Holmes, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé des affaires humanitaires, ce forum réunira pendant trois jours des gouvernements, des organisations onusiennes, des institutions internationales financières et académiques, des organisations non gouvernementales et des membres de la société civile pour discuter des nouveaux défis que posent les changements climatiques et les risques urbains sur les populations vulnérables.

Cette réunion tentera de définir un plan de travail pour les années à venir impliquant tous les acteurs principaux de la réduction des catastrophes, des gouvernements aux responsables des communautés.

"Notre vulnérabilité aux catastrophes n'a pas jamais été aussi grande. Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, le nombre de personnes habitant dans les villes dépassera celui des zones rurales et un tiers de la population urbaine vivra dans des zones à risque de catastrophe. L'urbanisation croissante et les changements climatiques auront un impact négatif sur les zones urbaines à risque et rendront des millions de personnes encore plus vulnérables aux catastrophes » explique John Holmes. "Nous n'avons pas le choix. Si nous voulons sauver des vies, nous devons faire avancer les politiques de réduction des risques de catastrophe."

Huit des dix villes les plus peuplées de la planète sont situées dans des zones à risque de tremblements de terre, et six de ces villes sont exposées à des tempêtes, inondations et tsunamis.

Les récents rapports du Groupe intergouvernemental d'experts pour l'étude des changements climatiques (GIEC), estiment que plus de 200 millions de personnes seront exposées à des inondations côtières et que des villes comme le Caire, Dhaka, Mumbai, New York et Londres pourraient être inondées.

La première session de la Plate forme Mondiale pour la réduction des risques de catastrophe fera le bilan des progrès effectués depuis la Conférence internationale pour la prévention des catastrophes qui s'est tenue à Kobe, au Japon en janvier 2005 sur l'application du cadre d'action de Hyogo. Plus de 168 gouvernements s'étaient réunis au Japon, quelques semaines après le terrible tsunami dans l'Océan Indien, pour adopter ce plan de dix ans visant à mieux protéger les nations et communautés contre les aléas naturels.

"Nous devons certes, continuer de réduire nos émissions de carbone mais comme le réchauffement climatique est déjà en marche, nous devons aussi trouver de nouveaux moyens pour réduire l'impact des catastrophes à venir. Le Cadre d'action de Hyogo est un guide et un instrument qui fait partie de la solution, explique Salvano Briceño, Directeur du secrétariat de la Stratégie internationale pour la prévention des catastrophes. "Une bonne gouvernance, une planification urbaine efficace et des budgets appropriés pour empêcher que des zones urbaines se développent dans des zones à risque sont indispensables. Nous devons nous assurer que les hôpitaux, les écoles, les moyens de transports et des systèmes des eaux sont protégés contre les risques de catastrophes. »

Le programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) qui célèbre aujourd'hui sa Journée mondiale appelle aussi à l'action. "Si les communautés travaillant sur l'impact des changements climatiques et sur la réduction de catastrophes joignent leurs efforts, elles pourront réussir à augmenter les investissements pour mieux protéger les pays et les communautés vulnérables et convaincre les hommes politiques pour que l'adaptation et la prévention occupent une plus grande place dans les agendas politiques" explique, Achim Steiner, directeur exécutif du PNUE.

L'impact des changements climatiques sera également à l'ordre du jour du G8 qui s'ouvre demain en Allemagne. Le Secrétaire Général des Nations Unies devrait encourager une plus grande synergie entre la réduction des catastrophes et les changements climatiques.

Pour plus d' information contactez:

Brigitte Leoni
Responsable des Medias
Tel: +41 22 917 8897
leonib@un.org
www.unisdr.org