World + 44 more

Plan de Réponse Humanitaire Global : COVID-19 - Rapport D'avancement Final (22 février 2021)

Format
Appeal
Source
Posted
Originally published

Attachments

COVID-19 ET LE PAYSAGE HUMANITAIRE

2020 a été une année sans nulle autre pareille. Dans le contexte des crises humanitaires en cours, largement alimentées par les conflits et la violence mais aussi par les effets du changement climatique – tels que la plus importante infestation acridienne depuis une génération – le monde a dû faire face à une pandémie mondiale. En moins d’un an (entre mars et décembre 2020), plus de 82 millions de cas de COVID-19 et 1,8 million de décès ont été enregistrés. Durant cette période, 30% du nombre total de cas de COVID-19 et 39% des décès dans le monde ont été enregistrés dans des pays dotés du GHRP.

Au-delà des effets sanitaires immédiats de la COVID-19, les effets secondaires de la maladie ont été particulièrement douloureux dans les environnements humanitaires et ils ont malheureusement été aggravés par les mêmes restrictions imposées aux voyages et aux déplacements dans un souci de contenir la pandémie. Les perturbations des chaînes d’approvisionnement, les restrictions de déplacements en raison des fermetures de frontières et de confinement et la volatilité des marchés ont dramatiquement accru l’insécurité alimentaire en plongeant plus de 270 millions de personnes dans le monde dans une insécurité alimentaire aiguë à la fin de l’année 2020. La violence basée sur le genre a fortement augmenté, alimentée par la perte de voies de référence, d'accès à l’information, la fermeture des écoles et des espaces publics et l’isolement quotidien des femmes et des filles durant les confinements. Certains pays ont enregistré une augmentation de 700% des lignes d’appel d’urgence pour des cas de violence basée sur le genre (VBG) au cours des premiers mois de la pandémie. La pandémie a également accru les traitements abusifs et la négligence des personnes âgées qui sont le groupe le plus exposé au risque de mourir de la COVID-19.

Les services de santé essentiels ont également été affectés : à la fin de l’année 2020, 35 pays du GHRP (56% des 63 pays) avaient reporté, à cause de la COVID-19, une campagne de vaccination massive contre des maladies évitables. 1 Les perturbations des services de santé ont également entraîné une réduction de 30% de la couverture mondiale de services nutritionnels essentiels, exposant ainsi près de sept millions d'enfants supplémentaires au risque de souffrir de malnutrition aiguë. La fermeture d’écoles a causé la perte d’importantes opportunités d’interventions précoces pour les programmes de protection, de santé mentale et de soutien psychosocial et nutritionnel.

Les contractions économiques mondiales ont entraîné la première augmentation de la pauvreté extrême depuis 1998. En janvier 2021, il était estimé que 119 millions à 124 millions de personnes pouvaient être retombées dans une pauvreté extrême en 2020 à cause de la COVID-19, avec une augmentation supplémentaire de 24 millions à 39 millions de personnes en 2021, pouvant potentiellement porter le nombre de personnes vivant dans une pauvreté extrême entre 143 millions et 163 millions.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.