World

OIT/UNICEF : La protection sociale contribue à réduire le travail des enfants

Un nouveau rapport de l'OIT et de l'UNICEF appelle à combler le déficit de couverture sociale qui fait que 1,5 milliard d'enfants ne sont toujours pas soutenus par des allocations familiales ou des allocations en espèces pour enfants.

GENÈVE (OIT info) - La protection sociale réduit la pauvreté et la vulnérabilité des familles, limitant ainsi les principales causes du travail des enfants, selon un nouveau rapport conjoint du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et de l'Organisation internationale du travail (OIT).

Le rôle de la protection sociale dans l'élimination du travail des enfants : Examen des données probantes et implications politiques, présente les conclusions d'un certain nombre d'études menées depuis 2010 qui démontrent comment la protection sociale - en aidant les familles à faire face aux chocs économiques ou sanitaires - réduit le travail des enfants et facilite la scolarisation.

Cependant, trop peu de progrès ont été réalisés pour que tous les enfants bénéficient d'une protection sociale, indique l'étude. Dans le monde, 73,6 pour cent, soit environ 1,5 milliard d'enfants âgés de 0 à 14 ans, ne reçoivent aucune prestation familiale ou allocation en espèces. Cet important défaut de protection doit être comblé et rapidement, indique le rapport.

"Il existe de nombreuses raisons d'investir dans la protection sociale universelle, mais l'élimination du travail des enfants doit être l'une des plus convaincantes, étant donné son impact pernicieux sur les droits et le bien-être des enfants", a déclaré Guy Ryder, Directeur général de l'OIT.

Les gouvernements disposent d'un éventail de politiques qu'ils peuvent déployer pour promouvoir la protection sociale. Si les décideurs n'agissent pas de manière décisive, la pandémie de COVID-19 , les conflits en cours, la pauvreté croissante et le changement climatique ne feront qu'accroître la prévalence du travail des enfants, indique l'étude.

Plus de 160 millions d'enfants dans le monde, soit 1 enfant sur 10 âgé de 5 à 17 ans, sont toujours engagés dans le travail des enfants, et les progrès sont au point mort depuis 2016. Ces tendances étaient déjà présentes avant la crise du COVID-19. On estime que sans stratégies de mitigation, le nombre d'enfants qui travaillent pourrait augmenter de 8,9 millions d'ici à la fin de 2022, en raison de l'augmentation de la pauvreté et de la vulnérabilité.

Afin de renforcer les systèmes de protection sociale pour la prévention et l'élimination du travail des enfants, le rapport formule un certain nombre de recommandations :

  • Combler le déficit de couverture de la protection sociale pour les enfants. Cela signifie qu'il faut donner la priorité aux prestations pour enfants, ainsi qu'étendre la protection sociale aux deux milliards de travailleurs de l'économie informelle, soutenant ainsi leur transition de l'économie informelle à l'économie formelle.
  • Construire des systèmes de protection sociale intégrés. Il sera plus facile de réduire le travail des enfants si les pays disposent d'un système de protection sociale qui offre des prestations adéquates tout au long du cycle de vie, des prestations pour enfants et familles aux pensions de retraite, en passant par les allocations de maternité et de chômage, ainsi que la protection de la santé.
  • Veiller à ce que la conception des programmes de protection sociale soit inclusive et tienne compte du travail des enfants afin d'optimiser les programmes de réduction du travail des enfants, ce qui implique de :
    • Mettre en place des allocations familiale et enfants pour tous les ménages avec enfants, en particulier ceux qui se trouvent dans des situations de plus grande vulnérabilité.
    • Faciliter la perception des prestations de protection sociale par les personnes qui s'occupent des enfants en simplifiant les procédures d'inscription et en proposant différents mécanismes de paiement des prestations.
    • Compléter les programmes de protection sociale par un investissement accru dans une éducation de base universelle et de qualité et d'autres services sociaux vitaux pour les enfants.
  • S'appuyer sur le fort engagement politique qui existe déjà pour mettre fin au travail des enfants et établir une protection sociale universelle afin de renforcer le consensus pour l'action. Le Programme de développement durable et le fort consensus convenu par la Conférence internationale du travail en 2021, ainsi que les résultats de la conférence de Durban sur le travail des enfants, peuvent aider à coordonner les initiatives internationales.
  • Promouvoir l'investissement dans les systèmes de protection sociale en tant que moteur du développement. Presque tous les pays ont la possibilité de mobiliser des ressources nationales pour investir progressivement dans le renforcement de leurs systèmes de protection sociale pour les enfants.

Contact pour les médias
newsroom@ilo.org