World + 40 more

Messages-clés | Rapport mondial sur les crises alimentaires 2019

Format
Analysis
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Estimations mondiales de l’insécurité alimentaire aiguë en 2018

Plus de 113 millions de personnes dans 53 pays sont en situation d’insécurité alimentaire aiguë et nécessitent une aide urgente en matière d’alimentation, de nutrition et de moyens d’existence (Phase 3 de l’IPC / CH ou plus). En 2018, les pires crises alimentaires ont eu lieu, par ordre de gravité, au Yémen, en République démocratique du Congo, en Afghanistan, en Éthiopie, en République arabe syrienne, au Soudan, au Soudan du sud et dans la partie nord du Nigéria. Ces huit pays représentent les deux tiers du nombre total de personnes confrontées à une insécurité alimentaire aiguë, soit près de 72 millions de personnes.

Les pays africains sont encore touchés de manière disproportionnée par l’insécurité alimentaire aiguë

Le chiffre de 113 millions de personnes représente une légère amélioration par rapport au nombre de 2017 présenté dans le rapport de l’année dernière, selon lequel environ 124 millions de personnes dans 51 pays souffraient de faim aiguë.

Malgré une légère diminution, le rapport montre qu’au cours des trois dernières années (2016, 2017 et 2018), plus de 100 millions de personnes ont été frappées par des périodes de faim aiguë.

La légère diminution enregistrée entre 2017 et 2018 est en grande partie imputable à l’évolution des chocs climatiques et de leur impact. Un certain nombre de pays fortement exposés n’ont pas fait face à la même intensité de chocs climatiques et aux mêmes facteurs de détresse liés au climat qu’ils avaient connus en 2017 lorsqu’ils avaient été confrontés à diverses sécheresses, inondations, pluies et élévations de température provoquées par El Niño en 2015-2016. Cela concerne particulièrement les pays d’Afrique australe et orientale, la Corne de l’Afrique, l’Amérique latine et les Caraïbes et la région Asie-Pacifique.

De plus, 143 millions de personnes supplémentaires dans un sous-ensemble de 42 pays vivaient dans des conditions de Sous pression (Phase 2 de l’IPC / CH). Au seuil de la faim aiguë, ils risquaient de sombrer dans une situation de Crise ou pire (Phase 3 de l’IPC / CH ou plus) en cas de choc ou de facteur de détresse.

Les niveaux élevés de malnutrition aiguë et chronique chez les enfants vivant dans des conditions d’urgence sont restés extrêmement préoccupants. Les facteurs immédiats de la dénutrition comprennent un apport alimentaire insuffisant et les maladies. Les mères et les dispensateurs de soins font souvent face à des difficultés pour fournir aux enfants les micronutriments essentiels dont ils ont besoin pendant les périodes critiques de croissance au cours des crises alimentaires. Cela se reflète dans le nombre extrêmement bas d’enfants ayant un régime alimentaire minimum acceptable dans la plupart des pays identifiés dans ce rapport.