World + 14 more

Malgré la pandémie, des avancées pour les droits des enfants

Dix marques de progrès en 2021 dont on peut se réjouir

Jo Becker

Directrice du plaidoyer, division Droits des enfants

jobeckerhrw

La pandémie de Covid-19 a été dévastatrice pour les enfants à travers le monde. Plus tôt ce mois-ci, l’UNICEF a signalé que 100 millions d’enfants supplémentaires ont été plongés dans la pauvreté à cause de la pandémie. Toutes les mesures de progrès sont en recul.

Cette réalité affligeante exige la prise de mesures immédiates, mais elle ne doit pas faire oublier que 2021 a aussi apporté quelques bonnes nouvelles pour les enfants. Alors que l’année touche à sa fin, voici dix raisons de se réjouir :

  1. La Corée du Sud et la Colombie ont interdit toutes les punitions corporelles contre les enfants, ce qui porte à 63 le nombre de pays qui ont adopté une interdiction complète dans le monde. Rappelons qu’il y a quarante ans, il n’y en avait qu’un, la Suède.

  2. Un nouveau vaccin contre le paludisme devrait sauver la vie de dizaines de milliers d’enfants chaque année en Afrique subsaharienne, alors que l’Organisation mondiale de la santé a déclaré la Chine exempte de paludisme (alors qu’on y enregistrait autrefois 30 millions de nouveaux cas de paludisme chaque année).

  3. Malgré la pandémie, le taux de mortalité infantile a continué de baisser : il a ainsi perdu 2 % depuis 2020 et a été divisé par près de deux depuis 2000.

  4. La Tanzanie a levé l’interdiction d’aller à l’école qu’elle avait imposée aux jeunes mères. Depuis 2017, des milliers de jeunes filles ont été expulsées de leur école après être devenues enceintes.

  5. La République dominicaine et les États de New York et du Rhode Island, aux États-Unis, ont adopté des lois abolissant le mariage d’enfants.

  6. L’utilisation militaire d’écoles a chuté de plus de 50 % dans les premiers pays à avoir appliqué la déclaration sur la sécurité dans les écoles. En 2021, six pays supplémentaires, le Mexique, l’Algérie, les Maldives, le Timor-Leste, le Togo et la Namibie ont adopté cette déclaration, ce qui porte le nombre d’adhérents à 113.

  7. Plus de 45 000 enfants emprisonnés, dans 84 pays, ont été remis en liberté pendant la pandémie de Covid-19.

  8. Aux États-Unis, on estime à 100 000 la baisse du nombre de jeunes s’étant fait connaître des services de justice pénale des adultes depuis la mise en place de la politique « Raise the Age » (« repousser l’âge »), qui a accru l’âge de la responsabilité pénale à 18 ans pour tous les délits, à l’exception des crimes les plus graves.

  9. Une coalition de groupes armés du Mali a signé le plan d’action des Nations Unies pour mettre fin au recrutement et à l’emploi d’enfants-soldats et à d’autres violations des droits des enfants pendant les conflits armés. Dix-neuf plans d’action de ce type sont actuellement mis en œuvre à travers le monde.

  10. Dans le cadre des poursuites judiciaires engagées par neuf jeunes militants pour le climat, la Cour constitutionnelle allemande a ordonné au gouvernement de fixer des objectifs clairs de réduction des émissions de gaz à effet de serre après 2030.

Un récent sondage mené dans 21 pays fait apparaître qu’en dépit des difficultés mondiales actuelles, les enfants et les jeunes sont 50 % plus susceptibles que leurs aînés de penser que l’état du monde s’améliore à chaque génération. En 2022, les gouvernements devraient prendre d’autres mesures pour leur garantir de nouveaux droits et protéger leur avenir.

Disclaimer

Human Rights Watch
© Copyright, Human Rights Watch - 350 Fifth Avenue, 34th Floor New York, NY 10118-3299 USA