World

Maintien de la paix : l’ONU demande aux Etats membres de renforcer leur soutien

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Des Casques bleus préparent le lancement d'un drone d'observation pour identifier les positions de groupes armés en République centrafricaine © MINUSCA/Leonel Grothe

Des ministres du monde entier se sont réunis mardi pour une conférence virtuelle de deux jours à Séoul, en République de Corée, avec pour objectif de discuter notamment du renforcement des capacités technologiques et médicales des opérations de maintien de la paix des Nations Unies.

« Alors que nous sommes confrontés à de nouvelles menaces et à des défis croissants, je vous exhorte à redoubler de soutien. Pour que les opérations de maintien de la paix des Nations Unies réussissent, nous devons tous jouer notre rôle », a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, dans un message vidéo.

Le chef de l’ONU a noté que les sept dernières années ont vu une augmentation notable de l'appui au renforcement des opérations de maintien de la paix des Nations Unies. « Nous avons pu déployer plus rapidement de nouvelles capacités militaires et policières et inclure davantage de femmes Casques bleues, policières et civiles dans nos opérations », a-t-il dit.

Mais il a observé que le monde est confronté aujourd'hui au plus grand nombre de conflits violents depuis 1945, la pandémie de Covid-19, la crise climatique et les tensions géopolitiques rendant les conflits plus complexes et plus longs.

Cette conférence ministérielle réunit des responsables d'une centaine de pays, dont des ministres des Affaires étrangères et de la Défense, de hauts responsables d'organisations internationales, des universitaires et des journalistes.

Dès le premier jour, des dizaines de pays ont annoncé des promesses de soutien.

Des lacunes importantes

Le Secrétaire général a noté que le maintien de la paix des Nations Unies est toujours confronté à des lacunes importantes dans ses missions, en particulier en ce qui concerne l'aviation et les capacités de haute technologie.

« Au Mali, nous avons besoin d'hélicoptères et d'équipes d'évacuation sanitaire pour couvrir un vaste terrain inaccessible par la route ou le fleuve », a-t-il souligné.

Autre exemple : les systèmes d'avions sans pilote à longue portée sont essentiels à plusieurs missions, notamment en République centrafricaine. Ils contribuent à protéger les civils en permettant aux Casques bleus de savoir ce qui se passe autour d'eux, de jour comme de nuit.

« Nous avons besoin de votre partenariat pour nous assurer que nous déployons des troupes bien entraînées avec l'équipement approprié », a déclaré M. Guterres à l’adresse des participants de la conférence.

« Trop souvent, les Casques bleus en uniforme n'ont pas les compétences nécessaires pour administrer les premiers soins, planifier et entreprendre une patrouille, ou pour évaluer les informations et identifier les menaces », a-t-il ajouté. « Nous devons investir dans des partenariats triangulaires durables entre les pays dotés de ressources, ceux qui fournissent des troupes et des forces de police, et les Nations Unies, pour fournir une formation solide à nos Casques bleus ».

Lutter contre l'exploitation et les abus sexuels

Il a aussi exhorté les Etats à se joindre au Secrétariat de l’ONU et aux missions « pour redoubler d'efforts afin de prévenir et combattre les fautes commises par un petit nombre de notre personnel, en particulier l'exploitation et les abus sexuels, qui ternissent tout notre travail ».

Selon le chef de l’ONU, une approche intégrée et collective de la gestion des risques est nécessaire et il faut trouver « des solutions significatives et respectueuses aux demandes de paternité et de pension alimentaire pour enfants ».

Il a également jugé que la parité entre les sexes est « essentielle à notre efficacité ». « Nous avons maintenant la parité hommes-femmes parmi les chefs et les chefs adjoints de mission, et avec votre aide, nous augmentons régulièrement le nombre de femmes Casques bleues. Je vous exhorte à poursuivre et à renforcer vos efforts », a-t-il dit.

« Nous devons permettre aux femmes Casques bleues de jouer des rôles clés à tous les niveaux et dans toutes les fonctions opérationnelles. Les femmes doivent avoir le même accès au développement professionnel et à l'expérience opérationnelle que les hommes, afin qu'elles puissent concourir pour des postes au sein des missions de maintien de la paix », a-t-il ajouté.