L'Union européenne annonce un engagement plus grand pour mettre fin aux souffrances causées par les mines antipersonnel

Report
from Anti-Personnel Mine Ban Convention
Published on 01 Mar 2013

Genève le 1 mars 2013 - L'Union européenne a annoncé l’investissement d’1.03 millions d’euros pour aider les États à surmonter les défis urgents dans la poursuite des objectifs de la Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel, ou Convention d’Ottawa. Par une décision du Conseil de l'Union européenne, adoptée en novembre 2012, et lancée aujourd’hui, jour du quatorzième anniversaire de l'entrée en vigueur de la Convention, l'Union européenne vise à faire avancer la mise en œuvre des obligations de la Convention telles que le déminage et l'assistance aux survivants d’explosions de mines antipersonnel, et la promotion de l'acceptation universelle de la Convention.

  • Un soutien sera accordé à cinq États parties pour la conduite d’une évaluation à mi-parcours de la mise en œuvre du déminage et pour recevoir des soutiens techniques.
  • Un soutien technique national sera fourni à trois États parties pour faire avancer l'intégration des efforts d’assistance aux survivants d’explosions de mines antipersonnel dans les contextes plus larges du handicap.
  • Des visites de haut niveau dans des États non parties à la Convention seront effectuées par des personnalités éminentes qui sont profondément attachées à la cause antimines : le Prince Mired Raad Al Hussein de Jordanie continuera son rôle éminent d’Envoyé spécial de la Convention. De plus, le musicien Juanes artiste plusieurs fois vainqueur aux Grammy Awards, se joindra aux efforts de haut niveau visant à interdire les mines antipersonnel.

«Dans le cadre de la Stratégie européenne de sécurité, la décision du Conseil de l’Union européenne en soutien de la mise en œuvre du Plan d'action de Carthagène, est un moyen pratique pour l'Union européenne de démontrer son rôle de leader dans la poursuite de la vision de Convention qui consiste à mettre fin de manière décisive aux souffrances et aux pertes de vies humaines causées par les mines antipersonnel», a déclaré Andras Kos, Chef du désarmement de la délégation de l'Union européenne auprès de l'ONU à Genève.

«La décision démontre également l'engagement continu de l'Union européenne et de ses États membres envers la Convention, et notre détermination à coopérer et élargir l'assistance à ces États qui ont besoin d'aide pour remplir leurs engagements», a déclaré Andras Kos.

L’Unité d’appui à l’application de la Convention (ISU en anglais) mettra en œuvre la décision du Conseil. «La Décision du Conseil est une grande opportunité pour la Convention et pour les États parties de manière individuelle dans la mesure où l'Union européenne investit pour assurer que les engagements pris lors du Sommet de Carthagène de 2009, deviennent réalité avant la Troisième Conférence d'examen en 2014», a déclaré Kerry Brinkert, Directeur de l’ISU.

Grâce à la ratification de la Convention en décembre par la Pologne, tous les 27 États membres de l'Union Européenne, sont désormais parties à la Convention. «L'Union européenne est unie dans sa détermination et son engagement pour atteindre un monde sans la menace des mines antipersonnel», a déclaré Andras Kos.

#

Pour plus de renseignements sur la Convention, contacter:
Laila Rodriguez +41 (0) 22 906 1656, press@apminebanconvention.org.

Pour plus de renseignements sur l’Union européenne, contacter:
Ruth Kaufmann-Bühler +41 (0) 22 919 7462, ruth.kaufmann-buehler@eeas.europa.eu.

Retrouvez-nous sur notre site web, Facebook, Flickr ou Twitter.