World

Les organisations internationales et les fabricants de vaccins conviennent d’intensifier la coopération pour l’approvisionnement en vaccins contre la COVID-19

Format
News and Press Release
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Quatrième réunion de l’Équipe spéciale multilatérale des dirigeants chargée de l’accès aux outils de lutte contre la COVID-19

Les dirigeants du Fonds monétaire international, du Groupe de la Banque mondiale, de l’Organisation mondiale de la Santé et de l’Organisation mondiale du commerce se sont réunis avec les P.D.G. des grands fabricants de vaccins pour étudier les stratégies qui permettraient d’élargir l’accès aux vaccins contre la COVID-19, en particulier dans les pays à revenu faible et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, et en Afrique. L’équipe spéciale (en anglais) a noté avec préoccupation que si l’on ne prend pas des mesures urgentes, il est peu probable que l’on parvienne à vacciner au moins 40 % de la population dans tous les pays du monde d’ici la fin de 2021, objectif déterminant pour mettre fin à la pandémie et amorcer le redressement économique mondial.

Les membres de l’Équipe ont constaté qu’alors même que la production cumulée de vaccins est suffisante au niveau mondial, les quantités de doses qui parviennent aux pays à revenu faible et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure sont insuffisantes, ce qui crée de graves inégalités. L’Équipe spéciale a invité les pays qui ont passé des contrats d’achat de doses en grandes quantités et les fabricants à s’unir de bonne foi pour approvisionner de toute urgence en vaccins le COVAX et l’AVAT (en anglais), deux dispositifs multilatéraux essentiels pour une distribution équitable des vaccins.

Les membres de l’Équipe se sont félicités de ce que les P.D.G. étaient désireux de collaborer collectivement avec eux pour redresser les inégalités en matière de vaccins et disposés à former un groupe de travail technique avec l’Équipe pour échanger et coordonner les informations sur la production et les livraisons de vaccins.

L’Équipe spéciale a souligné que pour atteindre le seuil d’une couverture de 40 % dans tous les pays d’ici la fin de 2021, les gouvernements et les fabricants devaient prendre immédiatement les mesures suivantes :

Mettre des doses à la disposition des pays à revenu faible et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure : Les membres de l’Équipe constatent que, collectivement, les pays où le taux de vaccination est élevé ont acheté à l’avance plus de deux milliards de doses en plus de celles nécessaires pour vacciner entièrement leur population. L’Équipe appelle à nouveau ces pays à s’employer de toute urgence : i) à échanger leurs livraisons à court terme contre celles du COVAX et de l’AVAT ; ii) à honorer leurs promesses de dons de vaccins en remettant tout de suite au COVAX des doses sans préaffectation ; iii) à libérer les fabricants de vaccins des engagements pris au titre d’options et de contrats afin que ces doses puissent être distribuées aux habitants des pays à revenu faible et à revenu faible de la tranche inférieure. En outre, les fabricants devraient considérer leurs contrats avec le COVAX et l’AVAT comme prioritaires et les exécuter.

Transparence de l’approvisionnement en vaccins : Pour que les doses de vaccin parviennent aux pays qui en ont le plus besoin, en particulier les pays à revenu faible et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, l’Équipe spéciale appelle les fabricants à communiquer leurs calendriers précis de livraison mois par mois pour toutes les expéditions de vaccins, notamment pour le COVAX et l’AVAT. Dans ses remarques, l’OMS a souligné l’importance de son appel à un moratoire sur les doses de rappel jusqu’à la fin de 2021, hormis pour les personnes immunodéprimées, afin de pouvoir optimiser l’approvisionnement des pays à faible revenu.

Supprimer les restrictions à l’exportation et les interdictions : L’Équipe spéciale appelle tous les pays à remédier de toute urgence aux problèmes de restrictions à l’exportation, de droits de douane élevés et d’obstacles douaniers concernant les vaccins contre la COVID-19 ainsi que les matières premières et le matériel nécessaires pour produire et distribuer les vaccins en temps voulu.

Unification et harmonisation de la réglementation : L’Équipe spéciale appelle les autorités de réglementation du monde entier à œuvrer pour la cohérence et la normalisation de la réglementation en matière d’homologation des vaccins, et pour l’acceptation du protocole OMS d’autorisation d’utilisation d’urgence (en anglais). Parallèlement, il convient d’augmenter la production de vaccins, de produits de diagnostic et de traitements dans l’ensemble du monde et d’accélérer la distribution équitable de ces outils d’importance vitale aux pays en développement.