Les conflits et les phénomènes climatiques pèsent sur la sécurité alimentaire – FAO

Report
from UN News Service
Published on 05 Mar 2018 View Original

Trente-sept pays ont toujours besoin d'une aide alimentaire externe, a prévenu lundi l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dans un rapport.

Les conflits et des conditions climatiques défavorables sont à l’origine de la persistance de ces niveaux élevés d'insécurité alimentaire à travers le monde. Ces derniers ont des conséquences néfastes sur certains pays, notamment en Afrique de l'Est et au Proche-Orient où de nombreuses personnes ont encore un besoin d'aide humanitaire.

Les guerres civiles et l'insécurité sont les principales raisons expliquant les taux élevés de faim dans 16 de ces pays. Selon le rapport, les conflits déplacent des millions de personnes, entravant les activités agricoles et, dans certains cas, faisant augmenter les prix des denrées alimentaires de base.

En République démocratique du Congo (RDC), l'inflation a plus que doublé en 2017, avec une hausse de 42% du taux annuel. Dans la région du Sahel, les violences ont perturbé les routes commerciales traditionnelles, faisant augmenter les prix, tandis que des pénuries alimentaires ont été signalées au sud et à l'est de la Libye.

Des pluies insuffisantes et irrégulières menacent la sécurité alimentaire en Afrique australe et en Afrique de l'Est, où de nombreux ménages ruraux ont connu quatre saisons agricoles d'affilée amoindries par la sécheresse.

L’insécurité alimentaire frappe plus particulièrement les pays d’Afrique. 29 des 37 pays ayant besoin d'une aide alimentaire externe sont situés sur le continent africain. (Burkina Faso, Burundi, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, Congo, RDC, Djibouti, Erythrée, Ethiopie, Guinée, Kenya, Lesotho, Liberia, Libye, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritanie, Mozambique, Niger, Nigéria, Sierra Leone, Somalie, Soudan du Sud, Soudan, Swaziland, Ouganda, Zimbabwe).