Le Secrétaire général annonce la création d’un groupe de haut niveau sur les déplacements internes

Report
from UN Secretary-General
Published on 23 Oct 2019 View Original

SG/SM/19825

La déclaration suivante a été faite, aujourd’hui, par le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres:

Aujourd’hui marque le dixième anniversaire de l’adoption de la Convention de l’Union africaine sur la protection et l’assistance aux personnes déplacées en Afrique. Plus connu sous le terme de Convention de Kampala, ce traité fondamental est le premier et le seul instrument juridiquement contraignant de protection et d’assistance aux personnes déplacées dans leur propre pays.

L’adoption de la Convention a marqué une étape importante dans les efforts de l’Afrique pour lutter contre le déplacement interne et démontré le rôle de premier plan de l’Union africaine dans l’élaboration de normes relatives au déplacement interne. Je salue également son engagement à promouvoir les droits et le bien-être des personnes déracinées dans leur propre pays.

Mais dans le monde entier, le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays a continué d’augmenter ces dernières années, avec plus de 41 millions de personnes fin 2018 en raison des conflits armés et des violences. Des millions d’autres sont déplacées chaque année à l’intérieur de leur propre pays à cause de catastrophes naturelles. Les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays sont parmi les plus vulnérables et font face à divers risques pour leur vie, leur santé et leur bien-être. Et de plus en plus de personnes sont déplacées pour de plus longues périodes, fragilisant ainsi les efforts des pays touchés pour réaliser les objectifs de développement durable.

C’est pour cette raison que je suis heureux d’annoncer, aujourd’hui, la création du Groupe de haut niveau sur les déplacements internes, chargé de rechercher des solutions aux situations de déplacement interne et d’en atténuer les conséquences pour des millions de personnes touchées. Ce groupe s’emploiera à renforcer l’attention au niveau mondial sur le sort des personnes déplacées et à renforcer le soutien qui leur est apporté, tout en élaborant des recommandations concrètes à l’intention des États Membres, du système des Nations Unies et des autres parties prenantes concernées en vue d’améliorer l’approche et la réponse apportées à la question, en accordant une attention particulière aux solutions durables.

J’annoncerai sous peu la composition du Groupe de haut niveau. Je m’attends à ce que le Groupe entame ses délibérations début 2020 et me soumette ses recommandations dans un délai d’un an à compter de sa première réunion.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.