World + 1 more

Le Fonds mondial remercie l’Allemagne pour sa contribution de 140 millions d’euros

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

08 avril 2021

GENÈVE – Le Fonds mondial salue le leadership allemand dans la riposte mondiale au COVID-19 et se réjouit de la contribution supplémentaire de 140 millions d’euros visant à soutenir les efforts menés par le Fonds mondial dans la lutte contre la pandémie de COVID-19 dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Cette contribution vise aussi à atténuer l’impact de la pandémie sur les programmes de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme, notamment en déployant les tests de diagnostic et en protégeant les agents de santé en première ligne.

Cette allocation fait partie de l’engagement de 1,5 milliard d’euros annoncé par la chancelière Merkel au sommet virtuel des dirigeants du G7 en février pour soutenir les activités de l’Accélérateur ACT, une collaboration innovatrice des partenaires mondiaux cofondée par le Fonds mondial afin d’accélérer l’élaboration, la production et la fourniture équitable de nouveaux tests, traitements et vaccins. Cette contribution de 140 millions d’euros alloués à la riposte du Fonds mondial contre le COVID-19 fait suite à une précédente contribution de l’Allemagne de 150 millions d’euros, annoncée en juin 2020.

Commentant les efforts de lutte à l’échelle mondiale contre le sida, la tuberculose et le paludisme durant la pandémie de COVID-19, le Ministre du Développement Gerd Müller a déclaré que l’Allemagne, quatrième donatrice du Fonds mondial, augmentait sa contribution cette année, avec un financement supplémentaire de 140 millions d’euros pour aider à préserver les programmes de lutte contre ces maladies.« Près de deux tiers de l’ensemble des programmes de lutte contre la tuberculose ont connu des perturbations. Par conséquent, l’Organisation mondiale de la Santé craint que le nombre de décès supplémentaires causés par la tuberculose en 2020 atteigne 400 000 à l’échelle mondiale, dont un grand nombre chez les enfants. Nous ne devons pas relâcher nos efforts dans la lutte contre la tuberculose. C’est pourquoi l’Allemagne a décidé d’accroître ses contributions au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. »

« Nous sommes extrêmement reconnaissants du leadership allemand, avec ce financement supplémentaire qui vient appuyer notre riposte pour aider les pays à lutter contre le COVID-19, sauver des vies et protéger les gains durement acquis dans la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme », indique Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial. « Encourager une riposte plus audacieuse, plus réactive et davantage unifiée est essentiel. Plus longtemps le COVID-19 demeurera hors de contrôle dans certaines régions du monde, plus le risque de nouveaux variants sera élevé et les répercussions sur les économies et les autres maladies mortelles seront graves. »

Grâce au soutien de donateurs et de ses partenaires, le Fonds mondial joue un rôle clé dans la riposte mondiale à la pandémie de COVID-19. En 2020, le Fonds mondial a immédiatement mis à disposition jusqu’à 1 milliard de dollars US pour aider les pays à riposter au COVID-19 (avec des fournitures médicales, des tests et des traitements essentiels), protéger les agents de santé de première ligne, adapter les programmes vitaux de lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme, et renforcer des systèmes de santé déjà fragiles. Le Fonds mondial, plus important prestataire de subventions pour le renforcement des systèmes de santé du monde, par ses investissements dans les interventions communautaires, les agents de santé, les laboratoires, l’amélioration des chaînes d’approvisionnement et les systèmes d’information de santé, appuie la riposte au COVID-19 dans de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire.

Le Fonds mondial a approuvé fin mars l’extension du dispositif de riposte au COVID-19. Avec cette décision et le financement supplémentaire opportun de l’Allemagne, le Fonds mondial sera en mesure d’apporter un soutien rapide plus important aux pays partenaires.

« Nous devons agir ensemble et rapidement. Il est essentiel d’accélérer l’accès équitable aux vaccins. Mais il est tout aussi important de garantir un accès équitable aux tests, aux traitements et aux équipements de protection individuelle pour les agents de santé de première ligne. C’est uniquement en adoptant une démarche globale, en s’attaquant aux faiblesses des systèmes de santé et en renforçant la résilience des communautés que nous pourrons vaincre ce virus redoutable et continuer la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme », a déclaré Peter Sands.