World

L'Afrique devrait produire des vaccins sur le continent, déclare le chef du groupe de la Banque africaine de développement à la veille des assemblées annuelles 2021 du groupe

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Le président du Groupe de la Banque africaine de développement, le Dr Akinwumi A. Adesina, a de nouveau exhorté les dirigeants régionaux à se concentrer sur la production et l'accès aux vaccins pour le continent africain, alors que l'épidémie de Covid-19 continue de faire des victimes et de nuire aux économies et aux moyens de subsistance.

M. Adesina s'est adressé aux dirigeants de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) lors d'un sommet spécial qui s'est tenu samedi, quelques jours avant les assemblées annuelles 2021 du Groupe de la Banque, prévues du 23 au 25 juin.

"L'Afrique a besoin de solutions pour l'aider à traverser les moments très difficiles posés par la pandémie de Covid-19", a déclaré Adesina. "Mais le rebondissement dépendra de l'accès aux vaccins".

La Banque africaine de développement apportera son soutien au continent dans le cadre du plan vaccins de l'Union africaine. Elle prévoit d'engager 3 milliards de dollars pour développer l'industrie pharmaceutique en Afrique, a précisé Adesina. "L'Afrique ne devrait pas mendier des vaccins", a déclaré M. Adesina. L'Afrique devrait produire des vaccins", a-t-il souligné.

Ces derniers mois, le président de la Banque africaine de développement a publiquement insisté sur la nécessité de construire rapidement un système de défense sanitaire pour le continent, afin de faire face à la Covid-19 et aux futures pandémies.

La Banque a déjà acheminé 2 millions de dollars d'aide d'urgence à l'Organisation mondiale de la santé pour renforcer les capacités de l'OMS en matière de prévention des infections, de dépistage et de gestion des cas. Elle a également accordé un financement de 28 millions de dollars aux Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC) pour un projet de réponse à la Covid-19. Ce projet renforcera la capacité à coordonner la réponse au Covid-19 et aux futures épidémies en Afrique.

Cette année, la Banque organise ses réunions annuelles autour du thème "Construire des économies résilientes dans l'Afrique post-Covid-19". Les réunions fourniront une plateforme pour que ses gouverneurs partagent l'expérience de leurs pays face à la pandémie et les mesures politiques qu'ils emploient pour reconstruire les économies et les moyens de subsistance.

Dans leur communiqué, les dirigeants de la CEDEAO ont salué la récente décision des nations du G7 de fournir des vaccins supplémentaires aux pays en développement. Ils ont encouragé l'Organisation Ouest Africaine de la Santé à intensifier ses efforts pour mobiliser des partenariats afin de produire des vaccins Covid-19 en Afrique.

M. Adesina a déclaré que la récente décision du Fonds monétaire international d'émettre des droits de tirage spéciaux (DTS) offre une réelle opportunité de reconstruire en mieux et plus vert et de s'attaquer de manière plus décisive aux problèmes d'endettement de l'Afrique. "Le sommet des dirigeants du G-7, la semaine dernière, a donné le feu vert à l'attribution de 100 milliards de dollars de DTS à l'Afrique. Cela ouvrira la voie à un allégement bien nécessaire pour l'Afrique", a-t-il noté.

Les dirigeants africains, lors d'un sommet à Paris en mai, ont demandé à la Banque africaine de développement de recevoir des DTS au nom des pays africains et de les utiliser pour rétrocéder des prêts aux banques publiques de développement africaines. M. Adesina a déclaré qu'il serait important d'en affecter une partie au rachat de la "dette très onéreuse" de l'Afrique, due à des créanciers privés qui s'engageront auprès de la communauté internationale.

Le président de la Banque, qui a proposé un mécanisme africain de stabilité financière pour protéger le continent contre les chocs extérieurs, a déclaré qu'un tel mécanisme était essentiel. "Il exigera que nous mutualisions nos ressources, que nous évitions les effets de débordement régionaux, que nous régionalisions les règles de politique budgétaire, que nous développions des réformes et des approches de résolution de la dette propres au continent, et que nous fournissions un filet de sécurité régional qui complétera le filet de sécurité mondial du Fonds monétaire international", a-t-il déclaré.

M. Adesina a également abordé la question de l'insécurité sur le continent, soulignant que les actions terroristes affectent les pays de tout le continent, y compris le Sahel et le bassin du lac Tchad, ainsi que les régions de la Corne de l'Afrique, qui doivent réorienter d'énormes ressources de leurs programmes de développement.

Il a déclaré : "Ces situations d'insécurité constituent aujourd'hui les plus grands risques pour le développement de l'Afrique. Nous devons désormais lier la sécurité aux investissements, à la croissance et au développement."

La Banque africaine de développement appelle au développement d'obligations d'investissement indexées sur la sécurité. Tirant parti de la faiblesse des taux d'intérêt à long terme, ces obligations permettront à l'Afrique de mobiliser des ressources sur les marchés mondiaux des capitaux pour renforcer sa sécurité à l'appui de la croissance et du développement, et pour protéger ses investissements.

Les obligations peuvent être livrées par l'intermédiaire de sociétés à finalité spécifique, établies au nom d'un groupe de pays africains. La Banque africaine de développement et d'autres partenaires de développement peuvent en améliorer le crédit. L'administration du produit des obligations serait gérée sous les auspices du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine et des communautés économiques régionales.

Le communiqué des dirigeants de la CEDEAO a félicité le Groupe de la Banque africaine de développement pour le lancement d'une facilité destinée à aider les pays africains - y compris les États membres de la CEDEAO - à relever les défis de la pandémie de Covid-19. Il a également salué le soutien de la Banque aux pays du G5 Sahel qui cherchent à renforcer leurs systèmes de santé nationaux, ainsi que son soutien à l'Organisation Ouest Africaine de la Santé.

Contact:
Amba Mpoke-Bigg, Communication and External Relations Department, African Development Bank, email: a.mpoke-bigg@afdb.org