World

La santé mentale importe aussi : Rapport sur les progrès en matière de santé mentale et d'activités de soutien psychosocial au sein du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Octobre 2021

Format
Analysis
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Résumé

L'Enquête sur la santé mentale et le soutien psychosocial à l'échelle du Mouvement a été réalisée cette année pour assurer un suivi de l'enquête sur la Santé mentale et le soutien psychosocial qui a été faite en 2019. Celle-ci, pour la première fois, fournissait un ensemble de données et une base de référence concernant les activités en matière de santé mentale et de soutien psychosocial (SMSPS) mises en œuvre par les composantes du Mouvement. Un total de 163 Sociétés Nationales (SN), la Fédération Internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) et le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) ont participé à cette enquête. Ce rapport présente les résultats de l'enquête de 2021 par rapport à ceux de l'enquête précédemment menée en 2019.

En 2021, 94 % des répondants (155 SN, la FCIR et le CICR) proposent des activités de santé mentale (SM) et/ou de soutien psychosocial (SPS). Comme en 2019, les premiers secours psychologiques (PSP) étaient l'une des activités les plus fréquemment proposées, avec 79 % des répondants (130 SN et la FICR) indiquant la pratiquer contre 74 % en 2019 (121 SN et la FCIR), soit une augmentation de 7 % sur ces deux années. La nouveauté en 2021 est le nombre élevé d'activités centrées autour des soins destinés aux personnels et aux volontaires (79 % : 130 SN, la FICR et le CICR) suivi de 68 % (110 SN, la FICR et le CICR) des répondants indiquant avoir pratiqué des activités pour répondre aux besoins de base des volontaires.

Les activités SM classées le plus haut par les répondants sont : le soutien psychologique, à 63 % (102 SN, la FICR et le CICR) contre seulement 20 % (33 SN, le CICR) en 2019 ; la formation d'acteurs communautaires au soutien psychologique de base (46 %: 74 SN, la FICR et le CICR) à peu près à la même fréquence que deux ans auparavant (45 % : 72 SN, la FICR et le CICR) ; et l'accompagnement psychologique (42 % : 69 SN, le CICR). Les volontaires et le personnel sont particulièrement concernés et sont devenus les groupes les plus importants pour les activités de SM avec une augmentation respective de 20 % et 13 %. 2% de plus des répondants (de 68 %(109 SN , la FICR et le CICR) en 2019 à 70% (113 SN, la FICR et le CICR) orientent les personnes ayant besoin de soins spécialisés vers d'autres prestataires de services. Pendant les situations d'urgence, 87 % des répondants (141 SN, la FICR et le CICR) assurent des activités de SMSPS.

En 2019, 74 % (120 SN, la FICR et le CICR) ont indiqué avoir au moins un point focal pour la SM et/ou le SPS dans leur organisation. En 2021, on constate toutefois une augmentation de ces points focaux. 81% (132 SN, la FICR et le CICR) des répondants ont indiqué avoir nommé un ou plusieurs points focaux.

Collectivement, il est indiqué qu'environ 40 000 employés et volontaires ont été formés au soutien psychosocial de base au sein des 163 SN et de la FICR l'année passée. Le nombre d'employés et de volontaires formés aux PSP a augmenté considérablement, passant de 42 000 en 2019 à environ 88 000 en 2021. Par ailleurs, 8 % de plus de répondants qu'en 2019 (141 SN, la FICR et le CICR) ont indiqué disposer d'un système pour suivre les activités de SM et/ou SPS de leur organisation.

25 % des répondants (42 SN) indiquent n'avoir aucun budget réservé aux activités de SMSPS, tandis que 76 % des SN et la FICR indiquent que le manque de fonds ou des fonds limités constituent un obstacle pour mettre en place des activités de SM et/ou SPS. De plus, 42 % des répondants signalent des défis au sein de composantes du Mouvement faisant obstacle aux activités de SPS ou/et SM, suivis de 41 % des répondants qui rapportent une expertise technique absente ou limitée, et qui les empêche de répondre aux besoins.

À l'avenir, 50 % (81 SN, la FICR et le CICR) prévoient d'étendre leurs activités de SMSPS, 39 % (64 SN) veulent intégrer les SMSPS au sein de leurs programmes actuels, 12 % (20 SN et le CICR) prévoient de conserver le même niveau d'activités de SMSPS, tandis que seule une SN s'attend à réduire ses activités dans ce domaine.

Enfin, ce rapport ne comprend pas d'informations spécifiques quant à la prestation d'activités de SM et/ou SPS en relation avec la pandémie de COVID-19. Nous reconnaissons que la pandémie a pu avoir un impact sur les services fournis. Cependant, pour conserver leur validité, les questions de l'enquête sur lesquelles est basé ce rapport restaient essentiellement les mêmes qu'en 2019, à l'exception des questions formulées par les groupes de travail de la Feuille de route SMSPS (voir l'annexe).