L’ONU et ses partenaires lancent un appel humanitaire de 20,1 milliards de dollars pour aider plus de 87 millions de personnes en 2016

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 07 Dec 2015

(Genève, 7 décembre 2015): Plus de 125 millions de personnes dans le monde ont besoin d’aide humanitaire. A travers une action collective et coordonnée les organisations humanitaires visent en 2016 à apporter une aide d’urgence à plus de 87,6 millions de personnes parmi les plus vulnérables et marginalisées. Cela demandera un financement de 20,1 milliards de dollars américains – soit cinq fois le montant demandé il y a dix ans.

« La souffrance dans le monde a atteint des niveaux jamais vu en une génération. Les conflits et les catastrophes ont poussé des millions d’enfants, de femmes et d’hommes à la limite de la survie. Ils ont désespérément besoin de notre aide », a dit Stephen O’Brien, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence en lançant l’appel humanitaire global 2016 à Genève.

« Les agences onusiennes et leurs partenaires sont déterminés à faire tout ce qu’ils peuvent pour répondre de manière rapide et efficace aux besoins urgents des personnes, familles et communautés touchées. Ils comptent sur nous aujourd’hui pour leur futur. J’exhorte la communauté internationale à répondre une nouvelle fois généreusement à notre appel de financement afin que nous puissions faire notre travail. »

L’appel humanitaire est le point culminant d’un effort global dans lequel des centaines d’organisations qui fournissent aide alimentaire, abris, médicaments, protection, éducation d’urgence, et toute autre forme d’assistance de base aux populations dans les régions touchées par les conflits et catastrophes se rassemblent pour évaluer les besoins, décider des stratégies de réponse, et présenter leurs plans aux donateurs. Les plans de l’appel humanitaire global 2016 prévoient une réponse dans 37 pays.

Les conflits en Syrie, Irak, Soudan du Sud et au Yémen resteront parmis les plus grands facteurs entraînant des besoins humanitaires en 2016, provoquant de nouveaux déplacements à l’intérieur des pays et à travers les frontières. A travers le monde, le nombre de personnes forcées de quitter leurs foyers a déjà atteint 60 millions, un niveau jamais connu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

« Les mouvements massifs de population, qu’il s’agisse de réfugiés ou de personnes se déplaçant à l’intérieur de leurs pays, sont devenus la nouvelle réalité du 21ème siècle », a dit le Haut Commissaire aux réfugiés António Guterres. « Le système humanitaire international est trop souvent le seul soutien qui existe pour les personnes fuyant la guerre. Il doit être financé de manière réaliste et conforme aux immenses défis d’aujourd’hui. Il est clair qu’avec le niveau de ressources actuel, nous ne sommes pas à même de fournir ne serait-ce que le minimum de protection et d’assistance d’urgence. »

Jusqu’ici en 2015, les bailleurs de fonds internationaux ont fourni 9,7 milliards de dollars à l’appel global, couvrant uniquement 49 pourcent des besoins qui ont augmenté dans le cours de l’année jusqu’à 19,9 milliards de dollars. Les organisations humanitaires approchent la fin de cette année avec un déficit de financement de 10,2 milliards de dollars – le plus important déficit rencontré jusqu’à présent.

« Le nombre de personnes affectées par les conflits et autres crises est aujourd’hui inégalé, avec un impact sans précèdent sur leur santé », a dit Dr. Margaret Chan, Directrice générale de l’Organisation mondiale de la Santé. « L’OMS et ses partenaires sont engagés à s’assurer que tout le monde – particulièrement les femmes et les enfants – accède aux soins médicaux dont ils ont désespérément besoin. Mais pour cela, nous avons urgemment besoin de plus de financement. »

Dr. Ahmad Faizal Perdaus, Président du Conseil International des Agences Bénévoles (ICVA) et Président de Mercy Malaysia, a dit: « La réponse humanitaire doit être comprise comme un investissement dans les personnes, pas comme un coût. Investir pour aider ceux dans le besoin apporte des retours, quelque soit la façon de le mesurer – en vie humaine et dignité c’est inestimable bien sûr, mais aussi en termes financiers. Le véritable prix payé aujourd’hui est celui payé par ceux qui ont faim, qui ne sont pas en sécurité, qui fuient la guerre et la terreur. »

La documentation sur l’Appel Humanitaire Global 2016, y compris une version en ligne du document et une carte du financement global, est disponible sur www.unocha.org/stateofaid

Lien du document de l’appel: http://bit.ly/1OMQMQy

Note à la redaction:

L’appel humanitaire 2016 se base sur des plans de réponse et stratégies dans 27 crises: Afghanistan, Burkina Faso, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, République démocratique du Congo, Djibouti, Ethiopie, Gambie, Guatemala, Haïti, Honduras, Irak, Lybie, Mali, Mauritanie, Myanmar, Niger, Nigéria, le Territoire palestinien occupé, Sénégal, Somalie, Soudan du Sud, Soudan, Syrie, Ukraine et Yémen.

Les crises en République centrafricaine, au Burundi, Nigéria, Soudan du Sud, Syrie et Yémen affectent des régions entières et leurs pays voisins sont inclus dans des plans de réponse régionaux ce qui augmente le nombre de pays compris dans l’appel à 37.

Pour plus d’informations, merci de contacter:

Jens Laerke, OCHA Genève, laerke@un.org , Tel: +41 (0)22 917 11 42, Cell: +41 79 472 9750
Adrian Edwards, UNHCR Genève, edwards@unhcr.org , Tel: +41 (0)22 739 8741, Cell: +41 79 557 9120
Karin de Gruijl, UNHCR Genève, degruijl@unhcr.org, Cell: +41 79 255 9213
Tarik Jaserevic, OMS Genève, jasarevict@who.int, Cell: +41 79 367 6214
Nan Buzard, ICVA, nan.buzard@icvanetwork.org, Tel: +41 (0)22 950 9600 Les communiqués de presse d’OCHA sont disponibles sur : www.unocha.org or www.reliefweb.int

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.