World

L’éducation pour tous les enfants réfugiés est à notre portée, selon un rapport de la Banque mondiale et du HCR

Format
News and Press Release
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original
Des élèves réfugiés burundais dans une salle de classe à l’école Paysannat L, au camp de réfugiés de Mahama au Rwanda. Février 2018. © HCR/Georgina Goodwin

Genève/Washington - Le coût annuel moyen de l’éducation des réfugiés représente moins de 5% des dépenses publiques d’éducation dans les pays en développement qui accueillent 85% des réfugiés au niveau mondial, selon un rapport conjoint de la Banque mondiale et du HCR publié aujourd’hui.

Le principe de l’éducation inclusive, qui accorde l’accès à l’éducation pour tous les enfants réfugiés et leur inclusion dans les systèmes éducatifs nationaux, peut également conduire à améliorer les services pour les communautés locales dans les pays d’accueil. Cet objectif peut être atteint pour un coût annuel estimé à 4,85 milliards de dollars au niveau mondial. Ce montant budgétaire pour l’éducation de tous les réfugiés avait été estimé avant la pandémie de Covid, et il pourrait augmenter au fur et à mesure des effets de la pandémie.

Le rapport « Global Cost of Inclusive Refugee Education » fournit une méthodologie standardisée pour estimer les coûts de l'éducation des réfugiés dans tous les pays d'accueil. Il vise à intensifier le développement de plans d'éducation inclusifs pour les réfugiés au niveau national dans les pays d’accueil.

« Où qu’ils soient, les enfants doivent aller à l’école. L’éducation peut aider les enfants et les adolescents réfugiés à réussir malgré les sévères défis qu’ils endurent », a déclaré Mamta Murthi, Vice-Présidente de la Banque mondiale pour le développement humain. « Offrir une éducation de qualité à tous les enfants d’âge scolaire dans les pays les plus fragiles et affectés par les conflits ou la violence exigera de la communauté internationale et des gouvernements des pays hôtes qu’ils travaillent ensemble dans un esprit de partage des coûts et des responsabilités mais, selon le rapport, c’est à notre portée. »

A la mi-2020, le nombre de personnes déracinées à travers le monde a passé le cap des 80 millions, ce qui représente un pour cent de la population mondiale. Parmi elles se trouvaient 26 millions de réfugiés, dont la moitié a moins de 18 ans. Beaucoup d’entre eux vivent des crises prolongées. Ils passent souvent de longues périodes, voire la totalité de leurs années de scolarité, en situation de déplacement. L’éducation est essentielle pour leur avenir et leur autosuffisance.

« Les enfants et les adolescents réfugiés doivent être scolarisés, comme tous les enfants. Pour les garçons et les filles forcés de fuir les violences et la persécution, l’inclusion dans les systèmes éducatifs nationaux est synonyme d’espoir et s’avère cruciale pour définir leur avenir et réaliser leur potentiel », a déclaré Raouf Mazou, Haut Commissaire assistant du HCR en charge des opérations. « Notre étude montre clairement que cet objectif peut être atteint avec un véritable engagement, et ce à un coût gérable dans le contexte mondial. »

Le montant avancé dans le rapport correspond donc à un objectif à atteindre plutôt qu’à des engagements pris, des obligations internationales, ou à des dépenses nationales courantes pour l’éducation des réfugiés. Des difficultés subsistent pour financer l’éducation des réfugiés de manière suffisante, durable et coordonnée. Il est urgent d’améliorer la coordination du financement de l’éducation dans les situations de fragilité et de conflit.

Le financement n'est pas la seule condition pour l'accès universel et l'achèvement de l'éducation. Bien que le rapport se concentre sur l'estimation du coût de l'accès à l'éducation pour les enfants réfugiés, une amélioration de la qualité de l'éducation s’avère également essentielle. Prévenir le décrochage scolaire, c'est-à-dire l'incapacité de lire et de comprendre un texte simple à l'âge de 10 ans, s'applique aussi bien aux populations des pays d'accueil qu'aux enfants réfugiés.

Le Groupe de la Banque mondiale (GBM) est l'une des plus importantes sources de financement dans le domaine de l'éducation des réfugiés. Nos priorités se concentrent sur la mise en place de systèmes éducatifs inclusifs et adaptables dans des environnements fragiles et défavorables ; le renforcement des compétences et de la résilience des personnes dont la vie et l'éducation sont affectées par l'adversité ; et l'amélioration des services éducatifs pour les populations déracinées et les communautés d'accueil.

Le HCR, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, protège les personnes contraintes de fuir leur foyer en raison des conflits et de la persécution. Nous travaillons dans plus de 130 pays, pour assurer la protection de millions de personnes en leur apportant un soutien vital, en protégeant les droits humains fondamentaux et en les aidant à construire un avenir meilleur.

Pour plus d’informations sur la Banque mondiale, veuillez consulter le site : https://www.banquemondiale.org/fr/topic/education/overview

Stratégie FCV du Groupe de la Banque mondiale

  • Suivez la Banque mondiale sur : @WBG_Education

Pour de plus amples informations sur le HCR, veuillez consulter le site : https://www.unhcr.org/fr/education.html

  • Suivez le HCR : @refugees @Le_HCR

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

Contacts médias Banque mondiale :

Kristyn Schrader-King, kschrader@worldbank.org
Karolina Ordon, kordon@worldbankgroup.org

Contacts médias HCR :

Rebecca Telford, Responsable Education, telfordm@unhcr.org
Andrej Mahecic, mahecic@unhcr.org