L’appel humanitaire Mondial vise a aider 93.6 millions de personnes en 2019

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 04 Dec 2018

Les crises affectent un plus grand nombre de personnes, durent plus longtemps et les conflits demeurent la cause principale des besoins humanitaires et de protection. L’Aperçu de la situation humanitaire mondiale présente des plans détaillés, priorisés, et chiffrés sur la manière dont les Nations Unies et ses organisations partenaires répondront à ces besoins à travers le monde

(Genève, 4 décembre 2018) – Le monde se retrouve confronté à des besoins humanitaires extrêmement élevés essentiellement dû aux conflits armés qui engendrent d’énormes souffrances humaines et des déplacements pendant des périodes de plus en plus longues.

En 2019, près de 132 millions de personnes à travers le monde auront besoin d’aide humanitaire. Les Nations Unies et ses organisations partenaires visent à aider 93.6 millions de personnes parmi les plus vulnérables avec une assistance en nourriture, abris, soins de santé, éducation, protection et autre assistance de base, selon l’Aperçu de la situation humanitaire mondiale 2019 (GHO) présenté aujourd’hui à Genève par le Coordonnateur des secours d’urgence, Mark Lowcock.

Les financement requis en 2019 se chiffrent à US$21.9 milliards. Ce chiffre ne comprend pas les fonds requis pour la Syrie, qui seront confirmés lors de la finalisation du Plan de réponse humanitaire 2019 pour la Syrie. Les financements requis, au total, y compris ceux pour la Syrie, devraient avoisiner les financement requis actuels, soit près de $25 milliards. A mi-novembre de cette année, les donateurs ont assuré un financement record de $13.9 milliards, soit 10 pourcent de plus qu’à la même période en 2017, qui avait alors déjà constitué un record.

« Malgré la générosité croissante des donateurs, chaque année, un écart persiste entre ce qui est demandé et le financement reçu, » a dit M. Lowcock. « Une action rapide et un financement innovant, tels que l’assurance du risque et le financement des plans de contingence, peut aider à y remédier. Une amélioration de la coordination avec la programmation du développement en 2019 peut aussi aider à réduire les futurs financement requis en s’attaquant aux causes profondes des besoins humanitaires et en renforçant la résilience des communautés ».

Ces dernières années, la durée moyenne des plans de réponse humanitaire – les plans individuels par pays qui une fois combinés forment le GHO annuel – est passée de 5,2 ans en 2014 à 9,3 ans en 2018. Le nombre de personnes touchées, et les financement requis afin de pouvoir pallier à leurs besoins, ont également augmenté d’année en année. Les crises chroniques de grande ampleur ont reçu la majorité des ressources. Entre 2014 et 2018, les crises en Somalie, au Soudan du Sud, au Soudan et en Syrie ont représentées à elles seules 55 pourcent de tous les financements demandés et reçus.

Les catastrophes naturelles et le changement climatique ont aussi eu un coût humain élevé. Les catastrophes affectent en moyenne 350 millions de personnes chaque année et causent des milliards de dollars de dégâts.

La communauté humanitaire continue d’apporter une aide, plus conséquente, meilleure, et a pu atteindre des millions de personnes dans 41 pays en 2018 à travers des plans de réponse coordonnés. Par exemple, chaque mois, les acteurs humanitaires apportent une aide alimentaire à 8 millions de Yéménites, ainsi que des fournitures, une aide médicale et de la protection à 5.4 millions de Syriens, tout cela malgré l’augmentation des menaces sur la sécurité des travailleurs humanitaires.

« Le système humanitaire aujourd’hui est plus efficace que jamais. Nous sommes meilleurs dans l’identifications des vulnérabilités et des besoins particuliers des différents groupes et répondons plus rapidement aux catastrophes qui surviennent. Les plans de réponse sont maintenant plus inclusifs, compréhensifs, innovants et priorisés », a dit M. Lowcock.

Les personnes affectées elles-mêmes ont contribué à ces plans de réponse coordonnés à travers des interviews en tête à tête et des évaluations menées au niveau local. En outre, des réseaux dédiés à la protection de l’exploitation et des abus sexuels sont actifs dans 20 pays.

*****

Les documents « Aperçu de la situation humanitaire mondiale 2019 » et « Données et tendances humanitaires mondiales 2018 » sont disponible en ligne : www.unocha.org/globalhumanitarian-overview-2019

Des ressources supplémentaires pour les médias sont à disposition sur la même page : photos, films avec script, b-roll/plans et séquences et des vidéos pour les médias sociaux.

Note aux rédacteurs :

L’Aperçu de la situation humanitaire mondiale 2019 est basé sur les Plans de réponse humanitaire en Afghanistan, Burundi, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, République démocratique du Congo (RDC), Ethiopie, Haïti, Irak, Libye, Mali, Myanmar, Niger, Nigéria, Territoire palestinien occupé, Somalie, Soudan du Sud, Soudan, Syrie [à l’exception des financements requis], Ukraine et Yémen.

Le total des financements demandés inclus également les personnes comprises dans le Plan de réponse régional pour les réfugiés et la résilience de la Syrie et pour les réfugiés et migrants du Venezuela.

D’autres plans de réponse sont présentés mais ne sont pas inclus dans le total des financements demandés. Ils comprennent : les plans de réponses régionaux pour les réfugiés pour le Burundi, la RDC, le Nigéria et le Soudan du Sud, et des plans de pays pour le Bangladesh, la République populaire démocratique de Corée, le Pakistan et les Philippines.

Le rapport « Données et tendances humanitaires mondiales 2018 » se concentre sur les tendances et les opportunités dans l’action humanitaire, Il fait partie des efforts d’OCHA visant à améliorer les données et l’analyse des situations humanitaires à travers le monde et construire une communauté de données humanitaires.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.