World

L’accès à l’eau potable : un manque accentué par la COVID-19

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Le 22 mars prochain aura lieu la journée mondiale de l’eau. A cette occasion, l’ONG Vision du Monde, association de solidarité internationale qui vient en aide aux enfants les plus vulnérables partout dans le monde, souhaite alerter sur les problématiques d’accès à l’eau potable que rencontrent les populations des pays en développement.

Alors que les situations de stress hydrique sont de plus en plus importantes en raison de l’intensification des changements climatiques, le manque d’eau s’est largement fait ressentir depuis la crise mondiale liée à la COVID-19.

Le manque d’eau potable : une vulnérabilité supplémentaire face à la COVID-19

Alors que se laver régulièrement les mains à l’eau savonneuse constitue un des principal geste barrière pour se protéger de la COVID-19, des millions de personnes n’ont pas accès à ces points d’eau et se retrouvent d’autant plus vulnérables face à l’épidémie, qui n’en épargnent pas moins ces zones.

La pandémie actuelle démontre à quel point l’accès à l’eau potable et à des installations sanitaires viables sont des conditions indispensables pour se protéger des virus et éviter toutes formes de maladies hydriques. Encore aujourd’hui, ce sont plus de 800 enfants qui meurent chaque jour dans le monde des suites de maladies liées à l’eau.

Près de 850 millions de personnes ne bénéficient même pas de service élémentaire d'approvisionnement en eau potable. Parmi ces personnes, 263 millions vivent à plus de 30 minutes du premier point d’eau et 159 millions continuent à boire l’eau de surface non traitée, puisée dans des cours d’eau ou dans des lacs. Cette eau impropre à la consommation est responsable de nombreuses maladies, pouvant conduire jusqu’à la mort.

L’accès à l’eau potable : un manque accentué par la COVID-19

L’accès à l’eau à des conséquences directes sur la santé, l’alimentation, l’éducation, la production agricole et le développement économique des familles. Il constitue l’un des besoins humanitaires de base des populations. Il s’agit d’un droit humain fondamental dont bien trop de personnes sont encore privées !

Dans les pays en développement, les femmes et les enfants, et plus particulièrement les petites filles, doivent parcourir en moyenne 6 km par jour pour aller chercher de l’eau. Une corvée qui ne leur laisse pas le temps de rejoindre les bancs de l’école, d’accéder à une éducation de qualité et pouvoir s’émanciper. Favoriser l’accès à l’eau potable, c’est permettre aux enfants et à leur famille de sortir durablement du cercle vicieux de la pauvreté !

En 2018, Vision du Monde a apporté un accès à l’eau potable à une nouvelle personne toutes les 10 secondes Installation de fontaines d'eau potable pour les enfants

Dès le début de la crise COVID-19, Vision du Monde, membre du Partenariat international World Vision, 1er fournisseur non-gouvernemental d’eau potable à travers le monde, a déployé une grande réponse d’urgence pour faire face à la pandémie.

Des points d’eau et des stations supplémentaires pour le lavage des mains ont été installés dans les camps de réfugiés, dans la rue, dans les écoles et aux abords des centres de santé. Du savon et du désinfectant ont été distribués à ceux qui ne peuvent avoir accès à ces articles nécessaires pour se protéger du virus.

Plus de 70 000 stations publiques de lavage de mains ont été installées

Plus de 30 000 points d’accès à l’eau, pour l’assainissement et l’hygiène ont été construits et réhabilités. La question de l’accès à l’eau potable est centrale dans le travail de Vision du Monde, ces problématiques hydriques sont un point de départ de la majorité de ses 17 programmes de développement, répartis dans 12 pays.

Vision du Monde est convaincu que la crise de l’eau peut être résolue. En travaillant main dans la main avec les communautés locales, l’ONG humanitaire développe des projets dit « WASH », qui impliquent l'accès à l'eau potable, l'assainissement et l'hygiène, au sein de ses programmes de développement. Son approche basée sur le transfert de compétences lui permet non seulement d’assurer la construction de puits mais également de former les populations pour qu’elles puissent à leur tour en prendre soin.

Nos études prouvent que les puits construits par Vision du Monde sont toujours en état de marche 20 ans après.

En 2019, à travers le partenariat international World Vision, Vision du Monde a :

  • Fourni de l’eau potable à 3,4 millions de personnes

  • Amélioré les installations sanitaires pour 2,6 millions de personnes

  • Délivré des formations sur les bonnes pratiques d’hygiène à 4,3 millions de personnes