World

« J’ai perdu des amis, des proches, notre maison »

« J’ai perdu des amis, des proches, notre maison, nos moyens d’existence, nos biens », a déclaré Marinel Ubaldo. « Nous sommes privés de nos droits humains fondamentaux, notamment de notre droit à un environnement sûr. »

Marinel Ubaldo, qui est originaire d’une communauté côtière de Samar, dans l’est des Philippines, a raconté ce qu’elle a vécu lors du typhon Haiyan de 2013, l’un des cyclones tropicaux les plus puissants jamais enregistrés.

Son histoire fait partie des nombreux témoignages poignants entendus lors d’un récent débat sur les effets néfastes des changements climatiques au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

Selon plusieurs experts réunis à l’occasion de ce débat, la sécheresse et d’autres catastrophes naturelles causées par les changements climatiques ont forcé plus de personnes à fuir leur foyer que les conflits armés et l’ampleur des déplacements humains augmente chaque année.

« Nous sommes confrontés à une vague croissante de personnes déplacées par les effets des changements climatiques. Cette tragédie des droits de l’homme est intolérable. Malheureusement, certaines personnes ne peuvent pas échapper à ces catastrophes en raison de leur situation particulière. Ces personnes se retrouvent coincées et laissées de côté », a déclaré Ian Fry, Rapporteur spécial sur la promotion et la protection des droits de l’homme dans le contexte des changements climatiques.

M. Fry a indiqué qu’en 2021, 59,1 millions de personnes avaient été déplacées par des phénomènes météorologiques extrêmes aggravés par les changements climatiques, contre 19,2 millions en 2018 et 24,9 millions en 2019.

« Plus de personnes sont déplacées par les changements climatiques que les conflits armés, même si, dans de nombreux cas, les deux sont liés. »

Un rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a estimé qu’au moins 3,3 milliards de personnes sont particulièrement vulnérables aux changements climatiques.

Le bétail meurt et la terre est trop sèche pour être cultivée

Avant l’ouverture des discussions, les participants ont visionné une vidéo du réseau Collective for Climate Rights network, qui contient plusieurs témoignages de personnes directement affectées par les effets des changements climatiques.

Roland Ngam, chef de projet pour la justice climatique au bureau de la fondation Rosa Luxemburg en Afrique australe, a déclaré qu’en raison du manque de précipitations, le bétail mourait en grand nombre en Angola, en Namibie et en Afrique du Sud, menaçant les moyens de subsistance, et qu’environ deux millions de personnes avaient été touchées par la sécheresse dans le sud de Madagascar.

« Un million de personnes en Afrique du Sud ont déjà arrêté leurs activités agricoles en raison de la sécheresse », a déclaré M. Ngam.

Ivonne Yanez a expliqué que les glaciers des Andes équatoriennes étaient en train de disparaître et que des millions de personnes risquaient de ne plus avoir d’eau à l’avenir, tandis que Merryl Habchy, originaire du Liban, a évoqué les dommages que les incendies et les températures élevées ont causés au secteur agricole de son pays.

Depuis Vanuatu, dans les îles du Pacifique, Marie Joanita Meltebury a lancé un appel aux gouvernements pour qu’ils mettent fin partout aux subventions en faveur des combustibles fossiles.

« Les populations et les communautés du Pacifique bleu vivent dans une situation d’urgence climatique, une crise qui est malheureusement ignorée par de nombreux pays, y compris ceux qui sont les plus proches de nos îles », a déclaré Mme Meltebury.

« Le droit à la vie, à une vie digne, à une vie paisible et à une vie saine sera anéanti par les changements climatiques si on ne fait rien, car les changements climatiques affectent tous les types de droits humains, sans exception. »
NISREEN ELSAIM, PRÉSIDENTE DU GROUPE CONSULTATIF DE LA JEUNESSE SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Ouvrant le débat, la Haute-Commissaire Michelle Bachelet a déclaré que les changements climatiques « affectent les droits humains de chaque personne, partout dans le monde ».

Elle a toutefois souligné que les communautés marginalisées et en situation de vulnérabilité risquaient davantage de subir les conséquences les plus graves, allant de la déforestation à la sécurité alimentaire, en passant par la perte des terres et des moyens de subsistance traditionnels. On compte parmi les communautés vulnérables les peuples autochtones, les communautés rurales, les migrants, les enfants, les femmes et les personnes handicapées.

« Dans les communautés rurales, les changements climatiques peuvent limiter l’accès à l’alimentation, ce qui a des conséquences catastrophiques pour les communautés locales et agricoles. Les répercussions sur les femmes et les enfants des zones rurales, qui risquent davantage de vivre dans la pauvreté ou de souffrir de malnutrition, sont particulièrement importantes », a indiqué Mme Bachelet.

La Haute-Commissaire a préconisé une approche du financement de l’action climatique fondée sur les droits de l’homme afin de garantir que les personnes les plus vulnérables puissent avoir accès à une aide sous forme de subventions plutôt que de prêts.

Carroll Muffett, présidente du Center for International Environmental Law, a déclaré que si les membres du groupe des 20 principales économies (G20) sont responsables de 80 % des émissions mondiales, les petits États insulaires en développement et les pays les moins avancés ne représentent qu’environ 2 % de ces émissions.

« La responsabilité de la crise climatique n’est pas partagée de manière égale et la responsabilité de l’action climatique doit retomber le plus lourdement sur ceux qui ont été les moteurs de la crise à travers l’histoire et le monde », a déclaré Mme Muffett.

Sara Oliveros López, membre de la communauté autochtone nahua au Mexique et secrétaire de l’organisation Indigenous Peoples' and Community Conserved Territories and Areas (ICCA), a déclaré que la voix et l’expérience des communautés autochtones doivent être clairement entendues lors des sommets internationaux sur le climat.

« Il existe de plus en plus de preuves du rôle joué par les peuples autochtones et les communautés locales dans la conservation de la biodiversité et dans les réponses immédiates et efficaces aux changements climatiques que nous pouvons offrir à la planète », a-t-elle déclaré.