World

Indice de perception de la corruption (IPC) 2021

Attachments

Deux ans après le début de la pandémie dévastatrice de la COVID-19, l’Indice de perception de la corruption (IPC) 2021 montre que la situation dans ce domaine a stagné dans le monde entier. Malgré les engagements sur le papier, 131 pays n’ont pas fait de progrès significatifs dans la lutte contre la corruption au cours de la dernière décennie et, cette année, 27 pays se situent à des scores historiquement bas dans l’IPC. Dans le même temps, les droits de l’homme et la démocratie sont la cible d’attaques partout dans le monde.

Ce n’est pas là une coïncidence. La corruption est un terrain propice à la violation des droits humains, débouchant sur une spirale vicieuse et plongeante. À mesure que les droits et les libertés s’amenuisent et que la démocratie s’affaiblit, l’autoritarisme s’installe, entraînant des niveaux de corruption encore plus élevés.

L’année qui vient de s’écouler a vu la multiplication d’exemples inquiétants : des défenseurs des droits humains ont été tués, des médias ont été clôturés, des scandales d’espionnage gouvernementaux ont éclaté, tel le projet Pegasus. De plus en plus, les droits en général et les contrepoids au pouvoir sont minés, non seulement dans les pays où la corruption est systémique et les institutions faibles, mais aussi dans les démocraties établies.

Il est urgent d’accélérer la lutte contre la corruption si nous voulons mettre un terme aux violations des droits de l’homme et au déclin démocratique dans le monde entier.

L’IPC classe 180 pays et territoires en fonction de leur niveau perçu de corruption dans le secteur public, selon l’appréciation de personnes expertes et du monde des affaires.