World

Directives sur l’utilisation des transferts monétaires pour les programmes de Santé et Droits Sexuels et Reproductifs

Attachments

INTRODUCTION

CARE International est l’une des plus grandes organisations humanitaires au monde, luttant contre la pauvreté mondiale et travaillant dans plus de 90 pays. Les efforts d’interventions d’urgence de CARE sont particulièrement efficaces, car nous intégrons dans tous nos programmes une perspective de genre unique, en y mettant au centre les femmes et les filles.

L’accent mis par CARE sur les femmes et les filles nous donne un avantage unique pour tirer parti des transferts monétaires pour un impact plus durable et plus important. CARE s’engage à ce que les projets avec distribution de transferts monétaires soient conçus avec et pour les femmes et les jeunes filles, en répondant aux besoins, défis et opportunités des bénéficiaires. CARE a investi beaucoup dans les recherches pour s’assurer de l’efficacité des transferts monétaires pour les femmes et les jeunes filles, à travers des approches sensibles au genre qui encadrent/guident des processus et les résultats des modalités. L’organisation vise à être « Cash Ready » pour réaliser des avancées pour les femmes et les jeunes filles et pour répondre à la violence basée sur le genre par des transferts monétaires et atténuer les risques de violence basée sur le genre dans les projets avec transferts monétaires.

En outre, CARE cherche à augmenter son utilisation des transferts monétaires pour l’un de ses principaux domaines de programmation, la Santé et des Droits Sexuels et Reproductifs). Cela est conforme aux recommandations du Groupe de travail inter-organisations sur la santé reproductive qui considère les transferts monétaires comme une option appropriée pour assurer un accès continu à des soins de santé sexuelle et reproductive (SRH) complets, abordables et de haute qualité.

Étant donné la nature cyclique des situations d’urgence et le nombre croissant de pays dans des contextes fragiles, CARE travaille pour : 1) améliorer les efforts de préparation en matière de santé et droits sexuels et reproductifs grâce au renforcement des capacités du gouvernement, des partenaires locaux, et d’autres acteurs humanitaires, influencer la politique de préparation à la SDSR dans les situations d’urgence et renforcer les mécanismes de coordination entre les acteurs ; 2) faciliter les efforts d’intervention d’urgence flexibles, basés sur les droits, centrés sur les personnes, sensibles à l’égalité des sexes guidés par le Dispositif minimum d’urgence (Dispositif minimum d’urgence, DMU) pour la santé et les droits sexuels et reproductifs dans les situations de crise ; 3) renforcer les systèmes de santé gouvernementaux qui ont été affaiblis par des crises prolongées ou chroniques pour fournir des services de santé et de droits sexuels et reproductifs complets dans des contextes fragiles conformément au Manuel de terrain interorganisations sur la santé reproductive dans les situations humanitaires, en mettant l’accent sur le déblocage de l’accès aux services de SRH les plus stigmatisés ; et 4) des approches transversales pour soutenir la localisation et la programmation inclusive et sensible au répondant aux besoins et aux capacités des groupes vulnérables et marginalisés, tels que les adolescents, à toutes les phases d’une crise. Dans le but d’accroître l’accès aux services de santé et leur utilisation, en particulier la SSR, et guidé par l’IAFM, y compris le DMU, CARE estime que la fourniture de transferts monétaires pour la SDSR est essentielle pour contribuer à la sécurité, à la dignité et à la résilience des femmes et des jeunes filles dans les contextes humanitaires. Par conséquent, le renforcement de la base de données probantes et le partage des conseils et de l’apprentissage sur ce sujet sont une priorité absolue pour CARE.

Accédez aux ressources complémentaires ici.