World

Déclaration provisoire du Groupe consultatif technique de l’OMS sur la composition des vaccins contre la COVID-19 (TAG-CO-VAC) relative aux vaccins contre la COVID-19 dans le contexte de la circulation du variant Omicron du SARS-CoV-2

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Messages clés :

  • L’OMS a créé le Groupe consultatif technique sur la composition des vaccins contre la COVID-19 (TAG-CO-VAC) aux fins d’examiner et d’évaluer les incidences en matière de santé publique que les nouveaux variants préoccupants du SARS-CoV-2 ont sur les performances des vaccins contre la COVID-19 et de formuler, le cas échéant, des recommandations à l’intention de l’OMS quant à la composition de ces vaccins.
  • Dans le contexte de la circulation du variant préoccupant Omicron du SARS-CoV-2, le TAG-CO-VAC demande un accès plus large à l’échelle mondiale aux actuels vaccins contre la COVID-19, tant pour la primovaccination que pour les doses de rappel, dans l’espoir que cela atténue également l’apparition et l’impact de nouveaux variants préoccupants.
  • Le TAG-CO-VAC examine les souches devant composer les vaccins contre la COVID-19 et encourage les fabricants de vaccins à recueillir des données à petite échelle sur l’ampleur et la puissance de la réponse immunitaire induite par des vaccins monovalents et multivalents contre les variants préoccupants. Le Groupe consultatif tiendrait ensuite compte de ces informations dans un cadre décisionnel plus large sur la composition des vaccins.

En septembre 2021, l’OMS a créé le Groupe consultatif technique sur la composition des vaccins contre la COVID-19 (TAG-CO-VAC, en anglais). Ce groupe pluridisciplinaire composé de 18 experts (en anglais) examine et évalue les incidences en matière de santé publique que les nouveaux variants préoccupants ont sur les performances des vaccins contre la COVID-19 et formule des recommandations quant à la composition de ces vaccins. [1] Les travaux de ce groupe s’inscrivent en complément de ceux du Groupe consultatif technique sur l’évolution du virus SARS-CoV-2 (TAG-VE, en anglais), du Groupe stratégique consultatif d’experts sur la vaccination (SAGE,en anglais) et de son Groupe de travail sur les vaccins contre la COVID-19, ainsi que des groupes de travail du Schéma directeur de l’OMS en matière de recherche-développement (en anglais) sur les épidémies.

Depuis son apparition, le virus SARS-CoV-2 n’a cessé d’évoluer et, à ce jour, l’OMS a désigné cinq de ses variants comme variants préoccupants, à savoir Alpha, Beta, Gamma, Delta et Omicron, en raison de leur incidence sur la transmission, sur la gravité de la maladie ou sur la capacité d’échappement immunitaire. Alors que le variant Omicron se répand rapidement sur la planète, le SARS-CoV-2 devrait continuer à évoluer et il est peu probable qu’Omicron soit le dernier variant préoccupant.

Le TAG-CO-VAC élabore un cadre pour analyser les données probantes sur les nouveaux variants préoccupants au regard de critères qui donneraient lieu à une recommandation visant à modifier les souches composant les vaccins contre la COVID‑19. Au besoin, il donnera à l’OMS des conseils sur la mise à jour de la composition des vaccins. Ce cadre tient compte de la propagation et de la transmissibilité à l’échelle mondiale, de la gravité clinique, des caractéristiques génétiques, antigéniques et phénotypiques des variants préoccupants, et englobe la capacité d’échappement immunitaire et les évaluations de l’efficacité des vaccins. [2]

Depuis que l’OMS a classé Omicron comme variant préoccupant le 26 novembre 2021, le TAG-CO-VAC a tenu des réunions régulières pour examiner les données probantes sur ses caractéristiques (en anglais). La présente déclaration rend compte des connaissances actuelles à propos des répercussions que l’apparition du variant Omicron a sur les vaccins existants contre la COVID-19 et donne le point de vue du TAG-CO-VAC sur les choix possibles pour les vaccins à l’avenir.

Objectifs mondiaux de santé publique pour les vaccins contre la COVID-19

Compte tenu des vaccins disponibles contre la COVID-19, l’accent reste pour l’instant mis sur la réduction du nombre de cas graves et de décès, ainsi que sur la protection des systèmes de santé. Les vaccins qui sont autorisés par l’OMS pour une utilisation d’urgence (en anglais), développés à partir de plusieurs plateformes vaccinales, offrent un niveau élevé de protection contre les formes graves de la maladie et les décès dus à des variants préoccupants. Pour le variant Omicron, le profil mutationnel et les données préliminaires indiquent que l’efficacité du vaccin sera réduite contre les formes symptomatiques de la maladie, mais que la protection contre les formes graves est plus que probablement préservée. Cependant, il faut obtenir plus d’informations sur l’efficacité des vaccins, en particulier en ce qui concerne les hospitalisations, les formes graves et les décès, notamment pour chacune des plateformes vaccinales et pour les différents schémas posologiques et thérapeutiques des vaccins.

Comme le SAGE et son groupe de travail sur les vaccins contre la COVID-19, le TAG‑CO-VAC est donc favorable à l’idée que les populations prioritaires du monde entier bénéficient, de toute urgence, d’un accès étendu aux vaccins actuels contre la COVID-19, de manière à garantir une protection contre les formes graves de la maladie et les décès à l’échelle de la planète et, à plus long terme, à atténuer l’apparition et l’incidence de nouveaux variants préoccupants en réduisant la charge d’infection. Concrètement, même si certains pays recommandent des doses de rappel du vaccin, la priorité immédiate pour la communauté internationale est d’accélérer l’accès à la primovaccination, en particulier pour les groupes qui risquent le plus de développer une forme grave de la maladie. [3]

Compte tenu de l’offre à court et à moyen terme des vaccins disponibles, de la nécessité d’assurer l’équité en matière d’accès aux vaccins dans tous les pays pour atteindre les objectifs mondiaux de santé publique et de considérations programmatiques telles que la demande de vaccins et l’évolution du virus, il est peu probable qu’une stratégie de vaccination fondée sur une multiplication des doses de rappel du vaccin sous sa forme d’origine soit adaptée ou durable.

Composition des vaccins actuels et futurs contre la COVID-19

Le TAG-CO-VAC estime qu’il faut des vaccins contre la COVID-19 qui, en plus de prévenir les formes graves de la maladie et les décès, ont un impact marqué sur la prévention des infections et sur la transmission, et qu’il serait bon de les mettre au point. En attendant que ces vaccins soient disponibles, et tant que le virus SARS-CoV-2 évoluera, il conviendra peut-être de mettre à jour la composition des vaccins actuels contre la COVID-19 pour s’assurer qu’ils continuent d’offrir les niveaux de protection recommandés par l’OMS (en anglais) contre l’infection et la maladie [4], y compris contre Omicron et les futurs variants.

Le TAG-CO-VAC envisagera un changement de la composition des vaccins pour :

  • veiller à ce qu’ils continuent de répondre aux critères établis dans le profil de produit cible de l’OMS pour les vaccins contre la COVID-19, notamment en ce qui concerne la protection contre les formes graves de la maladie, et
  • améliorer la protection induite par les vaccins.

Pour ce faire, les vaccins contre la COVID-19 doivent :

  • se fonder sur des souches proches génétiquement et sur le plan antigénique du ou des variants du SARS-CoV-2 en circulation,
  • protéger non seulement contre les formes graves de la maladie et les décès, mais aussi et plus efficacement contre l’infection, de manière à réduire la transmission communautaire et à rendre moins nécessaires les mesures sociales et de santé publique strictes et prises à grande échelle, et
  • induire des réponses immunitaires larges, puissantes et durables afin de réduire le besoin de doses de rappel successives.

Dans cette optique, de nombreuses possibilités sont à envisager :

  • un vaccin monovalent qui induise une réponse immunitaire contre le ou les variants prédominants en circulation, bien que cette option se heurte aux difficultés dues à l’apparition rapide de variants du SARS-CoV-2 et au temps nécessaire pour mettre au point un vaccin modifié ou nouveau ;
  • un vaccin multivalent contenant des antigènes issus de différents variants préoccupants du SARS-CoV-2 ;
  • un vaccin universel contre le SARS-CoV-2 : une option à long terme plus durable qui, dans les faits, ne serait pas tributaire des variants.

En attendant, le TAG-CO-VAC encourage les fabricants de vaccins contre la COVID-19 à générer et à fournir des données sur les performances des vaccins actuels contre la COVID-19 et des vaccins spécifiques à Omicron, y compris l’ampleur, la puissance et la durabilité des réponses immunitaires à médiation cellulaire et humorale face aux différents variants au moyen de vaccins monovalents et/ou multivalents. Ces données seront examinées au regard du cadre mentionné ci-dessus afin d’éclairer les décisions du TAG-CO-VAC lorsque des changements de la composition des vaccins pourraient être nécessaires. Il serait important que les fabricants de vaccins prennent des mesures à court terme pour mettre au point et tester des vaccins ciblant les variants prédominants en circulation et partagent les données générées avec le TAG-CO-VAC et d’autres comités d’experts concernés de l’OMS. Les fabricants de vaccins sont également encouragés à fournir de telles données pour tous les vaccins nouveaux et à large spectre contre le SARS-CoV-2 qui sont mis au point.

Le TAG-CO-VAC continuera d’évaluer les données probantes sur les variants préoccupants prédominants en circulation en ce qui concerne les propriétés de propagation/la transmissibilité, la gravité clinique (virulence), leurs caractéristiques génétiques, antigéniques et phénotypiques, y compris la capacité d’échappement immunitaire et les évaluations de l’efficacité et de l’impact des vaccins, ainsi que les renseignements fournis par les fabricants. Le TAG-CO-VAC conseillera ensuite l’OMS quant aux souches devant composer les vaccins contre la COVID-19, lesquels pourraient être développés soit sous la forme d’un vaccin monovalent ciblant le variant prédominant en circulation, soit d’un vaccin multivalent préparé à partir de différents variants.

Pour faire face à la difficulté qui consiste à continuer d’assurer la production des meilleurs vaccins possibles en temps voulu, il faut que l’OMS et ses groupes d’experts, le TAG-CO-VAC, les autorités de réglementation et les fabricants de vaccins contre la COVID-19 échangent en permanence des informations et collaborent. L’OMS, au nom de ses États Membres, s’est engagée à faciliter ce processus.

Le TAG-CO-VAC mettra à jour la présente déclaration et ses conclusions au fur et à mesure que les données seront disponibles.

[1] Le TAG-CO-VAC assume les fonctions suivantes :

  1. faire des recommandations à l’OMS sur les méthodes permettant d’évaluer l’incidence que les variants préoccupants ont sur les vaccins ;
  2. fournir une interprétation des données probantes disponibles à propos de l’effet des variants préoccupants sur les vaccins, y compris, entre autres, sur leur efficacité ; et
  3. recommander à l’OMS, pour chaque plateforme vaccinale contre la COVID-19, les adaptations nécessaires (le cas échéant) pour que les vaccins continuent d’offrir en toute sécurité les niveaux de protection recommandés par l’OMS contre les variants préoccupants.

[2] En tenant compte des données démographiques de la population et de l’immunité antérieure induite par la vaccination ou l’infection.

[3] Indépendamment de l’âge.

[4] La troisième version du profil de produit cible pour les vaccins contre la COVID-19, publiée le 29 avril 2020, fait actuellement l’objet d’une révision.

Contacts pour les médias

Service de presse pour les médias
OMS
Téléphone: +41 22 791 2222
Email: mediainquiries@who.int