World

Déclaration conjointe de l’Équipe spéciale multilatérale des dirigeants chargée des vaccins, des traitements et des produits de diagnostic contre la COVID-19 pour les pays en développement à l’issue de sa deuxième réunion

Format
News and Press Release
Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Une nouvelle base de données mondiale pour plus de transparence et pour une plus large distribution des outils contre la COVID-19

L’Équipe spéciale chargée des vaccins, des traitements et des produits de diagnostic contre la COVID-19 pour les pays en développement, créée par les chefs de secrétariat du Fonds monétaire international, du Groupe de la Banque mondiale, de l’Organisation mondiale de la Santé et de l’Organisation mondiale du commerce pour recenser et lever les obstacles financiers et commerciaux à la production et aux livraisons de vaccins, de produits diagnostiques et de traitements, a publié la déclaration conjointe suivante :

« Nous réaffirmons qu’il est urgent de mettre les vaccins contre la COVID-19, les tests de dépistage et les traitements à la disposition des populations des pays en développement. Dans le domaine des vaccins, l’une des principales difficultés est la pénurie aiguë, très inquiétante, de doses pour les pays à revenu faible et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, en particulier pour le reste de l’année 2021. Nous appelons les pays qui ont des programmes avancés de vaccination contre la COVID-19 à mettre au plus tôt la plus grande quantité possible de doses vaccinales et d’options réservées par contrat à la disposition du COVAX, de l’AVAT et des pays à revenu faible et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure.

Nous constatons avec préoccupation que les calendriers et les contrats de livraison de vaccins pour le COVAX, l’AVAT et les pays à revenu faible et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure sont retardés ou exécutés trop lentement. Moins de 5 % des doses de vaccins achetées au préalable par ou pour les pays à faible revenu ont été livrées. Notre objectif commun est qu’au moins 40 % des habitants des pays à revenu faible et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure soient vaccinés d’ici la fin de 2021. Nous estimons que moins de 20 % des vaccins nécessaires sont actuellement programmés pour être livrés à ces pays, que ce soit par l’intermédiaire du COVAX et de l’AVAT ou aux termes de contrats bilatéraux et d’accords de partage des doses.

Nous exhortons les fabricants de vaccins contre la COVID-19 à redoubler d’efforts pour accroître la production de vaccins spécialement pour ces pays, et à faire en sorte que l’approvisionnement en doses du COVAX et des pays à revenu faible et à revevnu intermédiaire de la tranche inférieure prenne le pas sur la promotion de doses de rappel et sur d’autres activités. Nous appelons les gouvernements à réduire ou à éliminer les obstacles à l’exportation des vaccins et de tous les composants nécessaires à leur production et à leur mise à disposition. Nous soulignons qu’il est urgent que toutes les parties lèvent les obstacles commerciaux et résolvent les problèmes de chaîne d’approvisionnement pour les vaccins, les tests de dépistage et les traitements, ainsi que pour tous les composants nécessaires à leur production et à leur mise à disposition.

Suivant la proposition de 50 milliards de dollars des États-Unis établie par les services du FMI pour mettre fin à la pandémie, et conformément aux priorités fixées par l’OMS, l’OMC, le FMI et le Groupe de la Banque mondiale, plus de 35 milliards de dollars de dons sont nécessaires, or un tiers seulement de ce montant est financé à ce jour. Nous notons avec satisfaction que le COVAX et la Banque mondiale ont annoncé dernièrement vouloir accélérer l’approvisionnement en vaccins des pays en développement grâce à un nouveau mécanisme de financement. Nous nous félicitons également du partenariat entre la Banque mondiale et l’AVAT, notant que des crédits de la Banque mondiale sont désormais disponibles pour financer l’achat et la distribution des doses obtenues par l’AVAT et le COVAX.

Une plus grande clarté et une plus grande transparence sont nécessaires concernant l’évolution du marché des vaccins, les volumes de production prévus, les calendriers de livraison et les options de préachat. Nous appelons les fabricants à accélérer la livraison aux pays en développement et les économies avancées à augmenter les livraisons à court terme à ces pays. »

L’Équipe spéciale a également ouvert un nouveau site Web (en anglais) qui comprend la première phase d’une base de données mondiale et des tableaux de bord par pays sur les vaccins, les traitements et les produits de diagnostic pour orienter l’action des pays et leur travail de persuasion.

La base de données et les tableaux de bord, qui s’appuient également sur le système de suivi (en anglais) de l’approvisionnement en vaccins anti-COVID-19 du FMI et de l’OMS, cherchent à attirer l’attention internationale et à inciter à agir en mettant en évidence des lacunes spécifiques, non seulement à l’échelle mondiale, mais aussi pays par pays.