World

COVID-19 : Agissons pour que cette pandémie soit la dernière

Format
Analysis
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Un groupe d’experts indépendants mandaté par l’OMS appelle à une réforme urgente des systèmes de prévention et de réponse aux pandémies

Le panel indépendant pour la préparation et la réponse aux pandémies appelle aujourd’hui la communauté internationale à s’organiser afin de mettre fin à la pandémie de COVID-19 et à adopter une série de réformes audacieuses et essentielles pour prévenir la prochaine crise

Voir tous les documents liés au lancement du rapport.

GENÈVE –le 12 mai 2021

Un groupe d’experts de premier plan appelle aujourd’hui la communauté internationale à mettre fin à la pandémie de COVID-19 en mettant immédiatement en œuvre une série de recommandations audacieuses. Celles-ci visent à redistribuer, financer et accroître la disponibilité et la capacité de fabrication des vaccins, et à appliquer de toute urgence et de manière cohérente dans chaque pays des mesures de santé publique éprouvées.

Le Groupe recommande également aux gouvernements et à la communauté internationale d’adopter sans délai un ensemble de réformes visant à transformer le système mondial de préparation et de réponse aux pandémies et à prévenir une future pandémie.

Le panel indépendant pour la préparation et la réponse aux pandémies (Le Panel indépendant) a été institué par le Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en réponse à une résolution de l’Assemblée mondiale de la Santé appelant à un examen indépendant, impartial et complet des expériences acquises et des leçons à tirer de la pandémie actuelle. Il a également été demandé au groupe d’experts de formuler des recommandations visant à améliorer la capacité de prévention, de préparation et d’intervention en cas de pandémie au niveau mondial. Le Groupe a publié aujourd’hui ses conclusions et recommandations dans son rapport principal intitulé COVID-19 : Agissons pour que cette pandémie soit la dernière.

Le Panel indépendant, coprésidé par Mme Helen Clark, ancienne Première ministre de la Nouvelle- Zélande, et Mme Ellen Johnson Sirleaf, ancienne Présidente du Libéria, a passé les huit derniers mois à examiner soigneusement les données factuelles sur la façon dont une flambée épidémique s’est transformée en pandémie et sur les réponses mondiales et nationales qui ont été apportées.

Le rapport montre que le système actuel, tant au niveau national qu’international, n’était pas adapté pour protéger la population contre la COVID-19. Trop de temps s’est écoulé entre la notification d’un foyer épidémique de pneumonie d’origine inconnue dans la deuxième quinzaine de décembre 2019 et la déclaration d’une urgence de santé publique de portée internationale. A cet égard, février 2020 a été un mois « perdu » durant lequel bon nombre de pays auraient pu prendre des mesures pour enrayer la propagation du SARS-CoV-2 et éviter la catastrophe sanitaire, sociale et économique mondiale qui se poursuit. Le Panel indépendant estime que le système tel qu’il est actuellement est clairement inadapté pour empêcher un autre agent pathogène hautement infectieux, pouvant émerger à tout moment, de provoquer une nouvelle pandémie.

Alors que la pandémie de COVID-19 continue d’avoir des effets dévastateurs sur les populations du monde entier, le Panel Indépendant formule une série de recommandations pour application immédiate afin de mettre fin à sa propagation, notamment :

  • Les pays à revenu élevé ayant une filière de développement de vaccins pour une couverture significative, devraient, parallèlement à l’intensification de leur production, s’engager à fournir au moins un milliard de doses d’ici septembre 2021 aux 92 pays à revenu faible ou intermédiaire bénéficiant du système de garantie de marché COVAX de Gavi.
  • Les principaux pays producteurs de vaccins et les fabricants devraient se réunir, sous les auspices conjoints de l’Organisation mondiale de la Santé et de l’Organisation mondiale du Commerce, pour convenir de l’octroi de licences volontaires et de transferts de technologies. Si aucune mesure en ce sens n’est prise dans un délai de trois mois, une renonciation aux droits de propriété intellectuelle en vertu de l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce devrait entrer en vigueur immédiatement.
  • Le G7 devrait s’engager immédiatement à fournir 60 % des 19 milliards de dollars É.-U. nécessaires au Dispositif pour accélérer l’accès aux outils de lutte contre la COVID-19 (Accélérateur ACT) en 2021 pour les vaccins, les produits de diagnostic, les traitements et le renforcement des systèmes de santé, et une formule de partage des charges devrait être adoptée pour assurer un financement continu de ces biens publics mondiaux.

Chaque pays devrait appliquer les mesures de santé publique ayant fait leurs preuves à l’échelle requise pour enrayer la pandémie. Pour ce faire, le leadership des chefs d’État et de gouvernement est primordial.

Le monde doit également se préparer de toute urgence pour éviter qu’une future flambée épidémique ne se transforme en pandémie. À cette fin, le Panel indépendant appelle à la coopération des chefs d’État et de gouvernement pour poursuivre les efforts visant à transformer le système existant. Il préconise une série de réformes audacieuses et prospectives, parmi lesquelles :

  • Créer un Conseil mondial de lutte contre les menaces sanitaires chargé de maintenir l’engagement politique à l’égard de la préparation et de la réponse aux pandémies et de la responsabilisation des différents acteurs, notamment par un suivi et un contrôle mutuel. Les pays devraient également adopter une Convention-cadre sur la pandémie au cours des six prochains mois.
  • Mettre en place un nouveau système mondial de surveillance fondé sur une transparence totale. Ce système donnerait à l’OMS le pouvoir de publier immédiatement des informations sur les épidémies susceptibles de donner lieu à une pandémie. L’OMS n’aurait pas à demander d’approbation et pourrait dépêcher des experts afin de procéder à des investigations sans délai.
  • Investir dans la préparation nationale dès maintenant, car il sera trop tard lorsque la prochaine crise frappera. Tous les gouvernements devraient revoir leurs plans de préparation et prévoir les fonds ainsi que les personnes nécessaires pour se préparer à une autre crise sanitaire.
  • Transformer l’actuel Accélérateur ACT (ACT-A) en une véritable plate-forme mondiale destinée à fournir des biens publics mondiaux, y compris des vaccins, des produits de diagnostic, des traitements et du matériel qui peuvent être distribués rapidement et équitablement dans le monde entier, passant ainsi d’un modèle de marché à un modèle qui vise à fournir des biens publics mondiaux.
  • Cibler et renforcer l’autorité et le financement de l’OMS, notamment en élaborant un nouveau modèle de financement pour mettre un terme aux fonds spécifiques et augmenter les cotisations des États membres.
  • Créer un Mécanisme international de financement en cas de pandémie, qui aurait la capacité de mobiliser des contributions à long terme (10 à 15 ans) d’environ 5 à 10 milliards de dollars É.- U. par an pour financer la préparation permanente. Il serait également prêt à dépenser rapidement entre 50 et 100 milliards de dollars É.-U. en anticipant les futurs engagements en cas de déclaration de pandémie. Le Conseil mondial de lutte contre les menaces sanitaires allouerait et surveillerait le financement des institutions qui sont en mesure de soutenir le renforcement des capacités de préparation et d’intervention.
  • Les chefs d’État et de gouvernement devraient adopter une déclaration politique lors d’un sommet mondial sous les auspices de l’Assemblée générale des Nations Unies pour s’engager à effectuer ces réformes transformatrices.

Le rapport du Panel indépendant comprend également des recommandations à l’intention des pays, notamment que les chefs d’État et de gouvernement nomment des coordinateurs nationaux de la pandémie qui sont tenus de leur rendre des comptes et se chargent de la coordination à l’échelle de l’ensemble des pouvoirs publics pour la préparation et la riposte aux pandémies.

Lors de la présentation du rapport et de ses conclusions, la coprésidente du Panel indépendant Ellen Johnson Sirleaf a souligné la nécessité d’une réforme audacieuse :

« Notre message est simple et clair : le système actuel n’a pas pu nous protéger de la pandémie de COVID-19. Et si nous ne faisons rien pour le changer aujourd’hui, il ne nous protégera pas de la prochaine menace de pandémie, qui pourrait survenir à tout moment. »

« Les étagères des archives de l’ONU et des capitales nationales sont remplies de rapports et d’études sur les précédentes crises sanitaires. Si les avertissements qu’ils contiennent avaient été pris en compte, nous aurions évité la situation catastrophique dans laquelle nous sommes aujourd’hui. La fois prochaine, les choses devront être différentes. »

Helen Clark, coprésidente du Panel indépendant, a déclaré :

« Compte tenu de l’ampleur des effets dévastateurs de cette pandémie et de son impact persistant sur les populations du monde entier, le Panel indépendant a décidé faire scrupuleusement été de ce qui s’est passé et de pourquoi ça c’est passé, et de formuler des recommandations de changement audacieuses. »

« Nous avons les outils pour mettre fin aux maladies graves, aux décès et aux dégâts socio- économiques dus à la COVID-19. Les dirigeants n’ont pas d’autre choix que d’agir et d’empêcher que cela ne se reproduise. »

Le Panel indépendant publie le rapport et les recommandations accompagnés d’une série de documents d’information, dont la chronologie rigoureuse des événements. C’est l’aboutissement de nombreuses revues de publications, de recherches originales, de discussions avec des experts dans le cadre de tables-rondes et d’entretiens approfondis, ainsi que d’un dialogue avec ceux qui travaillent en première ligne, avec les femmes et les jeunes lors de séances de discussions ouvertes. Le Panel indépendant a également reçu des contributions à son travail en ligne.

Le Panel indépendant a exprimé à plusieurs reprises ses profondes préoccupations quant à la répartition inégale de la charge de la pandémie actuelle, qui a eu des conséquences sociales et financières dévastatrices pour les populations déjà défavorisées. On estime que jusqu’à 125 millions de personnes supplémentaires ont basculé dans l’extrême pauvreté, tandis que 72 millions d’enfants en âge de pouvoir lire risquent aujourd’hui de ne pas en être capables en raison de la fermeture des écoles. Une charge disproportionnée pèse sur les femmes. La violence fondée sur le genre atteint des niveaux records et les mariages d’enfants ont augmenté. En outre, le monde a perdu 7 000 milliards de dollars des É.-U. de PIB en 2020, soit plus que le PIB de 2019 de l’ensemble du continent africain (6 700 milliards de dollars É.-U.). La pandémie a provoqué le plus grand choc économique planétaire depuis la Seconde Guerre mondiale.

Informations pour les rédactions

Le Panel indépendant a été mandaté par le Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en application de la résolution de l’Assemblée mondiale de la Santé 73.1 adoptée en mai 2020. Les coprésidentes du Panel sont Mme Helen Clark, ancienne Première ministre de la Nouvelle-Zélande, et Mme Ellen Johnson Sirleaf, ancienne Présidente du Libéria.

Le Panel indépendant compte au total 13 membres, choisis par les coprésidentes, qui possèdent des compétences et une expertise dans les domaines suivants : maladies infectieuses, politiques et financement de la santé mondiale et nationale, flambées épidémiques et situations d’urgence, économie, défense des droits des jeunes et des femmes. Ils ont également une connaissance du système international, y compris de l’OMS, et une expérience acquise dans le cadre de processus internationaux similaires.

La mission du Panel indépendant est de définir une voie pour l’avenir sur la base de données probantes, en tirant les enseignements du passé et du présent, pour faire en sorte que les pays et les organismes mondiaux, et en particulier l’OMS, répondent efficacement aux menaces sanitaires. Les membres du Panel ont passé les huit derniers mois à examiner de manière indépendante, impartiale et rigoureuse les données relatives à la propagation de la pandémie de COVID-19, aux mesures prises et à la riposte.

Ils ont effectué de nombreuses revues de la littérature, mené de nouveaux travaux de recherche et consulté des dizaines d’experts lors de tables rondes et d’entretiens approfondis. Ils se sont également entretenus directement avec des personnes qui travaillent en première ligne de la pandémie lors de séances de discussion ouvertes et ont invité toute personne qui le souhaitait à apporter sa contribution.

Le rapport principal et les recommandations seront accompagnés d’une série de documents d’information (en anglais) :

  • Learning from The Past
  • The Chronology Including Literature Review
  • From Science to Policy
  • National and Sub-National Responses
  • Impact on Essential Health Services
  • Access to Essential Supplies
  • Access to Vaccines, Diagnostics, And Therapeutics
  • Understanding Communication
  • Community Involvement
  • International Treaties and Conventions
  • WHO – An Institutional Review
  • The Economic Impact
  • The Social Impact
  • Human Rights

Ils seront accessibles au public sur le site web du Panel indépendant.

Pour de plus amples informations :

Voir le site web du Panel indépendant : www.TheIndependentPanel.org. Les médias et les autres intervenants souhaitant recevoir des mises à jour régulières concernant le Panel peuvent s’inscrire à la liste de diffusion sur le site web.

Les questions des médias peuvent être envoyées à l’adresse ippprmedia@atalanta.co

Questions au Secrétariat : Secretariat@Ipppr.org