World

Communiqué de presse de la 803e réunion du CPS au thème suivant : « le rôle des femmes dans la prévention des conflits et de la consolidation de la paix au niveau communautaire »

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) a consacré sa 803e réunion tenue le 19 octobre, sous forme de séance publique, au thème suivant : « Le rôle des femmes dans la prévention des conflits et de la consolidation de la paix au niveau communautaire » pour, commémorer le dix-huitième anniversaire de l’adoption de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies sur les femmes, la paix et la sécurité.

Le Conseil et les participants ont pris note de la déclaration liminaire faite par le Président du CPS pour le mois d’octobre 2018, S. E. Ambassadeur Makayat Safouesse et de celle du Commissaire à la paix et à la sécurité, S. E. Ambassadeur Smail Chergui, lue, en son nom, par le Directeur par intérim du Département paix et sécurité, Dr Admore Mupoki Kambudzi. Le conseil et les participants ont aussi pris note de la déclaration faite par l’Envoyée spéciale de l’UA pour les femmes, la paix et la sécurité, Mme Bineta Diop, ainsi que des communications faites respectivement par la Présidente de l’Organisation nationale des femmes Somaliennes, Mme Batula Sheikh Ahamed Gabale, de la Présidente de la Chambre régionale d’Agriculture de Maradi au Niger, Mme Tchima Ibrahim, de l’Inspecteur en chef M. Van-Dunem da Fonsech des Forces de Police de la Namibie et de la Représentante spéciale du Président de la Commission de l’Union africaine pour le Tchad, Mme Zaina Nyiramatama. Ils ont en outre pris note des déclarations faites par les représentants des États membres de l’UA, des partenaires de l’UA et d’autres institutions et organisations internationales.

Le Conseil et les participants ont rappelé toutes les décisions et déclarations du Conseil, en particulier les communiqués de presse PSC/PR/BR. (DCCLXXII)]; [PSC/PR/BR.(DCCLVII)] et [PSC/PR/BR. (DCCXXVIII)] ; de même que [PSC/PR/BR.(DCLIX)] adoptées par le Conseil lors de ses séances publiques tenues respectivement les 13 mars 2018, 16 mai 2018, 31 octobre 2018 et 16 février 2017. Ils ont aussi rappelé la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies.

Le Conseil et les participants ont reconnu les contributions significatives faites par les femmes dans la promotion de la paix, de la sécurité et de la stabilité sur notre continent. À cette fin, ils ont souligné l’importance que revêt l’implication des femmes dans les positions de prise de décision et dans toutes les étapes des processus de paix, allant de la prévention à la gestion et au règlement des conflits, sans oublier la reconstruction post conflit, le développement et la consolidation de la paix. Ils ont rendu hommage à toutes les femmes gardiennes de la paix sur le continent pour leurs sacrifices. Ils ont aussi félicité toutes les femmes dirigeantes impliquées dans la promotion de la paix et de la sécurité dans leurs communautés et ont souligné la nécessité d’intégrer des dispositifs de soutien au développement des capacités des associations de femmes, avec un accent particulier pour les femmes œuvrant au niveau des communautés debase. Le Conseil a, par ailleurs, encouragé les États membres à soutenir la création de plateformes de femmes dirigeantes au niveau national.

Le Conseil et les participants ont noté avec préoccupation que la violation des droits de la femme, notamment sur la question de l’égalité homme-femme ainsi que sur la discrimination fondée sur la religion, demeurent encore persistantes dans certaines régions du continent. À cet effet, ils ont réitéré la nécessité d’améliorer les efforts consentis pour l’éducation et les campagnes de sensibilisation sur l’égalité homme-femme, de même que dans la conception de stratégies efficaces de communication aux fins de sensibiliser le grand public sur l’importance du respect et de la promotion des droits de la femme. Ils ont en outre souligné que les efforts de consolidation de la paix ne sauraient plus être dissociés des programmes qui ambitionnent de rehausser les conditions de vie des communautés, notamment, les démunies afin qu’elles ne soient plus exposées à l’insécurité, à la violence et à la destruction.

Le Conseil et les participants ont, une de plus souligné l’importance pour tous les États membres de développer des plans nationaux d’action pour la mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies, qui est le cadre définissant la participation des femmes dans les processus de paix. Le Conseil et les participants ont félicité le Cameroun et le Mozambique pour avoir récemment adopté leur plan national de mise en œuvre de la Résolution 1325, amenant ainsi à trente-trois le nombre d’États membres qui, à ce jour, se sont dotés de plans nationaux. Le Conseil et les participants ont encouragé les autres États membres, qui ne l’ont pas encore fait, à s’y atteler diligemment. Dans le même ordre d’idée, ils ont aussi souligné l’importance que revêt la maitrise et la consolidation des plateformes nationales des femmes et des réseaux régionaux portant sur les questions de paix et de sécurité.

Le conseil a également félicité tous les États membres qui ont déjà soumis leurs rapports nationaux sur la mise en œuvre de la Résolution 1325 et a exhorté ceux qui ne l’ont pas encore fait d’en faire de même. Dans ce contexte, le Conseil a demandé à l’Envoyée spéciale de l’UA pour les femmes, la paix et la sécurité de soumettre un rapport consolidé sur les progrès accomplis par tous les États membres, à l’examen de la Conférence de l’Union.

Le Conseil et les participants ont félicité l’Éthiopie pour avoir mis en œuvre la parité hommes- femmes dans la composition de son nouveau gouvernement et a exhorté les autres États membres à imiter l’exemple éthiopien.

Le Conseil a félicité les partenaires de l’UA pour leur soutien constant au programme africain pour les femmes, la paix et la sécurité.

Le Conseil et les participants ont félicité l’Envoyée spéciale de l’UA pour les femmes, la paix et la sécurité pour ses efforts inlassables en direction du continent. Ils ont souligné l’importance de l’institutionnalisation du Bureau de l’Envoyée spéciale en estimant qu’il devrait être doté de toutes les ressources nécessaires pour lui permettre d’exécuter efficacement son mandat.

Le Conseil a convenu de rester saisi de la question.