World

Éclairage sur les déplacements internes : perspectives pour l'avenir - Rapport du Groupe de haut niveau du Secrétaire général de l'ONU chargé de la question des déplacements internes (Résumé)

Format
Analysis
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Contexte

Le 10 mai 2019, 57 États Membres ont demandé au Secrétaire général de l’ONU de créer un groupe indépendant de haut niveau pour se pencher sur la crise mondiale du déplacement interne. Ces États, parmi lesquels figuraient des pays de toutes les régions du monde et des pays touchés par des déplacements dus à des causes diverses, s’inquiétaient du « manque d’attention internationale accordée aux déplacements internes eu égard aux besoins croissants ». En octobre 2019, le Secrétaire général a annoncé la création du Groupe de haut niveau chargé de la question des déplacements internes, dont la mission consiste à « appeler l’attention de la communauté internationale sur la question des déplacements internes et de leurs effets et soumettre au Secrétaire général de l’ONU un rapport contenant des recommandations concrètes et pratiques à l’intention des États Membres, du système des Nations Unies et des autres parties prenantes sur la manière de mieux faire face aux déplacements internes, en particulier aux déplacements prolongés, et de trouver des solutions durables pilotées par les gouvernements ».

Durant un an et demi, malgré les difficultés causées par la pandémie de COVID-19, nous avons réuni des informations très diverses, mené des travaux de recherche approfondis et procédé à de vastes consultations. Avec le concours de partenaires, nous avons entendu plus de 12 500 personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDI) et membres des communautés d’accueil, dans 22 pays. Nous nous sommes également entretenus avec des autorités nationales et locales, des organisations régionales, des gouvernements donateurs et des institutions financières, des acteurs de l’humanitaire, du développement et de la paix, des acteurs du secteur privé, des représentants de la société civile, des universitaires et des spécialistes de la réduction des risques de catastrophe. À partir de l’ensemble de ces travaux, nous avons établi un rapport qui contient nos conclusions et nos recommandations sur tout l’éventail des questions dont le Secrétaire général nous avait confié l’examen. Nous en présentons ici un résumé.