Aperçu du Financement Humanitaire en 2018 - Appels coordonnés par les Nations Unies

Infographic
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 31 Dec 2018

À la fin du mois de décembre 2018, 21 Plans de réponse humanitaire (HRP) et le Plan régional de réponse pour la Syrie (3RP) nécessitaient 24,93 milliards de dollars pour assister 97,9 millions de personnes ayant un besoin urgent d’assistance humanitaire. Les financements requis restaient identiques à ceux enregistrés à fin du mois de novembre 2018. Les plans sont financés à hauteur de 14,58 milliards de dollars, comblant 58,5% des besoins financiers pour 2018. Au total, les Plans de réponse humanitaire menés par les Nations unies avec leurs partenaires en 2018 ont été financés à hauteur de 62,9 %.
Ce taux de financement est le plus élevé enregistré au cours des dix dernières années, à l’exception de 2017 (66,2%).

Trente-deux États membres, une dépendance de la Couronne britannique et le grand public, à travers la Fondation des Nations unies, ont contribué un total de 945 millions de dollars ; faisant de 2018 la cinquième année consécutive de contributions records reçues par les Fonds de financement communs pour les pays (CBPF). L’augmentation des contributions aux CBPF témoigne de la confiance des donateurs dans ce mécanisme de financement en tant outil d’assistance humanitaire basée sur les principes, transparente et inclusive. En 2018, un total de 756 millions de dollars ont été affectés à1334 projets mis en œuvre par 657 partenaires à travers le monde, dont deux-tiers d’affectations globales à des CBPF versées à des ONG. Plus de 24% ont été alloués à des ONG locales et nationales, pour un total de quelque 183 millions de dollars. La santé, les abris d’urgence et les articles non-alimentaires, l’eau, l’assainissement et l’hygiène, la sécurité alimentaire, la nutrition et la protection ont été les secteurs les plus financés en 2018. Le Fonds humanitaire pour le Yémen est devenu le plus important CBPF de tous les temps, ayant alloué 188 millions de dollars à 53 partenaires d’exécution, et ce pour 112 projets. Les fonds de financement communs pays pour l’Afghanistan, la République démocratique du Congo, l’Éthiopie, le Soudan du Sud et la Turquie ont reçu, chacun, plus de 50 millions de dollars.
Le financement requis pour répondre aux besoins à travers le monde était 230 millions de dollars plus élevé qu’en décembre 2017 et le montant du financement enregistré à la fin 2018 par rapport aux appels coordonnés par les Nations unies était supérieur de 78 millions de dollars à celui rapporté l’année précédente à la même période.

Pour rendre les informations sur les besoins des groupes vulnérables, les financements, et les déficits de financement dans les crises humanitaires, accessibles à tous, en un même endroit, OCHA a annoncé, le 4 décembre, le lancement d’un nouveau portail Internet, Humanitarian Insight.

Fonds communs

Trente-deux États membres, une dépendance de la Couronne britannique et le grand public, à travers la Fondation des Nations unies, ont contribué un total de 945 millions de dollars ; faisant de 2018 la cinquième année consécutive de contributions records reçues par les Fonds de financement communs pour les pays (CBPF). L’augmentation des contributions aux CBPF témoigne de la confiance des donateurs dans ce mécanisme de financement en tant outil d’assistance humanitaire basée sur les principes, transparente et inclusive. En 2018, un total de 756 millions de dollars ont été affectés à1334 projets mis en œuvre par 657 partenaires à travers le monde, dont deux-tiers d’affectations globales à des CBPF versées à des ONG. Plus de 24% ont été alloués à des ONG locales et nationales, pour un total de quelque 183 millions de dollars. La santé, les abris d’urgence et les articles non-alimentaires, l’eau, l’assainissement et l’hygiène, la sécurité alimentaire, la nutrition et la protection ont été les secteurs les plus financés en 2018. Le Fonds humanitaire pour le Yémen est devenu le plus important CBPF de tous les temps, ayant alloué 188 millions de dollars à 53 partenaires d’exécution, et ce pour 112 projets. Les fonds de financement communs pays pour l’Afghanistan, la République démocratique du Congo, l’Éthiopie, le Soudan du Sud et la Turquie ont reçu, chacun, plus de 50 millions de dollars.

Entre le 1er janvier et le 31 décembre 2018, le Coordonnateur des secours d’urgence a approuvé le montant de financement pour une seule année le plus important du Fonds central d'intervention d’urgence (CERF) pour un total de 500 millions de dollars. Pour des activités vitales dans 49 pays , il comprend 320 millions de dollars du Créneau de réponse rapide et180 millions de dollars du Créneau consacré aux situations d’urgence sous-financées. En décembre, un total de12,8 millions de dollars étaient libérés pour assister des rapatriés congolais et des personnes expulsées d’Angola, pour répondre à des besoins en attente depuis le tremblement de terre d’octobre en Haïti et pour apporter un soutien aux personnes affectées par les inondations au Nigeria.

Le 17 décembre, l’Autorité palestinienne et le Coordonnateur humanitaire pour le Territoire palestinien occupé ont lancé le Plan de réponse humanitaire (HRP) pour 2019 d’un montant de 350 millions de dollars pour répondre aux besoins humanitaires cruciaux de 1,4 million de Palestiniens dans la Bande de Gaza et en Cisjordanie , y compris à Jérusalem-Est. 77% des fonds demandés ciblent Gaza où la crise humanitaire a été aggravée par une augmentation massive de victimes palestiniennes dues aux manifestations. Le blocus prolongé imposé par Israël, la division politique interne palestinienne et les escalades récurrentes des hostilités nécessitent une assistance humanitaire d’urgence pour les personnes estimées avoir le plus besoin de protection, de nourriture, de soins de santé, d’abris, d’eau et d’assainissement dans la Bande de Gaza et en Cisjordanie.

Un Plan opérationnel de réponse rapide aux déplacements internes de trois mosi, à hauteur de 25,5 millions de dollars a été émis le 31 décembre, à l’intention de civils déplacés par la violence intercommunautaire en Éthiopie. Le plan porte exclusivement sur la réponse aux besoins en matière de santé, de nutrition, d’éducation, d’eau, d’assainissement et d’hygiène, d’articles non-alimentaires, de protection et de soutiens agricoles, découlant des récents déplacements provoqués par la violence aux alentours de Kamashi et d’Assoss (région de Benishangul Gumuz) et pour l’Est et Ouest Welega (région d’Oromia). Près de 250 000 personnes ont été déplacées dans ces régions depuis septembre 2018. Le plan a été élaboré pour couvrir la période entre aujourd'hui et le lancement officiel du Plan de réponse humanitaire et de résilience aux catastrophes (HDRP) de 2019. Les besoins et les demandes de la réponse de Benishangul Gumuz-Est/Ouest Welega seront inclus dans le HDRP.

Le 13 décembre, Ursula Mueller, Sous-Secrétaire générale aux Affaires humanitaires des Nations unies et Coordonnatrice adjointe des secours d'urgence (ASG/DERC), a fait une déclaration au Conseil de sécurité sur la situation humanitaire en Ukraine où plus de 3000 civils ont été tués et jusqu’à 9000 ont été blessés depuis le début du conflit en 2014. Avec plus de 30%, le pays compte la plus forte proportion au monde de personnes âgées affectées par une crise. Le Plan de réponse humanitaire de 2018, qui nécessitait 187 millions de dollars, n’a été financé qu’à une hauteur de 32%. Sans fonds adéquats, l’aide alimentaire, en soins de santé, en eau et assainissement, et autres assistances vitales ne pourront être assurées.

Au cours d’un briefing le 14 décembre, le Secrétaire général adjoint aux Affaires humanitaires (USG/ERC) et l’Envoyé spécial pour le Yémen ont exhorté le Conseil de sécurité à agir rapidement pour garantir la pleine mise en œuvre de l'Accord de Stockholm pour la démilitarisation du pays.
L’accord prévoit le retrait mutuel de toute force présente dans la ville de Hodeïda et ses ports, ainsi qu’un cessez-le-feu à l’échelle du gouvernorat pour permettre à l’assistance humanitaire désespérément nécessaire d’être acheminée. Le Secrétaire-général adjoint a encouragé toutes les parties à continuer de s’engager sérieusement dans la mise en œuvre des accords multiples convenus en Suède. Le Gouvernement du Yémen a besoin de milliards de dollars d’appui extérieur pour son budget de 2019 et le Plan de réponse humanitaire nécessite un financement parallèle de 4 milliards de dollars, dont environ la moitié pour l’assistance alimentaire d’urgence uniquement.

Le 11 décembre, lors d’une réunion à New York sur la gravité de la situation humanitaire dans la République centrafricaine, OCHA a réitéré que la réponse à cette crise est prioritaire pour l'organisation et a annoncé l’organisation, en 2019, d’une réunion de haut niveau sur l’impact du sous-financement de la réponse humanitaire en République centrafricaine.
En 2019, les réponses humanitaires proposées dans 12 pays s’inscrivent dans le cadre de HRP pluriannuels : en Afghanistan, au Cameroun, en Haïti, au Niger, au Nigeria, en RCA, en RDC, en Somalie, au Soudan, au Tchad, dans le Territoire palestinien occupé et en Ukraine.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.