Aperçu de la situation humanitaire mondiale 2016 - Rapport d'étape de juin

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 30 Jun 2016

AVANT-PROPOS

Les appels coordonnés par les Nations Unies en 2016 nécessitent un montant sans précédent de $21,6 milliards pour répondre aux besoins de plus de 95,4 millions de personnes dans 40 pays. Depuis que j’ai lancé l’Aperçu de la situation humanitaire mondiale en décembre, le cyclone Winston a balayé les Iles Fidji et un tremblement de terre a dévasté l’Équateur. Les graves effets d’El Niño cette année nous ont amenés à réviser le Document sur les besoins humanitaires de l’Éthiopie et à élaborer un plan de réponse au Zimbabwe. Les besoins de nancement de nouveaux appels lancés depuis décembre (Burundi, Fidji, Haïti, Équateur et Zimbabwe) et des appels révisés sont énoncés dans le document détachable à l’intérieur de ce Rapport d’étape. Les besoins du plan pour le Soudan, en cours d’élaboration, sont également inclus.
Notre appel mondial est actuellement nancé à 25 pour cent. Le Sommet mondial sur l’action humanitaire a fait écho au fait que l’action humanitaire manque cruellement de ressources et nécessite une réponse ef cace et collective immédiate. Le manque de nancement compromet la vie des personnes affectées par les con its ou les catastrophes. Pour ne citer que quelques exemples : le manque de nancement signi e que les Nations Unies et leurs partenaires ne peuvent pas répondre de manière adéquate aux besoins des 13,5 millions de personnes dont la vie a été bouleversée par la crise en Syrie. Cela signi e que l’assistance humanitaire ne peut pas être assurée dans la phase post-électorale cruciale en République Centrafricaine alors que certains partenaires humanitaires cessent leurs opérations dans le pays. Cela signi e également la détérioration de la vie de la moitié de la population du Bassin du Lac Tchad, théâtre de l’une des crises les plus négligées dans le monde. Cela signi e aussi que les partenaires humanitaires au Myanmar ne pourront pas répondre aux besoins en sécurité alimentaire, en santé, en protection et en moyens de subsistance d’un million de personnes en 2016. Au moment où j’écris, j’apprends que les établissements médicaux en Irak sont en train de fermer en raison de l’épuisement du nancement international et de son non-renouvellement.
Nous sommes reconnaissants envers nos bailleurs de fonds pour leur engagement et leur soutien cette année et pour avoir reconnu que les appels coordonnés par les Nations Unies assurent une réponse cohérente, stratégique et bien plani ée aux crises. Nous sommes prêts et résolus à fournir une assistance humanitaire vitale dans le monde partout et à chaque fois que le besoin se manifeste et à tous ceux qui en ont besoin. Le soutien des bailleurs, au cours du premier semestre 2016, nous a permis de dispenser des secours vitaux et salvateurs. Il nous incombe à présent d’investir bien davantage dans la vie des millions de personnes qui portent le poids des crises dans le monde. Leurs besoins ne peuvent pas attendre. Ces nancements permettront à des millions de femmes, de lles, de garçons et d’hommes déplacés d’avoir une nourriture nutritive, de boire une eau saine et de béné cier d’une bonne santé, d’un abri, d’une éducation et d’une protection. L’investissement dans la survie et dans la dignité de millions de personnes dans le besoin est un investissement dans notre humanité commune et partagée.

Stephen O’Brien
Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires et Coordonna- teur des secours d’urgence

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:
To learn more about OCHA's activities, please visit https://www.unocha.org/.