Apatridie en Afrique de l’Ouest : Bulletin d'information #14 (Juillet - Septembre 2017)

Report
from UN High Commissioner for Refugees
Published on 30 Sep 2017 View Original

MISE EN OEUVRE DU PLAN D’ACTION DE BANJUL

Adhésion aux Conventions internationales portant sur l’apatridie (Objectif. 1.1)

  • Le 3 aout 2017, le Burkina Faso a adhéré à la Convention de 1961 sur la réduction des cas d’apatridie. Il s’agit d’une avancée majeure pour le Burkina Faso dans son engagement à éradiquer l’apatridie. Il s’agit également d’une avancée majeure pour la région, car maintenant 12 des 15 Etats membres de la CEDEAO ont adhéré à la fois la Convention de 1954 et la Convention de 1961.

Réformes des lois nationales (Objectif 1.3)

  • La Sierra Leone a posé un acte majeur dans la lutte contre l’apatridie en juillet dernier. Le Parlement a modifié sa législation sur la nationalité qui contenait une clause discriminatoire qui ne permettait pas aux femmes de transmettre leur nationalité à leurs enfants dans toutes les circonstances. Avec cette réforme, l’égalité homme-femme dans la transmission de la nationalité est garantie et la Sierra Leone se conforme ainsi aux engagements pris par les Etats membres de la CEDEAO dans la Déclaration d’Abidjan et dans le Plan d’Action de Banjul.

Plaidoyer et sensibilisation (Objectif. 4)

  • Côte d’Ivoire : La population de Guiglo, ville proche du Libéria, a été informée et sensibilisée aux risques d’apatridie liés au défaut d’enregistrement des naissances. Il y aurait, selon le Service d’Aide aux Réfugiés et aux Apatrides, 25000 enfants sans extraits de naissance. Ainsi la société civile, avec le soutien du HCR, a organisé en juillet deux campagnes de sensibilisation sur l’enregistrement des naissances à travers les radios locales à Guiglo.

  • Côte d’Ivoire: Les étudiants de l’Université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan, ont pu bénéficier d’information par le HCR sur l’apatridie à travers des séances de discussion et la distribution de matériels d’information.

  • Sénégal : Des centaines de milliers de sénégalais sont sensibilisés par les enfants sur les risques d’apatridie, à l’occasion de la compétition télévisée Summer Penc.

Summer Penc est un concours de courts métrages mettant en compétition des enfants de 12 à 17 ans parmi lesquels des enfants apatrides et réfugiés. Les courts métrages portent, entre autres, sur l’apatridie, et la déclaration des naissances à l’état civil. La compétition est retransmise à la télévision nationale.