Alors que certains pays seulement parlent de désarmement, les États Parties à la Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel se désarment

Report
from Anti-Personnel Mine Ban Convention
Published on 27 Feb 2013

Genève le 27 février 2013 - Le Président du traité international interdisant les mines antipersonnel a lancé un appel à tous les membres de la Conférence du désarmement qui ne l'ont pas encore fait, à adhérer à la Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel dès que possible.

«Pendant qu’une minorité des États qui participent à ce digne organisme, n'ont fait que parler de désarmement, la majorité des États du monde qui sont parties à la Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel sont effectivement désarmés, réduisant les souffrances humaines, et en faisant une différence positive dans la vie d'innombrables femmes, de filles, de garçons et d’hommes», a déclaré Matjaz Kovacic, l'Ambassadeur de la Slovénie auprès de l'ONU à Genève, qui préside le traité composé de 161 Parties.

En s'exprimant lors d'une réunion de haut niveau de la Conférence du désarmement, Matjaz Kovacic a contrasté l'impasse de 16 ans à la Conférence en parvenant à un consensus sur le désarmement, contre les profits impressionnants atteints par la Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel dans les domaines du déminage, l’assistance aux victimes et en mettant un terme à l'utilisation des mines antipersonnel.

«L'adhésion à la Convention de la Somalie et de la Pologne en 2012, signifie que tous les États membres de l'Union européenne, chaque État en Afrique sub-saharienne et 161 États au total ont abjuré l'utilisation d'une telle arme, si inhumaine et aveugle qui n'a aucune place, dans des modèles de guerre ou de défense modernes», a déclaré Matjaz Kovacic. «En outre, en décembre 2012, les États-Unis ont indiqué que leur examen de la politique sur les mines terrestres était en cours, et qu'ils s'attendaient à être en mesure d'annoncer bientôt une décision. J'exhorte donc aux États-Unis à conclure leur examen de leurs politiques, de telle sorte qu’eux aussi fassent bientôt partie de ce mouvement».

Les réflexions faites par Matjaz Kovacic à la veille du quatorzième anniversaire de l'entrée en vigueur de la Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel, ont inclus certains points saillants sur les progrès réalisés au cours de cette période. «Il y a désormais 23 États Parties qui se sont conformés à leur obligation de déminer toutes les zones minées ; ensemble, les États Parties ont détruit plus de 44,5 millions de mines stockées», a déclaré Matjaz Kovacic.

Cependant, Matjaz Kovacic a indiqué que «tandis que la Convention est historique et les progrès ont été considérables, il reste encore du travail à faire. Continuons à marcher plus près de notre but, en plus grand nombre et avec un engagement qui se poursuive jusqu'à ce que le travail soit terminé».

La Convention a été adoptée à Oslo en 1997 et ouverte à la signature à Ottawa la même année. Elle est entrée en vigueur le 1er mars 1999.

#

Pour plus d'informations contacter: +41 (0) 22 906 1656, press@apminebanconvention.org. Retrouvez-nous sur notre site web, Facebook, Flickr ou Twitter.