World

Allocution liminaire du Directeur général de l’OMS lors du point presse sur la COVID-19 - 1er avril 2021

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

1 avril 2021

English

  • Cette semaine, plus de 25 dirigeants du G20, du G7 et de toutes les Régions ont soutenu l’idée d’un traité sur la pandémie. Je suis heureux de constater qu’un nombre croissant de dirigeants se joignent à l’appel en faveur d’un tel traité, qui constituerait un engagement générationnel destiné à faire du monde un lieu sûr. Il y aura toujours de nouveaux agents pathogènes présentant un potentiel pandémique.
  • Le renforcement du personnel de santé, dont dépend la résilience des systèmes de santé, constitue un aspect essentiel à inscrire dans le traité. Cette année, nous célébrons l’année des personnels de santé et d’aide à la personne et nous savons que, même avant la pandémie, le manque d’effectifs s’élevait à 18 millions au moins. À l’heure où nous essayons de mettre fin à la pandémie et de nous relever ensemble, les personnels de santé et d’aide à la personne doivent être la priorité.
  • Investir dans les personnels de santé revient à investir dans les femmes et les jeunes : à l’échelle mondiale, les femmes représentent en effet 70 % des agents de santé. Nous devons en particulier aider les pays dont les ressources sont plus limitées à développer les capacités de leur main-d’œuvre et à verser des salaires décents.
  • Le temps presse toujours pour garantir l’équité en matière de vaccins. Il nous reste neuf jours avant d’atteindre le centième jour de l’année et l’objectif de commencer à déployer le vaccin auprès des agents de santé et des personnes à risque dans tous les pays est toujours à notre portée.
  • Je suis heureux d’accueillir aujourd’hui l’ancien Premier ministre suédois, M. Carl Bildt, qui a rejoint l’Accélérateur ACT en qualité de conseiller spécial. M. Bildt contribuera à diriger l’effort collectif de promotion de l’Accélérateur ACT, en mobilisant un soutien et des ressources afin que la stratégie pour 2021 donne des résultats.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour, bon après-midi et bonsoir,

Cette semaine, plus de 25 dirigeants du G20, du G7 et de toutes les Régions ont soutenu l’idée d’un traité sur la pandémie.

Ces dirigeants reconnaissent avec humilité que, collectivement, le monde n’était pas préparé à la première pandémie de coronavirus jamais observée et qu’à l’avenir, nous devons collectivement faire mieux lors des futures flambées.

On observe une forte dynamique depuis que le Président du Conseil européen, M. Charles Michel, et moi-même avons discuté de ce sujet lors de la conférence de presse de mardi.

Je suis heureux de constater qu’un nombre croissant de dirigeants se joignent à l’appel en faveur d’un traité sur la pandémie, qui constituerait un engagement générationnel destiné à faire du monde un lieu sûr.

Il y aura toujours de nouveaux agents pathogènes présentant un potentiel pandémique.

La question n’est pas de savoir si cela va se produire, mais quand.

Le renforcement du personnel de santé, dont dépend la résilience des systèmes de santé, constitue un aspect essentiel à inscrire dans le traité.

\===

Si nous voulons protéger nos systèmes de santé contre les pandémies, nous devons impérativement disposer d’un personnel de santé efficace.

Les personnels de santé et d’aide à la personne sont en première ligne de la riposte à la pandémie de COVID-19 et jouent un rôle essentiel dans la protection de tous.

Beaucoup trop de soignants sont morts à cause de la pandémie, ils sont des millions à avoir été infectés et la pandémie met à rude épreuve leur santé physique et mentale, causant des effets dévastateurs sur leurs familles et leurs communautés.

On note une progression de l’anxiété, de la dépression, de l’insomnie et du stress ; l’épuisement est fréquent et on observe des cas de stigmatisation, voire de mauvais traitements.

Je remercie ceux qui font front en cette période qui est l’une des plus difficiles que traverse l’humanité.

Cette année, nous célébrons l’année des personnels de santé et d’aide à la personne et nous savons que, même avant la pandémie, le manque d’effectifs s’élevait à 18 millions au moins.

À l’heure où nous essayons de mettre fin à la pandémie et de nous relever ensemble, les personnels de santé et d’aide à la personne doivent être la priorité.

Nous devons faire en sorte qu’ils soient formés, protégés et soutenus afin qu’ils puissent effectuer leur travail efficacement et en toute sécurité.

Comme le souligne le rapport des Nations Unies sur le financement du développement durable, publié la semaine dernière, si nous voulons véritablement sortir de la pandémie, nous devons investir davantage dans la santé et dans les individus.

Si nous investissons dans les personnels de santé, nous pourrons concrétiser ces deux objectifs prioritaires.

Investir dans les soignants revient à investir dans les femmes et les jeunes : à l’échelle mondiale, les femmes représentent en effet 70 % des agents de santé.

Nous devons en particulier aider les pays dont les ressources sont plus limitées à développer les capacités de leur main-d’œuvre et à verser des salaires décents.

Et nous devons nous assurer qu’ils seront les premiers à recevoir les vaccins contre la COVID-19.

Permettez-moi maintenant de me tourner vers le ministre de la Santé de Turquie, le Dr Fahrettin Koca.

La Turquie a fortement contribué à faire de 2021 l’année des personnels de santé et d’aide à la personne.

Dr Koca, vous avez la parole.

\===

Dr Koca s’exprime (7 minutes)

\===

Merci, Dr Koca. Je me réjouis qu’en cette période délicate de la pandémie, les agents de santé bénéficient de vaccins.

\===

Le temps presse toujours pour garantir l’équité en matière de vaccins.

Il nous reste neuf jours avant d’atteindre le centième jour de l’année et l’objectif de commencer à déployer le vaccin auprès des soignants et des personnes à risque dans tous les pays est toujours à notre portée.

Le Mécanisme COVAX a déjà livré 35 millions de doses dans plus de 78 pays.

Mais l’équité et la disponibilité des vaccins demeurent un défi de taille.

La semaine dernière, j’ai demandé de toute urgence aux pays disposant de doses de vaccins homologués par l’OMS au titre de la procédure pour les situations d’urgence de partager sans délai 10 millions de doses avec le Mécanisme COVAX.

Ces 10 millions de doses supplémentaires constitueront une mesure d’urgence provisoire pour permettre aux 20 pays qui sont prêts à vacciner leurs agents de santé et leur population âgée, mais qui n’ont pas encore reçu les doses nécessaires, de commencer à le faire avant le centième jour de l’année, c’est-à-dire le 10 avril.

J’ai également demandé aux fabricants de permettre aux pays qui s’engagent à donner ces doses de pouvoir le faire rapidement.

Le message a été entendu et nous n’attendons plus que les engagements y afférents.

J’ai espoir que des dirigeants éclairés et visionnaires se manifestent.

Je sais que c’est une période difficile pour de nombreux pays, où le nombre de cas et d’hospitalisations explose.

Mais, à l’inverse, c’est lorsque les cas augmentent fortement qu’il est le plus important de partager équitablement les vaccins et de protéger les soignants et les communautés à risque.

La course est engagée pour acheminer les vaccins vers les lieux et les catégories de population où ils auront le plus d’impact.

Nous ne sommes pas dans une course les uns contre les autres, nous sommes dans une course contre le virus et, au cours de l’année dernière, l’Accélérateur ACT a été essentiel pour rendre plus équitable la répartition des nouveaux vaccins, de l’oxygène indispensable pour sauver des vies, des corticostéroïdes pour traiter les formes graves de la maladie et des tests rapides.

Je suis heureux d’accueillir aujourd’hui l’ancien Premier ministre suédois, M. Carl Bildt, que j’ai nommé envoyé spécial de l’OMS pour le Dispositif pour accélérer l’accès aux outils de lutte contre la COVID-19.

M. Bildt contribuera à diriger l’effort collectif de promotion de l’Accélérateur ACT, en mobilisant un soutien et des ressources afin que la stratégie pour 2021 donne des résultats.

Carl, mon ami, vous avez la parole.

\===

Carl Bildt s’exprime.

\===

Je vous remercie pour ces paroles encourageantes, Carl, et j’ai hâte de travailler avec vous.

Je suis entièrement de votre avis et je crois qu’avec votre soutien, nous pouvons faire passer l’Accélérateur ACT à la vitesse supérieure, dépasser le nationalisme vaccinal pour vaincre cette pandémie et nous relever ensemble.

Je vous remercie.