World + 18 more

Agir Aujourd'hui pour Protéger le Capital Humain de Nos Enfants: Le coût et les réponses à la pandémie de covid19 dans le secteur éducatif en Amérique latine et dans les Caraïbes

Format
Analysis
Source
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Points à retenir

La pandémie de la COVID-19 est sans doute le plus grand bouleversement mondial jamais connu par les systèmes éducatifs. Depuis le début de l’année 2020, la plupart des systèmes éducatifs dans le monde ont été confrontés à la fermeture soudaine des établissements de tous niveaux confondus au titre de mesures sanitaires soudaines pour contrôler la propagation du SRAS-COV-2 (un nouveau variant des maladies à coronavirus). Tout en surmontant le double défi posé à leurs systèmes sanitaires et à leurs économies, les pays d’Amérique latine et des Caraïbes (ALC) ont été contraints d’adopter un éventail de stratégies d’apprentissage à distance afin de continuer à proposer des contenus pédagogiques aux élèves. Trois messages clés émergent de cette étude :

Malgré des efforts considérables accomplis, la pandémie a causé une forte diminution de l’apprentissage dans les pays de la région ALC, en particulier chez les enfants les plus pauvres. Il est probable qu’à la suite de la crise, la région ALC se place en deuxième position dans le monde en termes d’augmentation absolue de la «pauvreté des apprentissages» (un terme qui désigne la proportion d’enfants qui ne sont pas capables de lire correctement à la fin de l’école primaire). Ce chiffre pourrait passer de la valeur de référence de 51 % à 62,5 %, soit environ 7,6 millions d’élèves supplémentaires en situation de pauvreté éducative. La région ALC pourrait également être l’une des régions avec la plus forte augmentation, en termes absolus, de la proportion d’élèves du premier cycle du secondaire n’atteignant pas les niveaux de compétences minimales tels que mesurés par les résultats des tests PISA. Dans le cas de figure hypothétique où les écoles seraient fermées dix mois et en supposant que les mesures d’atténuation de la crise soient d’une efficacité modérée la part des élèves qui se situent en deçà du niveau minimum de compétence dans la région ALC pourrait passer de son niveau actuel, à savoir 55 %, à 71 %. En outre, les pertes d’apprentissage de la région, également mesurées par les scores moyens aux tests PISA, sont estimées être nettement plus importantes pour les élèves les plus pauvres que pour les plus riches. Ceci pourrait avoir comme conséquence d’augmenter de 12 % l’écart de réussite entre catégories socio-économiques, sachant que celui-ci est déjà élevé.

Il n’y a pas de temps à perdre. Les pays de la région ALC doivent s’assurer, grâce à des politiques adaptées et la mise à disposition de ressources adéquates, que leurs systèmes éducatifs sont prêts pour une réouverture efficace et sûre à l’échelle nationale, afin d’accélérer le processus de reprise scolaire et de mitigation des effets négatifs de la pandémie. À la fin de l’année 2020, on estimait que les élèves dans les pays de l’ALC avaient manqué en moyenne 159 jours d’école en présentiel. Si la plupart des pays de la région ALC ont désormais rouvert leurs portes — au moins dans une certaine mesure —, le processus reste lent dans de nombreux pays, et certains n’ont pas encore fixé de date de réouverture des écoles. Bien qu’il soit parfois difficile d’agir sur le calendrier, ce que les gouvernements peuvent et doivent faire est de s’assurer que leurs systèmes éducatifs sont prêts pour une réouverture efficace et en toute sécurité. Avec suffisamment de capacités et de ressources, les écoles peuvent mettre en œuvre avec succès des protocoles adaptés au contexte en matière de santé et d’hygiène, en particulier dans les zones connaissant une moindre incidence de cas. Une réouverture efficace des écoles implique également de prendre des décisions importantes au niveau du système et une gestion et une approche pédagogique ciblées, pour remédier aux pertes d’apprentissage qui sont à craindre. Le financement public de l’éducation doit être protégé pour permettre une réouverture efficace et sûre des établissements scolaires. Compte tenu des contraintes budgétaires, les ressources doivent être correctement allouées pour aider les écoles et les communautés les plus durement touchées, et les pays doivent commencer sans attendre à étudier comment améliorer leur efficience.

Alors que les systèmes éducatifs de la région ALC sont confrontés à ce défi singulier, cette situation particulièrement complexe offre l’occasion de reconstruire des systèmes éducatifs qui soient plus efficaces, plus justes et plus résilients. Les pays de la région ALC doivent s’inspirer des bonnes pratiques internationales, régionales et nationales qui sont déjà en train d’évoluer et qui peuvent être adaptées et étendues pour accélérer l’apprentissage et renforcer l’égalité. De nombreuses initiatives innovantes pourraient être intégrées dans les systèmes scolaires. Une utilisation judicieuse des données et de la technologie peut apporter sur le long terme des opportunités de réduction de coûts, tout en favorisant un meilleur enseignement et un meilleur apprentissage, en particulier pour les élèves les plus vulnérables, tout en permettant une meilleure gestion du secteur de l’éducation. La crise de la COVID-19 pourrait également être l’occasion de transformer les systèmes éducatifs et développer une nouvelle vision, où tous sont en mesure d’apprendre, depuis partout. Le moment est venu