10 faits et chiffres sur les femmes et la faim

Report
from World Food Programme
Published on 06 Mar 2013 View Original

Les femmes sont souvent des victimes de la faim. Pourtant, elles ont un rôle primordial à jouer dans la lutte contre la faim. En tant que mères, enseignants, entrepreneurs et encore, elles tiennent en main les clés d’un avenir sans faim.

Voici dix faits qui illustrent ces constats et expliquent pourquoi le PAM accorde la plus grande priorité aux femmes:

  1. Dans les pays en développement, 79% des femmes actives travaillent dans le secteur agricole et participent à la production agricole du pays. Les femmes constituent 43% de la main d’œuvre agricole.

  2. La productivité agricole des femmes agricultrices est 20 à 30% inférieure à la productivité agricole des hommes car les femmes sont confrontées à des sérieuses inégalités dans l’accès aux semences, aux engrais et à l’équipement.

  3. Éliminer les disparités entre hommes et femmes dans le domaine agricole en confiant plus de ressources aux agricultrices pourrait réduire de 100 à 150 millions le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde.

  4. Des enquêtes menées dans de nombreux pays ont montré que les femmes assuraient 85 à 90 pour cent de la préparation des repas dans les ménages.

  5. Dans certains pays, les pratiques culturelles et traditionnelles font que les femmes sont les dernières à manger, après que les hommes et les enfants ont pu manger à leur faim.

  6. Lors d’une crise, elles sont souvent les premières à se priver de nourriture pour que les autres membres de la famille aient suffisamment à manger.

  7. Les mères souffrant de malnutrition donnent souvent naissance à des bébés en insuffisance pondérale, qui courent 20 pour cent de risques supplémentaires de mourir avant d’atteindre l’âge de cinq ans.

  8. Environ la moitié de toutes les femmes enceintes dans les pays en développement sont anémiées. Chaque année, les carences en fer provoquent quelque 110 000 décès en couches.

  9. Les travaux de recherche confirment que permettre aux femmes d'accroître leurs revenus a une incidence positive sur la santé, l’éducation et la nutrition de l'enfant.

10.L’éducation est primordiale. Selon une étude, l’éducation des filles aurait contribué à réduire la prévalence de la malnutrition de 43% par rapport à une réduction de 26% attribuée à une meilleure disponibilité de nourriture.

Sources:
Women in Agriculture: Closing the Gender Gap for Development, FAO, March 2011 (Faits n°2, 3, 9, 10) The role of women in rural development, food production and poverty eradication, UN Women, 2012 (Fait n°4)
Committee on Food Security, FAO, 2011 (Faits n° 5, 6)
Progress for Children: A World Fit for Children, UNICEF, 2007 (Fait n°7)
The Female Face of Farming, FAO, 2012 (citing Smith and Haddad 2000) (Fait n° 1, 8)