Uganda + 1 more

Plus de 3000 réfugiés de la RDC sont arrivés en Ouganda en trois jours

Format
News and Press Release
Source
Posted
Originally published
Origin
View original
Anurith, une demandeuse d’asile de 29 ans originaire de la République démocratique du Congo, est assise avec ses enfants après avoir subi un examen médical près du poste frontière de Zombo, en Ouganda © HCR/Rocco Nuri

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Charlie Yaxley – à qui toute citation peut être attribuée – lors de la conférence de presse du 07 juillet 2020 au Palais des Nations à Genève.

Plus de 3000 réfugiés de la République démocratique du Congo (RDC) sont arrivés en Ouganda entre mercredi et vendredi de la semaine dernière (du 1er au 3 juillet) suite à l’ouverture temporaire de deux points de passage frontaliers à Golajo et Mount Zeu, au nord-ouest de l’Ouganda.

Les nouveaux arrivants faisaient préalablement partie d’un groupe plus important d’environ 45 000 personnes, selon les autorités locales congolaises, qui avaient tenté de fuir vers la frontière entre l’Ouganda et la RDC peu après que des affrontements meurtriers aient éclaté entre milices armées dans la province de l’Ituri les 17 et 18 mai. Si certains ont pu retourner dans leur région d’origine, d’autres étaient restés près de la frontière, sans pouvoir la franchir pendant plus d’un mois en raison de la fermeture des frontières du côté ougandais destinée à contenir la propagation du Covid-19.

Soixante-cinq pour cent des nouveaux arrivants sont des enfants. Le groupe compte également 33 femmes enceintes, dont deux ont été immédiatement emmenées au centre de santé Zeu III la semaine dernière, où elles ont chacune donné naissance - à une petite fille pour l’une et à un garçon pour l’autre.

Certains des réfugiés ont partagé avec les membres de notre personnel les récits bouleversants des attaques des milices sur leurs villages. Beaucoup d’entre eux nous ont expliqué qu’ils avaient été séparés de leur famille et qu’ils avaient eu peu de temps pour préparer leur départ ou réunir les membres de leur famille avant de s’enfuir. Très peu d’entre eux ont pu emporter des effets personnels et la plupart se sont enfuis pieds nus avec pour seule possession les vêtements qu’ils portaient.

Le groupe de réfugiés a été emmené à l’Institut agricole de Zeu, un ancien centre de formation pour les agriculteurs du district de Zombo, qui sert maintenant de centre de quarantaine. Pour appuyer le centre, le HCR a mis à disposition 318 tentes familiales, ainsi que neuf réservoirs d’eau, et a aménagé des zones de contrôle sanitaire, des toilettes et des dispositifs de lavage des mains. Par ailleurs, le HCR et ses partenaires y fournissent de la nourriture, de l’eau et des abris temporaires, et assurent des contrôles médicaux. Des équipes médicales et une ambulance se tiennent prêtes à intervenir si quelqu’un devait être hospitalisé. Le ministère de la santé ougandais a effectué des tests de dépistage du Covid-19, dont les 570 premiers échantillons se sont révélés négatifs. Les réfugiés ont reçu de la vitamine A et ont été vaccinés contre le choléra, la rougeole, la rubéole et la polio.

Au terme de la période de quarantaine obligatoire de 14 jours, conformément aux directives et protocoles nationaux, ils seront transférés vers les sites de réfugiés existants.

Le HCR se félicite de la décision du gouvernement ougandais d’autoriser le groupe de réfugiés à entrer dans le pays et à recevoir une aide et une protection essentielles. Cet effort illustre comment, par des mesures de quarantaine, de dépistage sanitaire et autres, il est possible pour les Etats de respecter leurs obligations en vertu du droit international durant la pandémie tout en limitant la propagation potentielle du virus.

Avec plus de 1000 cas répertoriés en Ouganda, le HCR continue à soutenir le gouvernement dans sa réponse face au Covid-19, en construisant ou renforçant des infrastructures de quarantaine et d’isolement et en augmentant la fourniture de matériel pour le lavage des mains et la mise à disposition de masque.

Nombre de nos installations de transit et d’accueil à travers le pays ont été converties en centres de quarantaine, où nous venons en aide quotidiennement à des centaines d’Ougandais et de réfugiés.

Cependant, nos activités en faveur des réfugiés en Ouganda continuent de se heurter à de multiples difficultés en raison d’un sous-financement, avec notamment de sévères réductions dans la distribution de rations alimentaires. Le HCR n’a reçu que 18% des 357 millions de dollars nécessaires à la réalisation de ses activités en Ouganda en 2020. Dans l’immédiat, 28 millions de dollars sont nécessaires pour maintenir le niveau actuel d’assistance apportée aux réfugiés en Ouganda, y compris les services de santé de base. Le HCR lance un appel à la solidarité internationale pour permettre à l’Ouganda de respecter ses engagements pris dans le cadre du Pacte mondial sur les réfugiés et de maintenir la mise en œuvre de sa politique progressiste à l’égard des réfugiés en ces temps difficiles.

Images d’actualité disponibles pour les médias:

L’Ouganda donne de l’espoir à des milliers de personnes fuyant la violence en RDC en ouvrant ses frontières :

INTERNATIONAL : https://media.unhcr.org/Share/7q64kbge8gk1u02w38fs104gs70o54bg

Malgré le Covid-19, l’Ouganda ouvre sa frontière à des milliers de personnes qui fuient la violence en RDC :

B-ROLL : https://media.unhcr.org/Share/g25226u6t6ps2y4g8ca31dmvl0ldr1e5

Pour de plus amples informations à ce sujet, veuillez svp contacter :

  • À Kampala, Duniya Aslan Khan, khand@unhcr.org, +256 772 701 101
  • À Genève, Charlie Yaxley, yaxley@unhcr.org, +41 795 808 702