Déclaration du Procureur de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, suivant la reddition et le transfèrement de Dominic Ongwen, haut commandant de l’Armée de résistance du Seigneur

Report
from International Criminal Court
Published on 21 Jan 2015 View Original

Je me réjouis d'apprendre que Dominic Ongwen, un commandant de haut rang de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA), s'est rendu et a été transféré sous la garde de la Cour pénale internationale (CPI). Je tiens à exprimer ma gratitude au Gouvernement ougandais, au Gouvernement centrafricain, aux Forces de défense populaires de l'Ouganda et à la Force régionale d'intervention de l'Union africaine pour les efforts soutenus qu'ils ont déployés et, plus globalement encore, à tous ceux qui ont contribué à la concrétisation de cette avancée notable.

Le transfèrement de Dominic Ongwen nous rapproche un peu plus de notre objectif : faire cesser le règne de la terreur imposé par la LRA dans la région des Grands Lacs. Depuis plus d'un quart de siècle, la LRA, placée sous le contrôle de Joseph Kony et de son haut commandement, auquel appartenait Ongwen, terrorise la population du nord de l'Ouganda et des pays voisins. Ses membres auraient tué des dizaines de milliers de personnes et seraient à l'origine du déplacement de millions d'autres; ils ont terrorisé des civils, enlevé des enfants et les ont contraints à tuer et réduits à l'esclavage sexuel. Ils ont démembré et atrocement défiguré hommes, femmes et enfants.

Par ces actes, les membres de la LRA ont commis des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre qui défient l'imagination. Mon enquête fait apparaître que Dominic Ongwen était un commandant de haut rang au sein de la LRA et qu'il figure parmi les personnes portant la plus lourde part de responsabilité dans des crimes relevant de la compétence de la CPI. Sa remise à la Cour adresse un message ferme et sans équivoque : peu importe le temps qu'il faudra pour y parvenir, le Bureau du Procureur ne s'avouera pas vaincu tant que les auteurs des crimes les plus graves touchant la communauté internationale n'auront pas rendu de comptes à la justice pour les crimes ignobles qu'ils ont commis.

J'exhorte tous les membres de la LRA qui sont encore dans ses rangs à renoncer à la violence, à arrêter de commettre des crimes et à faire preuve d'autant de courage que ceux qui ont déjà franchi ce cap.

J'appelle également tous les États à se mobiliser et à recentrer leurs efforts en vue de l'arrestation de Joseph Kony ainsi que de toutes les autres personnes recherchées par la CPI. Les victimes de leurs crimes attendent depuis bien trop longtemps et méritent qu'on leur rende justice.