Togo : Vers un rapatriement des réfugiés

Report
from Government of Togo
Published on 01 Jul 2005
Le Premier ministre togolais Edem Kodjo souhaite que les Togolais réfugiés dans les pays voisins après les violences de la présidentielle du 24 avril soient rapatriés le "plus tôt possible", a indiqué vendredi un responsable du Haut commissariat de l'Onu pour les réfugiés (HCR).

"Le Premier ministre a formulé le voeu de voir le HCR s'asseoir avec tous les acteurs impliqués dans l'action humanitaire (...) pour que le rapatriement librement consenti des réfugiés togolais se fasse le plus tôt possible dans la dignité et la sécurité", a déclaré sur les médias d'Etat togolais Alphonse Malanda, représentant du HCR au Nigeria et pour la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO).

"Le gouvernement togolais est préoccupé de voir cette situation perdurer, qu'elle ne devienne pas chronique ou ne prenne pas trop de temps. Ce qui est aussi l'avis du HCR et de la CEDEAO", a ajouté M.Malanda, qui s'exprimait à l'issue d'un entretien avec M.Kodjo.

Le 27 juin, l'Union européenne (UE) a décidé d'accorder au gouvernement togolais la somme de 1,5 million d'euros (1 milliard de F.CFA) pour le retour de ces réfugiés.

Selon le HCR, plus de 22.500 Togolais sont réfugiés au Bénin à la suite des violences qui ont émaillé le scrutin présidentiel. D'autres Togolais se sont réfugiés au Ghana.

L'annonce des résultats provisoires, le 26 avril, donnant vainqueur de la présidentielle Faure Gnassingbé, un des fils du général Eyadéma décédé le 5 février, a déclenché une vague de contestation violente.

Aucun bilan global de ces violences n'a été établi. Selon des sources officielles et hospitalières, une trentaine de décès ont été enregistrés les jours suivants le scrutin.

Le Mouvement togolais de défense des libertés et des droits de l'Homme (MTDLDH, proche du pouvoir) a fait état de 58 morts, tandis que la Ligue togolaise des droits de l'homme (LTDH, proche de l'opposition) a affirmé que 811 personnes ont été tuées entre le 5 février et la mi-mai au Togo.