Timor-Leste

France/Timor oriental: Dossier Opération Santal: 18 Jan 2000

Source
Posted
Originally published
Dans le cadre de l'application de la résolution 1264 des Nations Unies, fondée sur le chapitre 7, la France a décidé dès le 16 septembre 1999 de participer à la force qui s'est mise en place pour rétablir la paix et la sécurité au Timor oriental..

L'INTERFET (International Force East Timor) qui a compté environ 11 000 hommes était placée sous le commandement unifié de l'Australie. La partie française, appelée "opération SANTAL" a d'abord été placée sous le commandement du colonel Brentschen puis sous le commandement du colonel Durand. Cette opération à vocation humanitaire, aura permis le déploiement de 600 hommes.

La projection des moyens a débuté dans l'urgence le 16 septembre 1999 au départ des aéroports d'Orléans et d'Istres. 11 cargos tactiques et 1 DC8 ont été engagés en 3 jours. Le 20 septembre 1999, ce sont 200 soldats qui étaient déjà arrivés à Darwin. La rapidité de réaction de la France a permis, à 13 000 kilomètres de la métropole, la livraison par aérolargage de 54 tonnes d'aide humanitaire entre le 22 et le 28 septembre au profit des populations isolées.

Le dispositif s'est très vite articulé autour d'une antenne chirurgicale aéroportée (ACA) installée dans les locaux d'une école, à environ 1 km de l'aéroport de Dili. Ce détachement comprenait également une section d'hospitalisation, un module de commandement et de soutien ainsi qu'un module de protection. Cette force était en priorité dévolue aux missions d'assistance humanitaire.

Bilan des actions menées par la section d'hospitalisation :

- 7000 consultations,

- 170 interventions chirugicales,

- et 2400 journées d'hospitalisation.

Outre les moyens sanitaires, ce dispositif était composé d'un groupe de transport opérationnel (GTO) armé de 2 avions C130 basé à Darwin, d'une frégate de surveillance et du transport de chalands de débarquement Siroco relevé fin novembre par le bâtiment de transport léger (BATRAL) Jacques Cartier.

Bilan des actions menées par le GTO :

- 185 aérotransports représentant 1200 tonnes de fret et 3000 passagers.

- 7 aérolargages de fret alimentaire, soit 54 tonnes de rations humanitaires

- 190 rotations assurant le transport de 4000 passagers et 1500 tonnes de fret.

Bilan des actions maritimes

TCD Siroco: 45 jours de mission, 200 plageages, 100 transports de charges suspendues par hélicoptères, débarquement de 3000 tonnes de fret (230 véhicules, 57 conteneurs, 2000 sacs de riz)

FS Vendémiaire: 36 jours de mission, dont 14 d'escorte et de patrouillle au profit des bâtiments de l'Interfet et du Siroco

FS Prairial: 39 jours de mission, dont 15 d'escorte et de patrouille au profit des bâtiments Interfet et Siroco

Jacques Cartier: 33 jours de mission, 1749 m=B3, soit 591 tonnes de fret transporté.

En 4 mois l'ACA a procédé à 170 interventions chirurgicales et 7 000 consultations, ce qui correspond à un total de 2 400 jours d'hospitalisation. Le GTO à effectué 190 rotations dans le cadre du pont aérien entre Darwin et Dili, assurant le transport de 4 000 passagers et de 1 500 tonnes de fret. Il a en particulier procédé à l'ouverture de la piste de Baucau au Timor Oriental. Le Siroco puis le Jacques Cartier ont acheminé entre Darwin, Dili, Sueï et Oekussi dans l'enclave d'Ambeno, 3 600 tonnes de fret et 300 véhicules au profit de l'INTERFET et des organisation humanitaires.

Actions des forces à terre

- Transport de fret humanitaire
- Transport de 460 réfugiés
- Escorte de réfugiés
- Escorte de convoi de matériel

Déployées dans l'urgence le lendemain du vote de la résolution des Nations Unies, les forces françaises se retirent totalement du Timor oriental. Les derniers éléments auront quitté la zone le 18 janvier 2 000. Les forces armées maintiennent leur présence avec trois officiers intégrés à l'état major de la composante militaire de l'ATNUTO.