Syria

Syrie : le CICR préoccupé par la situation humanitaire à Hassaké après les récentes violences

Le Comité international de la Croix-Rouge est profondément préoccupé par l’intensification de la violence observée ces derniers jours aux environs de la prison d’Al-Sinaa, dans la ville d’Hassaké (Syrie). Il demande qu’un accès humanitaire sans restriction soit assuré afin que des secours puissent parvenir de toute urgence aux personnes ayant besoin d’aide.

Des dizaines de milliers de personnes ont dû fuir leur foyer pour rejoindre les zones voisines en quête de sécurité après l'escalade de la violence qui a touché récemment Hassaké, dans le nord-est du pays.

« Les températures descendent en dessous de zéro dans le nord-est de la Syrie, c'est pourquoi nous sommes extrêmement préoccupés par la situation des personnes contraintes de fuir, qui ont besoin d'un abri, de nourriture, d'eau, de soins de santé et surtout d'un environnement sûr », explique Christophe Martin, chef de la délégation du CICR en Syrie.

Le Croissant-Rouge arabe syrien, avec le soutien du CICR, fournit des services d'ambulance. Il a également contribué à évacuer de nombreuses familles et fait en sorte qu'elles soient prises en charge dans des communautés ou des logements temporaires. De l'eau et des centaines d'articles ménagers essentiels ont été distribués dans les zones où se trouvent des personnes déplacées. Le CICR a également fait don de fournitures médicales au dispensaire mobile du Croissant-Rouge arabe syrien pour venir en aide aux familles déplacées. Le CICR et le Croissant-Rouge arabe syrien continueront de suivre la situation humanitaire sur place, d'évaluer les besoins et d'y répondre en conséquence.

« Les personnes qui ne participent pas aux combats doivent être épargnées autant que possible », rappelle Christophe Martin.

Les affrontements dans les zones densément peuplées sont particulièrement sources inquiétude. Le CICR demande à l'ensemble des parties de prendre toutes les mesures possibles pour respecter les civils et les biens de caractère civil et d'autoriser et de faciliter le passage rapide et sans encombre d'une aide humanitaire impartiale, comme le prescrit le droit international humanitaire. Le CICR souligne que les personnes qui ne participent pas ou plus directement aux hostilités, comme les blessés, les personnes privées de liberté et les civils, doivent, en toutes circonstances, être traitées avec humanité et sans aucune distinction de caractère défavorable.

Informations complémentaires :
Imene Trabelsi (Beyrouth) : itrabelsi@icrc.org M. +961 3 13 83 53